PDA

Voir la version complète : Comment réagira la rue aux attaques de Gaïd-Salah contre Toufik et Tartag ?


ott
31/03/2019, 10h54
Comment réagira la rue aux attaques de Gaïd-Salah contre Toufik et Tartag ?
AP - mars 31, 2019 - 8:24 Salim Fethi 0 Commentaire

Ce samedi soir à Alger. PPAgency
Par R. Mahmoudi – En choisissant l’escalade dans sa tentative de destituer le chef de l’Etat, le chef d’état-major de l’ANP escompte gagner définitivement les faveurs de la population qui manifeste depuis plus de six semaines contre le pouvoir et ses symboles. Parce que, même si dans sa déclaration d’hier il dit que la rue a favorablement accueilli son appel à appliquer l’article 102 de la Constitution, il sait bien que ce n’est pas réellement le cas et que les manifestants ne l’avaient pas ménagé lors des marches du vendredi dernier.

En reprenant à son compte le slogan de la rue qui réclame désormais l’application de l’article 7 qui stipule que «le peuple est la source de tout pouvoir», le général Gaïd-Salah cherche à séduire les manifestants et, surtout, à s’assurer de leur soutien dans le bras de fer mortel qu’il a engagé avec le cercle présidentiel.

Il faut peut-être attendre la prochaine manifestation populaire pour connaître la tendance dominante et si la rue est prête à accompagner ce déploiement de l’armée. Des médias et des personnalités se proposent déjà sur certains plateaux de télévision et sur les réseaux sociaux pour porter la voix du chef de l’état-major et promouvoir un discours louant «la communion entre le peuple et son armée» (djeich, chaâb, khawa khawa, dixit le slogan des manifestants) pour mettre en échec la «bande de corrompus» qui sévit encore au sommet de l’Etat.

Le verdict des manifestants semble ainsi déterminant pour la démarche à suivre. Or, tout laisse croire que les masses vont continuer, imperturbablement, à exprimer leur attachement à leur grande revendication : «Partez tous !», même si des signes de flottement et de division commencent à apparaître à travers les premiers commentaires diffusés sur les réseaux sociaux, et même dans le rassemblement organisé juste après la déclaration de Gaïd-Salah devant la Grande-Poste d’Alger, où les slogans scandés étaient partagés entre un soutien tacite à la démarche de l’armée («Djiboul’na Saïd, tekhlas lehkaya» (Ramenez-nous Saïd (Bouteflika, Ndlr), tout rentrera dans l’ordre) ou encore «El-djeich dyalna, we na’dirou rayna» (L’armée nous appartient, et c’est à nous de décider ce qu’il faudrait en faire).

R. M.

ott
31/03/2019, 10h55
Le généralissime fait dans le journalisme... mais distille ses cibles... les temps sont durs...

citoyen
31/03/2019, 11h30
La rue jusqu'à la a une chance en or, elle a réussi à éjecter la plupart des têtes proposés par le pouvoir :

- Bouteflika
- Sellal
- Haddad
- Ouyahia
- Haddad

pour ne parler que des plus importants, certains tentent de revenir par la fenêtre, ils ont beaucoup de difficulté (comme les toufik, les fln soit disant anti-cachir etc.). Il faut les empêcher et les enterrer définitivement.

Gaid fait partie des cibles, non pas entant que chef de l'ANP mais en tant qu'un participant direct et de premier plan à la curée actuelle.

Le déposer n'entame en rien l'ANP, elle ne perdra même pas un cheveux, je rappelle que théoriquement l'ANP a été décapitée l'été dernier mais dans les faits, l'ANP est toujours l'ANP. Donc avec gaid ou sans l'ANP ne va pas disparaître.

Aloha
31/03/2019, 11h33
Le déposer n'entame en rien l'ANP, elle ne perdra même pas un cheveux, je rappelle que théoriquement l'ANP a été décapitée l'été dernier mais dans les faits, l'ANP est toujours l'ANP. Donc avec gaid ou sans l'ANP ne va pas disparaître.




ça je n'en sais absolument rien c'est opaque pour moi

citoyen
31/03/2019, 11h41
Combien de généraux ont été déposé depuis son accession au commandement, des dizaines et bien plus compétents.

A la limite je dirais, que ce n'est pas le moment de le déconnecter, mais il faudra y penser non pas qu'il va garantir une sortie de crise, mais parce qu'il y a plus urgent.

Pour le moment il faut l'empêcher de faire n'importe quoi (ce qu'il est entrain de faire en ce moment), il faut qu'il classe ses priorités.
1) déposer la clique bouhef (sans utiliser le torchon sale qu'on continue à appeler constitution, tout le monde s'est essuyé les pieds dessus).
2) Finir le démantèlement du DRS historique
3) lui montrer la porte de sortie.

ott
31/03/2019, 11h43
Les 3B, responsables de ce système depuis au moins les 20 dernières années doivent à présent définitivement disparaître se la scène...

bledard_for_ever
31/03/2019, 11h44
Ça ne va pas calmer la rue.

Pour que ça passe il faut un commandement militaire "clean". Ce n'est pas ce que dégage gaid salah.

Le chef de état major est nommé par la présidence. Egaiement rejetté par le peuple. Et boutef et sa cliquei ne veulent pas partir.

Je crains que la solution à cette révolution ne soit pas constitutionnelle.

ott
31/03/2019, 11h46
Tout à fait Bedard...

http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?p=6295401#post6295401

Chif
31/03/2019, 12h05
2) Finir le démantèlement du DRS historique
----------------

Le meilleur moyen pour qu'il n'y ait plus de contrôle sur rien, la porte ouverte à toutes les exactions y compris extérieure.

Le but rest de virer la mafia pas de transformer le pays en proie.

Le changement démocratique avec une armée qui reste forte et idem pour les SR.

Le reste c'est de la naïveté, de la mauvaise foi ou pire.

ott
31/03/2019, 12h06
Tous au service exclusif de la révolution Pacifique pour garantir une transition démocratique sans intervention aucune dans ce processus...

babeloued
31/03/2019, 12h08
@Ott


c'est qui les 3B exactement? (je connais Belkacem, Bentobal et Boussouf)
mais actuellement du fais référence à qui?
Toufik, Gaid et Boutef?

citoyen
31/03/2019, 12h12
démanteler ne signifie pas virer.

D'ailleurs il me semble qu'il y au moins deux structures actuellement qui assurent la sécurité :
1) Une structure qui s'appelle DSS
2) Une deuxième qui est une sous branche de la gendarmerie.

Nettement plus performantes que l'ancien DRS qui faisait plus dans les coups bas, trafic en tout genre, mais qui a perpétué la tradition de toufik.

Il y a encore des gens qui ont le coeur qui brûle pour le pays.

Et par dessus tout c'est au peuple maintenant de prendre en main sa destinée pas au DRS, ni au commandement de l'ANP ni à bouhef et sa clique, l'expérience des décennies passées est beaucoup trop douloureuse.

ott
31/03/2019, 12h12
Hamrouche avait utilisé l'image des 3B les appelant en 2014 à engager la transition démocratique. Un des B a été remercié en septembre 2015, Tonton Mediene, et a souhaité avec les 19 de dégommer l'autre B, le vieux et malade Bouteflika. Le troisième B qui veut décidément ne pas dégager est tonton Gaid qui se croit l'incarnation des aspirations des algeriens, aw dégage nta ou les méthodes de parti unique d'un autre temps... soutenu par tout ceux à l'intérieur du pays et à l'étranger qui ne veulent pas avoir une démocratie dans notre pays...

babeloued
31/03/2019, 12h22
@OTT
Il ne faut pas trop les mystifier ces criminels.

ott
31/03/2019, 12h29
Pas besoin de les mystifier, mais l'Algerie a vécu trop de bain de sang pour en rajouter.... TOUS doivent se mettre au service de ce pays et de ce peuple...

katiaret
31/03/2019, 12h56
le peuple sera toujours du coté de l'ANP et L’Algérie et non du coté de Gaid Salah ni Ben Salah ni Louh ni Bela3z

ott
31/03/2019, 12h57
C'est à l'ANP d'être du cote du peuple et pas l'inverse cher Katiaret...

panshir
31/03/2019, 12h58
Très délicat, l'acte VII vendredi 5 avril sera décisif.

S'ils doivent tous partir, l'armée et son chef restent. Le chef suit en principe la volonté du peuple.
Il y a un chef d'état major. Si c'est pas Gaïd Salah, malade du jour au lendemain ou out, c'est un autre qui devra aussi trouver une solution pour la transition. S'il y a des mésententes aussi dans l'armée, il faut mettre de l'ordre. Le peuple pourra toujours juger.

Le peuple pourra toujours montrer pacifiquement sa vigilance la ligne rouge en exigeant du neuf, la fin du système de la mafia politico financière aussi bien dans le civil que dans l'armée.

danube
31/03/2019, 12h58
On assiste juste aux derniers spasme de la hideuse camorra deconcertée et destabilisée par la decapitation du parrain qui a omis de preparer la releve et aider en soi par l'intervention de la vox populi qui tel un tsunami ne laisse pas le temps a la reflexion pour contenir et louvoyer comme avant avec les themes "ennemi de l'exterieur et de l'interieur"
Alors que celui qui veut perdurer reste au cote de ce peuple et que celui qui ne range pas ses ambitions au placard et fait amende honorable, qu'il ne s'attend pas a une quelconque pitié, le jour est venu chaque parole et chaque acte seraient payé au quintuple

Pomaria
31/03/2019, 13h00
ott C'est l'ANP à être du cote du peuple et pas l'inverse cher Katiaret...
Quand on dit ANP, on parle du simple djoundi, au caporal et commandants.
Ils (ANP) sont dans la stricte majorité au coté du peuple.

Le commandement de l'ANP qui était au coté de Bouteflika le mort, ont tourné la veste. Et c'est tant mieux ainsi.

Ca facile grandement au peuple la tache de neutraliser toutes les têtes de cette mafia.

ott
31/03/2019, 13h03
La direction de cette armée a franchis la ligne rouge et doit partir avec son chef suprême des forces armée. Le vice ministre veut sauver sa tête au nom de la révolution, qu'il prenne ses bagages...

katiaret
31/03/2019, 13h03
C'est à l'ANP d'être du cote du peuple et pas l'inverse cher Katiaret...
oui tous a fait ott
elle doit accompagne la volonté du peuple

Hakim4206
31/03/2019, 15h20
Tewfik s'associe avec tartag l'assassin de Kasdi Merbah ellah yarahmou , pour soutenir... les boutefs que des dizaines de millions de manifestants tentent de dégager et qui l'ont avili avant de le jeter en retraite ! La vox populi lui descernait un certain niveau d'intelligence , si cette info n'etait reprise par plusieurs sources (antagonistes ) , je ne l'aurai pas cru .

oudjda
31/03/2019, 15h30
Algérie – Entre insinuations et non-dits : Gaïd Salah, vise-t-il le Général Toufik ?



Entre insinuations et non-dits : Gaïd Salah, vise-t-il le Général Toufik ?
Le communiqué émanant hier, du ministère de la défense nationale, au moment où on s’attendait à une déclaration de la présidence de la république ou du conseil constitutionnel ; vient jeter plus de flou sur la situation de crise politique que vit l’Algérie, avec ses insinuations et ses non-dits.


Le Chef d’Etat-Major, a en effet dit que «certaines parties malintentionnées s’affairent à préparer un plan visant à porter atteinte à la crédibilité de l’ANP et à contourner les revendications légitimes du peuple».
Et de préciser qu’en date du 30 mars 2019, une réunion a été tenue par des individus connus, dont l’identité sera dévoilée en temps opportun, en vue de mener une campagne médiatique virulente à travers les différents médias et sur les réseaux sociaux contre l’ANP et faire accroire à l’opinion publique que le peuple algérien rejette l’application de l’article 102 de la Constitution.


Ce communiqué intervient le jour même où les réseaux sociaux et certains sites électroniques, faisaient état d’une réunion qui aurait regroupé Saïd Bouteflika avec un groupe de personnes autour de l’ex patron du DRS, le Général Toufik. Une information relayée également par le N° 1 du RCD sur sa page facebook.


Est-ce de cela que parle Ahmed Gaïd Salah ?
Bouteflika, ne se laissera pas embarquer dans une quelconque aventure avec le clan présidentiel. Avec qui se serait-il alors réuni, si tant est, il l’ait fait ?


Pour Gaïd Salah «toutes les propositions découlant de ces réunions suspectes, qui vont à l’encontre de la légalité constitutionnelle ou portent atteinte à l’ANP, qui demeure une ligne rouge, sont totalement inacceptables et auxquelles l’ANP fera face, par tous les moyens légaux».


Gaid Salah, rappelé en fin de message que «la position de l’ANP demeure immuable, dans la mesure où elle s’inscrit constamment dans le cadre de la légalité constitutionnelle et place les intérêts du peuple algérien au-dessus de toute autre considération, en estimant toujours que la solution de crise ne peut être envisagée qu’à travers l’activation des articles 7, 8 et 102».
Evacue-t-il par là, une solution à la Al Sissi pour l’Algérie ?
Les quelques jours à venir, nous éclairerons certainement.


C.Mechakra
Le Provincial, 30 mars 2019

katiaret
31/03/2019, 22h49
viAdbmGaqTE?t=7m2s

Cookies