PDA

Voir la version complète : Edward Snowden révèle que l'Arabie Saoudite s'est servi d'un virus israélien pour espionner Khashoggi


dentdesagesse
08/11/2018, 19h14
nMzvg3n_h-8

Cell
08/11/2018, 19h22
Sincèrement..... de deux choses l'une


Ou snowden est vraiment ce qu'il dit qu'il est ( c a dire un ancien de la la NSA qui a piqué sa crise de morale ) Et dans ce cas , il n est plus censé avoir accès à des infos sensibles.......

Ou snowden joue un rôle et dans ce cas tout qu'il dit n'est que mensonge et manipulations.

Agadiri
08/11/2018, 21h22
+1 Cell

l'un ou l'autre....

Un jour on saura la verité, un jour...

hakimcasa
08/11/2018, 21h58
Ce que Snowden est probablement vrai.

Le logiciel espion Pegasus développé par la firme israélienne NSO Group est aujourd'hui utilisé par plusieurs régimes dictatoriaux pour espionner leurs opposants. Selon le NY Times, les Emirats A.U. utilisent ce logiciel depuis 2013 pour espionner les opposants politiques partout dans le monde et les médias. Il est donc très probable que l'Arabie saoudite (et d'autres régimes despotiques) utilisent cette technologie.

Pegasus infecte les individus en leur envoyant des messages texte les invitant à cliquer sur un lien joint.

dentdesagesse
08/11/2018, 22h35
snowden à réellement piqué des documents confidentielles pour les divulgué au monde entier et ça c'est confirmé par les hauts responsables des état unis pays concerné, mais on ignore les raisons reel derrière cette démarche, un homme de bienfaisant sans but lucratif? on sait pas mais ce qui est certain est que jusqu'à present personne n'à dementi ce qu'il avancé comme information, sa situation est telle qu'annoncée jusqu'a preuve du contraire.
pis faut pas oublier qu'après avoir explosé l'affaire wikileaks l'homme à gravi des échelons pour devenir une personnalité planétaire ce qui lui a permis d'entrer en contacte avec plusieurs personnalité haut placé dans divers secteurs peuvent fournir des informations clé de facto élargir le réseau des collaborateurs pour acquérir a l'information souhaité.le monde est en conflit sans cesse il profite aussi des complots et des réglements de comptes entre les parties aux pouvoirs,on revient a lui comme un tueur à gage pour éliminé des personnes personnellement je ne vois rien qui laisse à douté à propos de cette collaboration izraelo arabica, c'est tout à fait logique que les sionistes se servent de leur propre technologie pour ce defendre contre les menaces extérieur.

nassim
08/11/2018, 23h12
Ou snowden joue un rôle et dans ce cas tout qu'il dit n'est que mensonge et manipulations.
Le héros Edward Snowden est ce qu'il y a de plus intègre comme être humain. Il y a très très peu de personnes dans le monde qui auraient le courage de faire ce qu'a fait Edward Snowden: défier le très puissant gouvernement américain qui est son propre pays et sacrifier sa liberté personnelle pour rendre un service public à l'humanité en révélant des détails très importants sur l'espionnage mondial massif mené par les terroristes américains. Beaucoup de néo-nazis américains pro-Trump veulent qu'il soit condamné à mort et exécuté.

Lors de la conférence qu'on voit dans la vidéo de RT, Edward Snowden n'a fait que citer les révélations faites par les experts canadiens du groupe Citizen Lab qui ont conclu qu'un ami de Jamal Khashoggi, Omar Abdulaziz, a été espionné par les terroristes saoudiens en piratant son iPhone avec le virus israélien Pegasus (voir vidéo ci-dessous).

- Article de Citizen Lab à ce sujet: THE NSO CONNECTION TO JAMAL KHASHOGGI.

D'ailleurs, Omar Abdulaziz a révélé que son iPhone a été piraté par les terroristes saoudiens, ce qui a permis aux terroristes saoudiens d'espionner son ami Jamal Khashoggi avec qui il échangeait régulièrement. J'en ai parlé dans ce topic: http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=430745

A1xgYWxl6fQ

dentdesagesse
09/11/2018, 00h44
si là suède a décoré Snowden par le « prix Nobel alternatif » au Parlement c'est que sa conduite est digne d'estime et de considération


« ... pour son courage et sa capacité à révéler l'étendue sans précédent de la surveillance étatique, qui viole les processus fondamentaux des démocraties et les droits constitutionnels. » C'est par ces mots que Jakob Von Uexküll, le créateur des Right Livelihood Award (un « prix Nobel alternatif » qui existe depuis 1980 et qui n'est pas lié à la fondation Nobel), a annoncé, lundi 1er décembre à Stockholm, la récompense attribuée à Edward Snowden – parmi les autres lauréats annoncés en septembre.

il était aussi favoris pour etre récompensé de prix Nobel de la paix en 2016 mais les jury du prix Nobel ont préféré de l'attribué au président Juan Manuel Santos

dentdesagesse
09/11/2018, 01h57
Le lanceur d'alerte américain Edward Snowden a mis en garde les Israéliens contre les excès d'un gouvernement intrusif et des entreprises privées de surveillance, lors d'une vidéo-conférence organisée dans un pays qui se proclame en pointe dans les hautes technologies appliquées à la sécurité. Mardi soir, Edward Snowden a évoqué les performances technologiques israéliennes et souligné les graves dangers posés selon lui par l'acceptation trop facile d'une surveillance gouvernementale excessive au nom des besoins de sécurité.

"Quand on se laisse terroriser par quelqu'un armé seulement d'un couteau, ou qu'on réorganise nos sociétés au profit du pouvoir de l'Etat (...) on cesse d'être des citoyens et on devient des sujets", a prévenu le lanceur d'alerte qui s'exprimait d'un lieu non précisé à Moscou où il s'est réfugié.

Edward Snowden, 35 ans, a également parlé de NSO Group, entreprise basée en Israël connue pour son logiciel espion Pegasus qui, selon des experts indépendants, a servi à des pays où la situation des droits de l'Homme est jugée mauvaise. "Les entreprises de ce genre se propagent de plus en plus à travers le monde", a-t-il dit.

Les membres d'une commission internationale enquêtant sur la disparition de 43 étudiants au Mexique en 2014, mais aussi des journalistes, des défenseurs des droits de l'homme ou des avocats ont été la cible du logiciel espion vendu au gouvernement mexicain, selon des chercheurs indépendants experts en sécurité informatique. NSO affirme pour sa part que le logiciel sert uniquement à enquêter et combattre le crime et le terrorisme.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu vante constamment les réussites de son pays dans le domaine de la lutte antiterroriste et le rôle joué par les services israéliens pour déjouer des attentats dans le monde.

Edward Snowden, ancien consultant de la NSA (National Security Agency), avait révélé en 2013 l'existence d'un système de surveillance mondiale des communications et d'internet. Il vit depuis en exil. Les Etats-Unis l'ont inculpé pour espionnage et vols de secrets d'Etat, ce qui ne l'empêche pas d'affirmer aimer son pays et vouloir y retourner.

Lors de l'événement organisé à Tel-Aviv par l'agence de relations publiques OH! Orenstein Hoshen, il a justifié sa décision de 2013, invoquant la nécessité de prendre des risques parce que "le monde sera tel que nous le faisons".


lorientlejour

dentdesagesse
09/11/2018, 02h01
jumboLe journal américain New York Times a révélé, vendredi 31 août, une affaire d’espionnage dans laquelle sont impliqués les Emirats arabes unis. Depuis plusieurs années, les dirigeants de cette richissime fédération ont utilisé des logiciels espions du groupe israélien NSO afin d’espionner de hauts responsables d'Etats étrangers.

Le quotidien américain New York Times a rapporté qu’à l’occasion d’une coûteuse mise à jour de son programme espion nommé Pegasus, de hauts responsables émiriens ont demandé au groupe israélien NSO si leur logiciel était capable d’enregistrer les conversations téléphoniques de plusieurs personnalités. Parmi les personnes visées, l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, Abdullah al-Khamis (un éditeur de presse basé à Londres) ou encore le prince saoudien Miteb ben Abdallah qui a pendant longtemps occupé le poste stratégique de patron de la Garde nationale du royaume wahhabite.

Quelques jours plus tard, l'entreprise israélienne répondait par l’envoi de deux enregistrements de l’éditeur de presse et ce, dans le but d'attester de l'efficacité de son programme. Depuis, les relations entre les décideurs d'Abou Dhabi et le groupe informatique lié à l'appareil de défense de l'Etat hébreu n'ont fait que se renforcer.

Retour du boomerang

Seulement, suite aux révélations fracassantes du journal américain, ce dispositif intrusif est aujourd'hui dans le collimateur de la justice. Accusé d’espionnage illégal, le groupe israélien NSO, considéré comme l’un des leaders du secteur des logiciels espions, doit faire face à deux procès, l’un en Israël et l’autre à Chypre. Initiés par un citoyen qatarien et par des journalistes mexicains qui ont tous été victimes des logiciels créés par NSO, l'entreprise risque de payer de fortes amendes et voit sa réputation ternie par ce scandale.

L'affaire ne s'arrête pas là puisque c'est au cours des investigations menées dans le cadre de ces deux procès que les enquêteurs ont permis de découvrir des échanges de mails entre les Emirats et l’entreprise israélienne.

Ces révélations ont suscité une levée de boucliers dans les pays du Golfe. L’Etat du Qatar, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, a déclaré « qu’il suivait avec grande inquiétude les révélations sur l’utilisation, par des organes gouvernementaux de haut niveau et des personnalités des Émirats arabes unis, de technologies pour espionner des membres du gouvernement qatarien ».

Cyber-espionnage émirien avec l’accord du ministère israélien de la Défense

Grâce à des publicités proposant des bons plans pour le mois de Ramadan, NSO réussissait à installer son logiciel Pegasus sur les smartphones des personnalités visées. Ce mode opératoire redoutable a sans doute permis de piéger bon nombre de cibles, allant de chefs d'Etat étrangers à des dissidents locaux. Même des acteurs théoriquement alliés des Emirats arabes unis, tel le prince saoudien Miteb ben Abdallah al-Saoud, n'ont pas été épargnés. Fils du défunt roi Abdallah, ce dernier qui a occupé pendant des années le poste hautement stratégique de chef de la Garde nationale a fait part de "sa consternation" face à de telles informations.

Alaa Mahajna, avocate israélienne, estime que NSO est « complice de violation de la vie privée ». Dans un entretien au magazine Jeune Afrique, Andreas Krieg, spécialiste des questions militaires, a déclaré que « NSO n’aurait jamais pu travailler avec les Emirats sans la permission du gouvernement israélien ». Krieg ajoute « qu’ils partagent la peur et la haine de quelque forme d’activisme civil islamique que ce soit. Ils voient tous deux l’islamisme comme la plus grave menace dans la région. » Cet épisode est une nouvelle illustration de la connivence entre Abou Dhabi et Tel Aviv qui, au delà de l'affichage public, fonctionne désormais à plein régime jusqu'à atteindre une coopération soutenue en matière d'intelligence cyber-informatique.

Les Emirats arabes unis accusés de « cyber-espionner» leurs opposants

Le laboratoire canadien de recherche en sécurité informatique CitizenLab, avait lui aussi révélé en mai 2016 une vaste opération de cyber-espionnage visant des opposants émiriens. La chaîne d’information en continu France 24 avait alors donné les détails de cette enquête : de fausses ONG de défense des droits humains, des journalistes fictifs, des comptes Twitter piratés ainsi que des liens Internet piégés ont été créés pour traquer toute voix dissidente interne entre 2012 et 2016. Le rapport canadien avait listé 24 victimes de cette opération. Dans la plupart des cas, ces personnes ont été arrêtées ou condamnées quelques mois seulement après avoir reçu un message sur Twitter ou un lien par mail.

observatoire-qatar

Cookies