PDA

Voir la version complète : quelques reflexions sur la situation en Algérie


Risk
07/04/2019, 08h50
d'abord et avant toute chose, un bilan de la situation, où en sommes nous?

d'aucun dirait que rien de bien concret n'a été accompli, le départ de bouteflika était inévitable et les choses sérieuses commencent maintenant, c'est à dire, après la renonciation du A.Aziz Bouteflika a occuper la chaise du président.

il me parait donc, indispensable de faire un historique des évenements les plus marquant, car il y'en a beaucoup et dont l'incidence sur l'avenir du combat des algériens ne doit pas être négligée

je retiens plusieurs points, d'abord, celui le plus important, le limogeage des têtes de services secrets et la restructuration de ce puissant organisme avec un rattachement au MDN, pour comprendre l'importance de cet évenement, il faut se poser les questions suivantes:

1- quel est le rôle des services secrets algériens?

cette question est impérative, car elle amène automatiquement une série d'autres interrogations, dont celle de la "légitimité" ou non d'une telle restructuration, du rôle joué par ces services secrets dans la crise que traverse le pays, et surtout:

2- pourquoi une telle restructuration? (la réponse est partiellement apportée dans le choix des nouveaux responsables)

autre point très important: l'acte 7 des manifestations populaires.

le vendredi dernier a également apporté son lot d'interrogations et de confusion, on y a vu une participation très forte des algériens(nes) malgré des menaces et une propagande grossière de semer la zizanie, spécialement à l'encontre des femmes qui ont eu toutes les raisons de se méfier.

aussi, on ne peut ne pas s'arrêter face à l'étrange ambiance qui y regnait, on y voyait des personnalités se faire huer face caméra alors que celle-ci, curieusement, était absente lorsque ces personnalités se faisaient saluer ou applaudir par les marcheurs du vendredi

je m'attend à ce qu'au cours de l'une des ces marches, Me Bouchachi ou karim tabou ou une autre personnalité militante de la première heure, se fasse chahuter et insulter par des inconnus qu'on voudrait rendre représentatif du peuple.

et enfin, le 3ème et dernier point, l'évolution de la ligne de conduite de l'état major de l'Armée (pseudos enquêtes ciblées menées par la gendarmerie nationale), artisan du premier point et qui semble vouloir gagner le soutien du peuple par de la publicité.



à l'heure qu'il est, la confusion est notre pire ennemi, chacun détient des casseroles sur l'autre, manipulation, suspicion, mensonge, intox et provocation, mieux vaut s'en tenir aux constantes, et garder son calme, ne pas se précipiter vers le dénigrement sous l'impulsion d'une envie malsaine suscitée par une information dont la source est douteuse.

Laari1
07/04/2019, 09h10
à l'heure qu'il est, la confusion est notre pire ennemi,

Et la division est le pire qui puisse nous arriver. C'est le moment d'agir en démocrates, de privilégier les vertus de liberté, justice, tolérance et solidarité.

Risk
07/04/2019, 09h17
oui Laari, la confusion amène la division

c'est le moment de vérité, l'étape "mortelle", celle qui peut enterrer ou au contraire, donner naissance à un réel projet démocratique.

amicalement
07/04/2019, 10h00
Risk


la situation comme je l'ai dit auparavant deviendra de plus en plus dangereuse, tant que le peuple reste dans la rue.

a mon avis il faut pas trop philosopher la dessus.

il faut vite que des personnalités acceptables par la peuple, représentants toute la diversité algerienne et surtout connus pour leur militantisme et intégrité irréprochable prennent le relais.

le temps joue pour les tenants du pouvoir.

supernova
07/04/2019, 10h19
. il faut vite que des personnalités acceptables par la peuple, représentants toute la diversité algerienne et surtout connus pour leur militantisme et intégrité irréprochable prennent le relais.

Irréprochable, c'est justement ce mot qui crée la confusion .
À mon avis , il faut surtout laisser de coté l'esprit de la revanche , trop de gens on trempé dans la magouille ces dernières années , il faudrait une sorte d'amnistie , où toutes personne ayant contribué activement à la catastrophe actuelle bénéficiera du pardon en contrepartie d'une reconnaissance formelle des erreurs commises et d'un retrait des postes de responsabilité.

amicalement
07/04/2019, 10h26
je suis peut etre excessif en parlant d'irréprochabilité.

je voulais dire des gens qui n'ont pas contribués au pouvoir de boutef (et la je parle de tous), des gens qui n'ont pas le sang des algeriens sur leur mains ( FIS, généraux et civils du putsch de 1992, partis serviteurs des généraux du sang..)

Chif
07/04/2019, 10h35
L'idée des repentis est bonne.

Il faudrait beaucoup de courage néanmoins pour les 1ers...

Qui assurerait leur sécurité ?

Vu la désorganisation à laquelle on assiste.

C'est pour cela que je trouve étonnante la demande d'organisation de l'Algerie 2.0 à des gens ayant trempé dans les magouilles, qui ont amené à cette situation, qui ont une mentalité économique (économique pour être gentil) des années 70, et qui sont eux même totalement désorganisés ?

L'ANP pourrait assurer cette sécurité mais cela me parait impossible avec gaid à sa tête.

Il n'a montré aucun signe allant en ce sens, j'ai plutôt vu le contraire.

Sans parler des louvoiements.

Je veux bien croire que la récupération des services de renseignements va dans ce sens.

Mais c'est un pouvoir de plus entre ses mains qui le rapproche plus de son homologue égyptien.

Cookies