PDA

Voir la version complète : Les sénatoriales tournent au pugilat entre FLN et RND à Oran


ott
29/12/2018, 18h45
Les sénatoriales tournent au pugilat entre FLN et RND à Oran

AP - décembre 29, 2018 - 6:42 Réda Bachir

Par Hani Abdi – Une bagarre a éclaté entre les élus du RND et ceux du FLN au niveau du siège de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) d’Oran. Le motif est que les élus du RND ont découvert des bulletins de vote dans le bureau du président d’APW appartenant au FLN. Selon des sources sur place, tout a commencé quand la responsable du bureau de wilaya du RND, Ratiba Ayad, a décidé de faire venir les membres de la commission des juges en charge de superviser ces élections pour le renouvellement partiel du Conseil de la nation. Cette décision a mis le feu aux poudre et provoqué une rixe entre des élus FLN et RND.

Nos sources assurent qu’il y a eu plusieurs blessés, dont la responsable du RND à Oran, Ratiba Ayad, et un député du même parti, Abdelhak Zaki. Côté FLN, c’est le président d’APW, Mohamed Boubakeur, et le député Noureddine Bekadja qui ont reçu des coups de poings, ajoutent nos sources. Il a fallu une intervention musclée des services de sécurité pour venir à bout de cette bagarre. Le RND crie ainsi à la fraude et accuse les élus du FLN avec la complicité du P/APW d’en être les responsables. Certains présidents d’APC ont fait sortir les bulletins de vote à l’extérieur. Le RND compte sur les autorités judiciaires pour traiter ces dérapages qui ont entaché le déroulement de l’opération de vote à Oran.

L’opération de renouvellement partiel du Sénat s’est globalement bien déroulée dans les autres wilayas. Il est à souligner que les deux principaux partis concurrents dans cette élection sont le FLN et le RND, qui sont les seuls à être présents dans 47 wilayas. Le FLN a beaucoup misé sur ces élections pour conforter sa place de première force politique et renforcer sa position au Sénat. L’ancien parti unique, qui cherche à contenir l’ambition présidentielle du chef du RND, veut, en effet, rafler la majorité des sièges au Sénat pour affaiblir Ahmed Ouyahia.

Pour ce faire, il avait mobilisé des «poids lourds» du parti dans les différentes régions du pays pour donner toutes les chances aux candidats FLN de gagner ces élections. Même l’ex-directeur de cabinet d’Abdelmalek Sellal avait été dépêché à l’Ouest du pays, notamment à Oran. Karim Mustapha Rahiel, qui demeure fidèle à l’ancien Premier ministre, avait participé à la campagne pour les sénatoriales dans une dizaine wilayas dans cette région.

H. A.

ott
29/12/2018, 18h48
Un aperçu de ce que pourrait être l'élection d'un président issue des primaires du pouvoir, dont Lghoul nous annonce déjà que c'est l'état qui désigne les présidents... c'est quoi ces formalités électives... occidentales... Il pourrait rajouter...

shadok
29/12/2018, 20h41
Des partis de voyous qui n’ont aucun patriotisme. Ils ne pensent qu’a profiter de la rente

rouge et or
29/12/2018, 22h21
bIB1_dpJisA

ott
02/01/2019, 14h37
Voilà ce qui se passe quand L'enjeux est un poste de sénateur et qu'il y a seulement 3 bureaux de vote dans une wilaya...

Les élections annulées par le conseil constitutionnel à Tlemcen
En Watan - CHAHREDINE BERRIAH 02 JANVIER 2019

Le Conseil constitutionnel a décidé, dans l’après-midi de lundi, l’annulation pure et simple des élections sénatoriales du 29 décembre 2018 qui s’étaient soldées par la victoire du candidat du RND, Abdou Boudlal.

«Concernant l’élection qui a eu lieu dans la wilaya de Tlemcen, le Conseil constitutionnel a été rendu destinataire d’un seul procès-verbal de dépouillement des voix sur les trois bureaux de vote que compte la wilaya. Les résultats du scrutin dans cette wilaya n’ont pas été consolidés dans le procès-verbal de centralisation des résultats.

En conséquence, le Conseil constitutionnel décide l’annulation du scrutin dans la wilaya de Tlemcen et la réorganisation de celui-ci dans le délai légal» a indiqué le Conseil constitutionnel.

Un scrutin qui a défrayé la chronique dans cette wilaya, puisqu’il s’était illustré par de graves dérapages dont l’agression d’un magistrat superviseur des élections et la subtilisation de son téléphone mobile, le passage à tabac du député et coordinateur du bureau du RND à Tlemcen, des blessures causées à 12 militants du FLN et la dégradation des biens de l’Etat.

Dans un point de presse, le président de l’APW et candidat du FLN a énuméré les «irrégularités qui ont entaché le scrutin, notamment l’incursion d’une personne jouissant de l’immunité parlementaire lors du dépouillement pour faire pression sur la commission de supervision des élections, l’agression d’un magistrat et de 12 militants de son parti.

Nous avons également des preuves de corruption, vidéos à l’appui. Nous avons déposé des recours et avons espoir de recouvrer nos droits…» Principale victime de cette mascarade, comme il se considère, le RND a organisé une marche et un sit-in devant le siège de la wilaya pour dénoncer l’agression de leur député et les dépassements qui ont marqué cette consultation électorale.

Dans une assemblée avec ses militants, le parti d’Ouyahia, par la voix de Zakaria Saidani, vice-président de l’APW de Tlemcen, a informé que «nous avons été victimes de graves agressions de ‘‘baltaguis’’ et nous dénonçons ces pratiques honteuses qui ternissent l’image et l’honneur de la wilaya de Tlemcen.

En conséquence, nous allons geler toutes les activités de nos élus au niveau des institutions élues locales et nationales, organiser un rassemblement de tous nos députés du pays en solidarité avec notre coordinateur et interpeller le président de la République pour intervenir et mettre fin à toutes les violations». Aux dernières nouvelles, le RND menace de ne pas retourner aux urnes cette semaine pour élire le nouveau sénateur.

Cookies