PDA

Voir la version complète : selon la Une de Liberté - élargissement des ISTN


Risk
07/04/2019, 11h53
selon le quotidien francophone, il a été procédé à l'élargissement des interdictions de sortie du térritoire national à 378 personnes qui concerneraient de "gros bonnets"

Laari1
07/04/2019, 12h32
Bonne nouvelle.
Mais qui prend ces initiatives? L'armée ou la justice?

Risk
07/04/2019, 12h35
@Laari: c'est la grande question

je penche plutôt vers l'Etat major qui se fait pour gagner du crédit auprès du peuple.

si tel est le cas, et bien que ce soit positif (à condition d'un traitement juridique irreprochable) ca prouverait que la justice agit toujours sur ordre.

Laari1
07/04/2019, 12h47
A la limite, peu importe d'où ça vient. Pourvu que la loi soit respectée. Le travail a commencé, il se poursuivra avec l'entrée en scène de tous les acteurs. (dénonciateurs et institutions).

Risk
07/04/2019, 14h38
selon la version papier de l'article de Liberté :

le nombre total des personnalités touchés par ces ISTN est de 540, elles concerneraient également Sellal de A.Aziz bouteflika (par rapport aux fonds collectés pour la compagne du 5ème mandat)

elles (les ISTN) concernent aussi Bachir Tertag ainsi que deux généraux major et d'anciens ministres.

abdelhamid31
07/04/2019, 14h41
Si cela s’avérait exact , c'est une bonne nouvelle !

habiban
07/04/2019, 14h46
..et qu'on est-t-il des magistrats et procureur qui n'ont pas reagi même quand ils etaient destinateurs de dossiers probants ? Est-ce que maintenant , ils peuvent prendre le train ?

Risk
07/04/2019, 14h46
l'article dit aussi que c'est à titre "conservatoire"

ces ISTN parait-il seront activées (ou ont été) aujourd'hui

des chefs d'entreprise, directeurs d'OPGI sont aussi concernés.

comme tu dis abdelhamid, attendons de voir la suite

je trouve étrange que Liberté soit le seul à en parler...

shadok
07/04/2019, 14h50
Mais qui prend ces initiatives? L'armée ou la justice?

Malheureusement, c'est l'armée. La justice obéit toujours aux ordres.

Saladin7757
07/04/2019, 15h10
Sellal, lui aussi, tombe sous le coup d'une ISTN ?

Risk
07/04/2019, 15h12
d'après l'article de Liberté, oui

Risk
07/04/2019, 15h54
l'article entier:

378 NOUVELLES ISTN ACTIVÉES DÈS AUJOURD’HUI
De gros bonnets concernés

LIBERTE

La Police de l’air et des frontières (PAF) activera, aujourd’hui, dans la matinée, 378 nouvelles fiches d’interdiction de sortie du territoire national (ISTN) à l’encontre des individus concernés par les enquêtes préliminaires enclenchées par le parquet général.

Ce qui porte le nombre de personnalités touchées par cette mesure judiciaire et conservatoire à 540 ISTN, sachant que 162 ISTN avaient été déjà activées aux postes frontaliers par les procureurs de la République. Selon nos sources, ces dernières concernent notamment deux ex-hauts responsables du gouvernement, dont Abdelmalek Sellal, ex-Premier ministre et, néanmoins, ex-directeur de campagne (limogé) de l’ex-président Bouteflika. Les enquêteurs s’interrogent notamment sur les fonds collectés par l’ex-direction de campagne de Bouteflika, d’autant que les investigations en cours tentent d’établir la liste des sponsors et les sommes versées au lendemain de l’annonce de la candidature de l’ex-chef de l’État. D’ailleurs, le successeur de M. Sellal à la direction de campagne de Bouteflika, Abdelghani Zaâlane en l’occurrence, l’ex-ministre des Transports et des Travaux publics, sera concerné par cette opération, et pourrait, lui aussi, être cité dans le dossier sur la suite que ladite direction avait donnée aux fonds ramassés pour mener la campagne du candidat Bouteflika. En outre, ces ISTN frappent trois généraux-majors, dont l’ex-patron de la Direction des services de sécurité (DSS, ex-DRS), le général-major Athmane Tartag, dit Bachir, officiellement limogé jeudi dernier, et non démissionnaire contrairement à ce qui a été distillé. Ayant perdu l’appui de son ex-mentor Bouteflika, celui-ci est touché par une ISTN à titre conservatoire et pourrait également être assigné à résidence. On apprend également qu’une dizaine d’anciens ministres sont cités dans des affaires dont on ignore encore la nature et sont, du coup, frappés par des ISTN conservatoires. Par ailleurs, nos sources ont révélé que des P-DG de banques et de hauts cadres des institutions financières, complices dans l’octroi de crédits faramineux à des investisseurs novices, sont cités dans les enquêtes préliminaires que le parquet général suit de près. D’autant que ces derniers auraient facilité, à travers la surfacturation, le transfert de capitaux vers l’étranger au profit d’individus sans scrupules, qui n’ont jamais rapatrié l’argent de la garantie sur les services et encore moins les dividendes des investissements effectués à l’étranger. Dans le même sillage, des P-DG de concessions automobiles et propriétaires d’usines d’assemblage, des directeurs d’Offices de promotion et de gestion immobilières (OPGI), au même titre que des vice-présidents du Forum des chefs d’entreprise (FCE), dont la liste s’est allongée, ont été auditionnés dans le cadre de ces enquêtes. Le monde du football n’est pas épargné par ces investigations. L’argent dépensé inconsidérément par des présidents de club est dans le collimateur des magistrats instructeurs. Ainsi, on croit savoir que le sponsoring de certains clubs était effectué par ces entreprises avec l’argent des crédits octroyés par les banques dans le cadre des investissements, y compris par des concessions automobiles. Selon les mêmes sources, les enquêtes sont toujours en cours et des dizaines de personnalités ont déjà été entendues par la Section de recherche de la Gendarmerie nationale (SRGN) de Bab-Jdid (Alger), d’une part, et ont été notifiées de leurs ISTN, d’autre part. Aucune de ces personnalités ne bénéficiera d’une autorisation spéciale de sortie du territoire national, et ce, quelle que soit la raison, y compris pour des soins à l’étranger tant que la justice n’aura pas tranché leur cas. Les magistrats qui suivent de près l’évolution des auditions et des enquêtes judiciaires pourraient, dans un proche avenir, aller vers l’établissement d’un mandat d’arrêt international à l’encontre des personnalités qui se trouvent à l’étranger et qui refuseraient de rentrer. Aussi, indiquent nos sources, les personnalités et les mis en cause cités dans l’affaire de la saisie de 701 kilogrammes de cocaïne au port d’Oran au mois de mai 2018 sont tous frappés par des ISTN. Si Kamel Chikhi, dit El-Bouchi, est sous mandat de dépôt, ceux qui avaient bénéficié de ses privilèges seront tous touchés par ces mesures et seront probablement auditionnés cette semaine.

mmis_ttaq-vaylit
07/04/2019, 16h01
Bonjour Risk,


Qui croire, Liberte' ou TSA? Moi je note. J ai lu l autre thread ou des informations contradictoires ont ete publiees par les deux journaux...
je pense savoir ou se trouve la verite'... N empeche que La farine n est pas chere mais ma serenite' vaut son pesant d or.


Ces mesures d annonces ne riment a rien. Le peuple vendredira avec un agenda mis a jour d ici la.


Sellal empeche' d aller faire un tour sur les champs Elysees... quelle poetique justice... qui est faqaqir maintenant yal batata?




Salutations...


M.

Risk
07/04/2019, 16h04
Bonjour mmis tta9-vailit

oui, l'article de liberté est déroutant

d'autant plus qu'une information d'une telle ampleur, devrait avoir fait la Une de tout les journaux


il y a une course à l'information, au scoop ... frénétique, tout est à prendre avec des pincettes

pourtant, il faut bien partager l'info et la commenter, si non, nous serions réduit au silence...

Abdallah
07/04/2019, 16h13
Se sauver par le nord, l'est et l'ouest peut être contrôlable, mais presque impossible par le grand sud.
Les ambassadeurs, les consuls, Wallis, chefs de dairas, les maires, les D.G, les S.G, et même une partie du peuple qui dealait avec eux, la liste est longue, faut-il le convenir.

ice berg
07/04/2019, 16h29
vérité ou mensonge ils ne pourront plus dormir tranquille,le doute et la peur feront des ravages dans les esprits des gens nourris par les biens mal acquits.

Cookies