PDA

Voir la version complète : Algérie : Bensalah «le Marocain» assure l’intérim après le départ de Bouteflika


oudjda
07/04/2019, 17h31
Algérie : Bensalah «le Marocain» assure l’intérim après le départ de Bouteflika
Au lendemain du départ d’Abdelaziz Bouteflika, après en avoir notifié le Conseil constitutionnel, les Algériens ont les yeux rivés sur celui qui lui succédera par intérim. Et contrairement aux rumeurs persistantes sur ses origines, Abdelkader Bensalah, président du Conseil de la nation et prochain président algérien par intérim, n’est pas Marocain.


Après plusieurs semaines de protestations, dénonçant d’abord son intention de se succéder à la tête de l’Algérie puis appelant à son départ, Abdelaziz Bouteflika a annoncé mardi sa démission. Il en a notifié le Conseil constitutionnel de la République algérienne qui doit se réunir, constater la «vacance définitive de la présidence» et proposer au Parlement de déclarer l’état d’empêchement.

Selon la Constitution du voisin de l’Est et son article 102, «le Parlement siégeant en chambres réunies déclare l'état d'empêchement du Président de la République, à la majorité des deux tiers (2/3) de ses membres et charge de l'intérim du Chef de l'Etat, pour une période maximale de quarante-cinq (45) jours, le Président du Conseil de la Nation». Ce dernier, qui exercera donc «ses prérogatives dans le respect des dispositions de l'article 104 de la Constitution», peut en cas de continuation de l’empêchement à l’expiration du délai, prolonger la durée sans dépasser 90 jours à la tête de l’Algérie.

Les «origines marocaines» de Bensalah qui dérangent en Algérie
Ainsi, c’est Abdelkader Bensalah, 77 ans, l’actuel président du Conseil de la nation, qui assurera l’intérim à la tête de l’Algérie. C’est le représentant de taille du pouvoir algérien aux différentes manifestations en Algérie comme à l’étranger ces dernières années, en remplacement d’Abdelaziz Bouteflika. D’ailleurs, «c’est lui qui occupait le siège de l'Algérie lors du Sommet de la Ligue arabe à Tunis le 31 mars», rappelle l’agence France-Presse (AFP).

Journaliste de formation, il a été élu député au Conseil de la nation pour la première fois en 1977. Réélu deux fois, il a présidé pendant dix ans la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée populaire nationale (APN, chambre basse). Il a aussi été ambassadeur d'Algérie en Arabie saoudite de 1989 à 1993 puis porte-parole de la diplomatie algérienne. Il est, depuis le 2 juillet 2002, président du Conseil de la nation d’Algérie.

Seulement, tout comme en 2013, lorsque des médias évoquaient l’Algérie de l’après-Bouteflika avant que ce dernier, affaibli par ses problèmes de santé, ne renaisse de ses cendres pour briguer un autre mandat, la polémique sur les «origines marocaines» d’Abdelkader Bensalah a été de nouveau abordée la semaine dernière. Lakhdar Benkhellaf, leader parlementaire du Front algérien pour la justice et le développement (FJD), avait suscité la polémique, déclarant qu’Abdelkader Bensalah «avait la nationalité marocaine» avant d’être naturalisé algérien. «La condition pour qu’un responsable occupe le poste de Président de la république est de posséder la nationalité algérienne d’origine», avait-il confié à des médias algériens.

Le vrai du faux quant aux «origines marocaines» de Bensalah
Une polémique reprise sur les réseaux sociaux. «Beaucoup soutiennent, décret du Journal officiel à l’appui, que M. Bensalah est d’origine marocaine et n’a obtenu la nationalité algérienne qu’en 1965, ce qui le rend inéligible à assurer l’intérim de la présidence de la République», a rapporté le média TSA la semaine dernière.

Ce dernier a examiné le décret partagé sur les réseaux sociaux avant d’aller dépoussiérer des documents d’état civil du prochain président algérien par intérim, avant de conclure qu’Abdelkader Bensalah n’était pas Marocain. «Il s’avère que ce décret concerne une autre personne», affirme le média, qui pointe du doigt la différence entre «Ben (fils de) Salah» et «Bensalah».

«Autre anomalie qui confirme que le décret en question ne concerne pas le président du Conseil de la nation, sur le site officiel de cette institution, il est indiqué que M. Abdelkader Bensalah est né le 24 novembre 1941 à Beni Messahel, dans la wilaya de Tlemcen. Or sur le décret partagé sur les réseaux sociaux, la personne concernée, soit Abdelkader ben Salah, est né le 21 juillet 1947 à El Amiria.»
Extrait de l'enquête menée par TSA

Le média s’est aussi procuré des extraits de naissance du père et du grand-père d’Abdelkader Bensalah, tous nés en Algérie. «Ce qui prouve au moins que le document qui circule sur internet ne concerne pas Abdelkader Bensalah, le président du Conseil de la nation. S’il existe un décret de naturalisation de M. Bensalah, ce n’est pas celui-là», conclut-il.

Yassine Benargane ********

Cookies