PDA

Voir la version complète : L'heure de l'abandon du presidentialisme a sonné en Algérie


Sioux foughali
03/04/2019, 07h54
Assurément, l'abandon du presidentialisme est une des voies nécessaires pour changer les choses.


N'ayons pas peur du parlementarisme !
L'Italie de la période J Andreotti ou la 4eme République française ne sont pas tout l'univers des régimes parlementaires ! Ces 2 cas, à relativiser et contextualiser sont les "tartes à la crème " invoquées par les fanatiques français de la Ve république, par les anti proportionnelle et anti régime parlementaire ...Bêtises !

La quasi-totalité de la planète (!) est sous le régime parlementaire avec des modalités variables ( voir Allemagne ou Inde ou Suisse ou Espagne )

En Algérie, on va faire la collégialité aux forceps (des dizaines de millions ) pour la transition et ensuite la collégialité pour déterminer les nouvelles règles, la nouvelle République et ensuite les soumettre à le l'approbation du peuple par référendum et dans ces règles , on instaurera le régime parlementaire avec aussi une place importante pour la voie référendaire

"On "....enfin, je l'espère

Harrachi78
03/04/2019, 08h09
Je reste convaincu que le résultat des courses sera identique aux situation italienne ou française des années 50, en plus grave encore, car nous ne sortiront plus des crises politiques et les implications seront infiniment plus durables.

Dans notre cas, un personnel politique de qualité mėdiocre, une scène politique morcelée et dizaines de petits partis, une culture politique et même sociétale qui accepte peu les idėes de "négocier" ou "compromis", un zaïmisme encore caractéristique du fonctionement partisan ... etc. Tout cela n'augure de rien de bon au "parlementarisme".

Gengis Khan
03/04/2019, 08h11
Je hais le Parlementarisme et tout ce qui peur se rapporter de près ou de loin au libéralisme politique anglo-saxon.

Phileas
03/04/2019, 09h59
C'est tout à fait le moment de changer le régime ... et vers le parlementarisme.
la diversité et la collégialité, il est grand temps de s'accepter, de débattre, de trouver des solutions sans exclusion et sans régionalisme, l'Algérie doit se débarrasser du pouvoir centralisé source de dictature et de tous les maux.

tawenza
03/04/2019, 10h06
C'est tout à fait le moment de changer le régime ... et vers le parlementarisme.
ce sera la course à l'échalote

ps : contrairement à ce que dit foughali, les régimes parlementaires sont minoritaires... en réalité il y a un succédané des deux, c cela qui est majoritaire dans le monde.

Phileas
03/04/2019, 10h14
salut Tawenza
Tu parle du régime semi présidentiel ? le cas Algérien? mais quand tu scrute bien la constitution (qu'on a apprit à lire récemment:mrgreen: grâce au peuple) elle est taillée sur mesure pour Abdelaziz et pour tout dictature.

loursse
03/04/2019, 10h20
Pourquoi pas un système à l'allemande?

tawenza
03/04/2019, 10h21
Phileas,

semi-présidentiel c un mostalah dz..(je dirai fln)
qd tu parles constitution, tu inverses la cause et la conséquence car en réalité, on choisit la voie et on écrit une constitution dans ce sens. du coup, la constitution est une conséquence de la voie choisie, elle ne peut servir de preuve.

je ne suis pas spécialiste mais je sais que :
dans les régimes parlementaires, le chef de l'état rend compte devant le parlement (selon des variantes..)

dans les régimes non parlementaires (présidentiels est un terme impropre car incomplet), le chef de l'état fait un discours à la nation. un discours qui n'est pas discutable, puisqu'il est censé émaner d'un mandat pour une durée. Bien sûr, la réalité est bien moins tranchée.

Sioux foughali
03/04/2019, 10h27
Non ,

Tawenza,

Parmi les régimes démocratiques, le régime parlementaire (évidemment avec quelques variantes ) est largement majoritaire.

Rien qu'en Europe, Asie Océanie, c'est évident .

En Afrique où il y a encore beaucoup de régimes verrouillés comme Congo Brazzaville de Sassou Nguessso, le regime parlementaire est , si je ne me trompe pas, par exemple au Botswana (?)

Sioux foughali
03/04/2019, 10h34
Les arguments de Harrachi sont cependant interessants.

Je pense à un régime parlementaire dans un État de droit pour casser l'idée du leader extraordinaire, du Rais sauveur et favoriser un peu l'horizontalite , la délibération à partir de la pluralité

tawenza
03/04/2019, 10h35
en europe par exp..on distingue les monarchies constitutionnelles et les parlementaires..
les républiques sont fédérales au décentralisées donc de facto, elles sont hybrides comme en allemagne où les landers ne fonctionnent pas tous de la même façon. la suisse c un autre chantier leur système dépasse de loin le parlementaire puisqu'il y a recours au peuple pour des référendums ...

en italie, il y a encore un régime parlementaire bien qu'il ait été dépoussiéré..

les nouveaux pays démocratiques de l'europe de l'est sont plutôt présidentiels y a qu'à voir urban en hongrie, en ukraine, bielorussie, turquie c kif kif, c du présidentiel avec une pommade etc..

je ne suis pas spécialiste mais je crois vraiment qu'il y a à boire et à manger dans cette question.

il faut donc se méfier des simplifications.. je sais d'ailleurs que la tunisie est plutût constitutionnelle (c le sens d'une assemblée constituante), le maroc est à la croisée des chemins sur cette question aussi..

Lakhdari
03/04/2019, 18h23
Un president fort qu'il nous faut, qui peut faire des decisions courageuse. Mais il doit rendre comptes a un parlement .

Bachi
03/04/2019, 18h27
Je suis pour le parlementarisme + autonomie large des régions.

Le parlementarisme est source d'instabilité mais avec des régions autonomes, L'instabilité ne dérangera pas grand chose.

le présidentialisme à l'algérienne est épouvantable, ca ne peut être que ce qu'il a été: exécrable.

Cookies