PDA

Voir la version complète : Il y a moins de 100 terroristes dans la wilaya de Tizi Ouzou


Thirga.ounevdhou
08/03/2007, 09h09
100 !!! A voir tout ce qui se passe en ces moments en Kabylie, tous ces attentats !!!!

=
Entretien avec le colonel Ben Azouz, commandant du secteur de la gendarmerie de la willaya de Tizi Ouzou

Rencontré hier à 18 heures au moment où il rentrait d’une opération de ratissage dans les massifs situés aux alentours de Beni Yenni, le colonel Ben Azouz, commandant du secteur de la gendarmerie de la wilaya de Tizi Ouzou a répondu à nos questions inhérentes à la situation sécuritaire très inquiétante ces dernières semaines dans la région.
La dépêche de Kabylie : Quelle lecture faites-vous de la recrudescence subite des actes terroristes dans la wilaya de Tizi Ouzou ?
Le colonel Ben Azouz : Concernant l’attentat de Beni Yenni, il faut rappeler que pendant une longue période, il a été procédé au gel des activités de la brigade de la gendarmerie de cette localité. Ces derniers temps, cette dernière a repris du service sur le terrain, non seulement au chef-lieu communal mais aussi sur toute la surface périphérique. Le travail de renseignement, notamment sur les mouvements des groupes armés a été en quelque sorte freiné. Vous n’êtes pas sans savoir que nos services agissent souvent sur la base de renseignements pour lequel la population est d’un grand apport. Donc, tout ce travail n’a pas été possible à cause des raisons que vous connaissez. Ces dernières semaines, la gendarmerie a repris contact avec les citoyens qui lui fournissent des informations. Ce renouement constitue une vraie menace sur les groupes terroristes. Et vous comprendrez aisément que ces attentats peuvent avoir un lien direct avec cette réactivation de nos activités. Du temps où les gendarmes agissaient normalement, il n’ y avait jamais eu de terroristes dans la périphérie. C’est le gel de notre travail qui a rendu ces actes possibles. Je dois rappeler que les gendarmes ne travaillent pas seuls dans le cadre de la lutte anti-terroriste. Ils collaborent avec les moudjahidine, les GLD et avec de simples citoyens qui fournissent souvent des informations très précieuses et utiles.

Avez-vous pris des mesures suite à ces attentats ?
 Oui. Nos équipes viennent d’être renforcées dans le cadre d’un dispositif spécial sur l’ensemble du territoire de la wilaya où nous sommes présents. Nous venons de multiplier les points de contrôle. En plus du renforcement de l’effectif avec l’apport des autres régions du pays.

Des brigades qui avaient été fermées dans le cadre des événements de 2001 seront-elles rouvertes ?
 Bien sûr. Toutes les localités où il y avait des brigades de gendarmerie seront dotées à nouveau. Notre mission consiste à sécuriser les citoyens. Nous sommes en train d’effectuer les dernières démarches pour relancer ces brigades et nous sommes dans la phase finale. Il y aura plus d’une dizaine de nouvelles brigades au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, d’ici peu, pour lutter contre le terrorisme et contre le banditisme qui menace aussi sérieusement la quiétude des citoyens.

Après ces derniers attentats, est-ce qu’on peut savoir où en est le moral de vos troupes ?
 Malgré le dernier acte de Béni Yenni, nous sommes déterminés à continuer notre travail en toute sérénité. Nous ne sommes point découragés. Nous sommes convaincus de ce que nous faisons car c’est notre mission d’assurer la sécurité des citoyens.

La détérioration de la sécurité ne peut pas uniquement être imputée à la fermeture des brigades de gendarmerie. N’ y a-t-il pas d’autres raisons ?
 Le gel des activités des brigades de gendarmerie a un effet qu’il ne faut pas sous-estimer. Il y a un constat que personne ne peut nier. Dans toutes les localités où il y avait des brigades, il y avait moins d’actes de terrorisme et de banditisme que maintenant. C’est un constat de terrain qui est facile à confirmer. Ce n’est pas seulement moi qui le dis.
Ceci est un paramètre important. Mais il y a aussi un autre point. Il s’agit d’une baisse de vigilance liée à l’accalmie ayant quand même duré assez longtemps. Le citoyen a perdu certains réflexes. Pour revenir à nos brigades, on peut effectivement sous-estimer l’apport d’une brigade à dix éléments mais quand on dispose d’une brigade dans une région, nos services tissent des relations avec des citoyens. Ces derniers temps, à cause de la baisse de vigilance, nous avons reçu des informations sur le passage de terroristes et sur leurs mouvement mais malheureusement après une semaine ou dix jours de retard. Une fois qu’il était trop tard pour pouvoir agir.

Avez-vous des chiffres sur le nombre de terroristes activant dans la wilaya et détenez-vous des noms ?
 Nous avons des chiffres et des noms mais on ne peut pas les communiquer.
Leur nombre dépasserait-il cent ?
 Non. Mais le nombre n’est pas aussi important que certains peuvent le penser. Un seul terroriste peut nuire.

Vous venez de rentrer d’un ratissage à Beni Yenni, pouvez-nous donner des informations à ce sujet ?
 C’est une opération militaire. On ne peut rien dire.

- La depeche de Kabylie

MONTOYA
08/03/2007, 09h19
slt RATISSAGE À SKIKDA ET AÏN DEFLA
Au moins neuf terroristes abattus
08 mars 2007

Les forces combinées continuent de porter un sacré coup aux hordes sauvages.


Au moins cinq terroristes ont été abattus dans la nuit de mardi au lieudit Arsane, dans la wilaya de Skikda, ont indiqué des sources sécuritaires chargées de la lutte antiterroriste.
Les terroristes affiliés à l’organisation criminelle du Gspc, ayant fait allégeance à Al Qaîda, et composés d’une quinzaine de renégats, selon des estimations sécuritaires, ont été localisés grâce aux forces héliportées qui sont intervenues en force, depuis le début de la semaine. Le groupe sera accroché par les forces de sécurité à l’ouest de la wilaya de Skikda, entre les localités de Zitouna et Echeraïa, aux environs de 22h. Un violent accrochage opposera les services de sécurité de l’ANP au groupe terroriste. Un renfort impressionnant de la Gendarmerie nationale a été dépêché.
Selon les mêmes sources, au moins cinq terroristes auraient été abattus. Ces derniers auraient été emportés par leurs acolytes ayant réussi à prendre la fuite vers les massifs montagneux en profitant de l’obscurité. A noter que certaines sources généralement bien informées ont indiqué que trois terroristes ont été neutralisés. L’investigation des lieux où s’est déroulé l’accrochage, précisent nos sources, démontre nettement d’importantes traces de sang. Les mêmes sources ont confié que plusieurs caches ont été investies, contenant des vivres, de la littérature subversive et des couvertures. Les caches en question ont été détruites. Hier et avant-hier, les forces héliportées ont pilonné les lieux concernés par l’opération de ratissage, empêchant ainsi les terroristes de gagner du terrain. Ces derniers surpris tentent de prendre la fuite vers les monts de djebel Bouras et Bou El Idham, à proximité de la localité de Hadj Ali où cinq militaires, dont deux gendarmes, ont été blessés en début de semaine, lors d’un accrochage. Les lieux ont été hermétiquement bouclés par les services de la Gendarmerie nationale et la police qui ont pris part à cette opération de ratissage, pour laquelle de lourds moyens humains et matériels ont été mobilisés. Il est à noter que la wilaya de Skikda avait, au début de l’année 2006, enregistré le plus grand nombre de redditions, notamment celle de l’émir de katibet Erroub, Abdelmadjid Broche, à la fin du mois de mars de la même année, d’un artificier natif de Mila activement recherché, Boughaba Farès alias Khaled Abou Moslem, et deux de ses compagnons, Mazhoud Hamza alias Zoubir et Bouchoucha Abdelghani. Ces redditions avaient convaincu plusieurs autres à déposer les armes. La région a renoué avec les actes terroristes, particulièrement après l’allégeance du Gspc à Al Qaîda. Cette recrudescence était bien sûr, prévisible. Le groupuscule d’irréductibles appelé GSL (Groupe des salafistes libres), qui a réussi à se terrer dans les maquis denses de la wilaya de Skikda et a fait le mort pendant plusieurs mois, redouble de férocité. Traqués par les services de sécurité, les éléments de ce groupuscule sont à la recherche d’un soutien humain et matériel, et notamment en vivres. Par ailleurs, dans la wilaya de Aïn Defla, plus exactement à djebel Benimedjahe, au nord de Khemis Meliana, quatre terroristes ont été abattus, mardi dernier aux environs de 22h, à la suite d’une embuscade tendue par les éléments de l’ANP. Un lot d’armes et de munitions a été récupéré lors de cette opération, essentiellement composé de quatre kalachnikovs et deux grenades artisanales. Selon certaines informations, les terroristes abattus sont les auteurs de l’attentat de samedi dernier ayant fait 4 morts dont un Russe, sur les hauteurs de la localité de Ouled Sida dans la wilaya d’Aïn Defla, limitrophe de Médéa, une zone dominée par le djebel Louh où activent selon de sources locales, des éléments terroristes sous la coupe dit-on de l’émir Souane. Ce groupe a assassiné 7 gardes communaux le 15 octobre de l’année 2006...Et dans la même wilaya et à Khemis Meliana, les services de la police judiciaire de cette localité ont arrêté 3 personnes soupçonnées d’appartenir à un réseau de soutien au terrorisme.
Les mis en cause ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Khemis Meliana, qui les a écroués. Par ailleurs, les éléments des services de sécurité ont neutralisé, hier, au centre-ville d’Aïn Defla, un criminel armé d’un pistolet automatique. Entourée du plus grand secret et de toutes les précautions, la nouvelle faisant état de la reddition d’un membre d’un groupe armé s’est confirmée en début de semaine. Le concerné, âgé de 26 ans, identifié sous les initiales de L.R., dit Oussama, appartenant à la katibet El Ahouel, menée par Abou Djaâfar, a rendu son arme, un kalachnikov

Cookies