PDA

Voir la version complète : Arrestation de l'avocat et militant des droits de l'homme Me Salah Dabouz


shadok
07/04/2019, 18h10
2eme arrestation en 48H ! Que nous prépare Gaid Salah ?

http://i64.tinypic.com/14jamjb.png

lala-moulati
07/04/2019, 19h43
Dabouz fait partie du groupe de magistrats qui ont rejoint en mars dernier le mouvement populaire déclenché le 22 février passé.


Il est triste de réaliser que ce système ne veut pas comprendre ni montrer une quelconque bonne volonté. Il continu avec les même méthodes périmées en défiant la volonté du peuple.

zemfir
07/04/2019, 19h47
Il continu avec les même méthodes périmées en défiant la volonté du peuple.


"t3oud halima l3adatiha el kadima" c'est pour cela que le peuple a mis la barre haute au départ " trouhou g3a"

shadok
07/04/2019, 20h00
La justice continue de fonctionner aux ordres !

Ce que l’on sait sur l’arrestation de l’avocat Salah Debouz

L’avocat et membre de la ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme, Me Salah Debouz a été arrêté aujourd’hui 07 avril par la police dans un restaurant à Alger.


« J’étais avec lui (Salah Debouz), un autre avocat et deux membres de sa famille dans un restaurant pas loin de la wilaya d’Alger pour déjeuner quand deux policiers en civil sont rentrés dans le restaurant lui demandant de les suivre, alors que quatre autres l’attendaient devant le restaurant », raconte maitre Zahi Saïd.

Selon lui, « les policiers l’ont informé qu’il s’agit d’une notification du procureur général ». Maitre Salah Debouz a donc été conduit au siège de la sûreté de la Daïra de Sidi M’hammed (Ex Cavignac Ndlr), avant d’être présenté devant le procureur de la République de Sidi M’hammed à Alger.

Selon des sources judiciaires, « c’est le juge d’instruction du tribunal de Ghardaïa qui a ordonné son arrestation dans le cadre d’une enquête en cours ». La même source précise que « Salah Debouz est immédiatement transféré à Ghardaïa pour être auditionné par le juge d’instructions ».

« CONDAMNATION INJUSTE »

Selon Me Mellah Abdelhak du barreau de Boumerdes, « Salah Debouz a critiqué sur sa page Facebook, un jugement du tribunal criminel de Ghardaïa rendu le 26 mars dernier, condamnant deux de ses clients d’origine mozabite ».

Selon la même source, « Debouz a trouvé la condamnation comme étant injuste, et les peines prononcées très sévères en précisant dans la publication que ses deux clients n’auraient pas bénéficié de procès équitables du fait de leur origine ethnique ».

« C’est suite à cela que le parquet général de Ghardaïa a rendu un communiqué condamnant ce genre de propos. Il a ordonné l’exercice de poursuite contre Salah Debouz, et certaines personnes qui auraient partagé ses publications dont Kamel Eddine Fekhar, militant Mozabite et le syndicaliste de la coordination des lycées d’Algérie (CLA), Hadj Brahim »

Inter-lignes

Pomaria
07/04/2019, 20h04
Tout ce qui se passe maintenant comme arrestations et ciblage des militants prouvent que le système est resté strictement le même.

Rien n'a changé !

Les Bouteflikas ne sont que la façade et la devanture de ce SYSTÈME POURRIT !

GAID n'a montré aucune volonté réelle et sérieuse de se montrer à coté des revendications du peuple. Bien au contraire, par le blocage des accès, les arrestations des militants et les FAUSSES arrestations de pontes du régime, il montre non seulement le contraire, mais il continue encore et encore a défier et à narguer la volonté du peuple

Chif
07/04/2019, 20h04
Gaid, pour celles et ceux qui doutent encore, avec l'aide de ses sbires donne clairement des signes de la direction qu'il veut suivre....
.

peggy
07/04/2019, 20h10
apparemment les rassemblements sont interdits à Alger sauf le vendredi !

elbieroi
07/04/2019, 20h50
Selon Me Mellah Abdelhak du barreau de Boumerdes, « Salah Debouz a critiqué sur sa page Facebook, un jugement du tribunal criminel de Ghardaïa rendu le 26 mars dernier, condamnant deux de ses clients d’origine mozabite ».

Selon une expérience discutée avec un avocat, un avocat n’a pas le droit de critiquer un jugement qui lui est rendu par la cour d’un tribunal, c’est considéré comme un délit. Il peut faire appel mais il ne peut critiquer ni le juge ni sa sentence. Salah Dabouz doit connaitre la loi et les procédures. A moins que la raison de son arrestation est tout autre.

panshir
07/04/2019, 21h09
Les poubelles sont plus que fouillées actuellement pour justifier des arrestations intimidations de la part du système. Une simple convocation peut suffire, et non suivre à la trace tous les opposants 24h sur 24.

Pomaria
07/04/2019, 21h17
peggy apparemment les rassemblements sont interdits à Alger sauf le vendredi ! t'inquiète pas !

Les étudiants seront de retour ce MARDI, avec des manifs dans toutes les villes universitaires. :razz:

Les travaielleurs seront de la partie le MERCREDI prochain. :D

shadok
07/04/2019, 21h23
Rassemblement aujourd'hui dim 07 avril á la Grande Poste

VoQKSrPY9hE

Laari1
07/04/2019, 21h25
Un juge n'est pas un prophète et je ne vois pas pourquoi le fait de le critiquer est un crime de lèse-majesté, voire un blasphème.
Nous avons souvent vu dans des télés françaises des avocats critiquer un jugement.
Et puis, chez nous, personne ne peut le nier, les magistrats ont souvent mauvaise réputation. Je n'en dirai pas plus... prudence oblige.

shadok
07/04/2019, 21h57
Le pouvoir continue dans ses pratiques arbitraires comme rien n'était. Les mafieux sont protégés et les démocrates et les défenseurs des droits de l'homme sont arrêtés.

Le sociologue et intellectuel algérien Hocine Djidel a été arrêté à l'aéroport d'Alger !

Les avocats et les juges doivent reagir énergiquement sans quoi on ne croira plus en eux.

http://i67.tinypic.com/2cy4apv.jpg

algiers09
07/04/2019, 22h23
les derniers développements depuis quelques jours, sont du Sissi copier coller

mounia
07/04/2019, 22h40
algiers

C'est exactement ça.
Ils ont l'air de nous dire " fini la rigolade!"

algiers09
07/04/2019, 23h48
Ils ont occupé la télévision d'état et les télévisions privés

ils infiltrent leurs agents dans les manifestations

ils font des barrages pour bloquer les manifestants

ils arrêtent les activistes et militants des droits de l'homme

ils s'approprient la démission de Bouteflika

empêchent des rassemblements

diabolisent les partis politiques

etc...

et ce n'est qu'un début

zemfir
08/04/2019, 13h01
et ce n'est qu'un début

la contre-révolution commence :lol: même ici ,"certains" qui s'affichait clairement avec le Bouteflikisme sont de retour en force :lol:

amicalement
08/04/2019, 13h36
la contre-révolution commence même ici ,"certains" qui s'affichait clairement avec le Bouteflikisme sont de retour en force

ya weddi la junte a toujours su en profiter de la division du peuple. elle en fera de meme cette fois, et c'est pas les breches qui manquent.

nous algeriens, sommes trop intolerants, souvent extrimistes dans nos idées et nos demarches.
FA en est la parfait exemple, des que les idées divergent, directement les etiquettes, puis les insultes.

hakimcasa
08/04/2019, 13h42
Manifester uniquement un seul jour de la semaine, en l’occurrence vendredi, laisse largement le temps au régime, qui est en toujours en place, de réfléchir tranquillement aux moyens de casser cette révolution.

amicalement
08/04/2019, 13h48
il y a des petites manifs chaque jour.

ice berg
08/04/2019, 14h05
chaque vendredi suffit ,il faut que les institutions fonctionnent les autres jours,

shadok
08/04/2019, 16h44
L’avocat Salah Debouz libéré

L’avocat Salah Dabouz Arrêté hier 07 avril à Alger « vient d’être libéré aujourd’hui 08 avril et mis sous contrôle judiciaire » nous a confié de son avocat Zahi Said.

Selon les informations qui nous ont été communiquées, Salah Dabouz est poursuivi dans trois affaires. La première est celle de « l’introduction d’objets interdits dans un établissement pénitencier ». Cette affaire remonte à l’époque d’emprisonnement du docteur Kamel Eddine Fekhar durant les événements tragiques qui ont marqué la région de Ghardaia. Maitre Salah Dabouz a fait opposition sur l’affaire.

La deuxième affaire est celle de ses publications sur les réseaux sociaux dans lesquelles il aurait critiqué certaines décisions de la justice. « C’est suite à cela que le parquet général de Ghardaïa a rendu un communiqué condamnant ce genre de propos. Il a ordonné l’exercice de poursuite contre Salah Dabouz ainsi que certaines personnes qui auraient partagé ses publications dont Kamel Eddine Fekhar, militant Mozabite et le syndicaliste de la coordination des lycées d’Algérie (CLA), Hadj Brahim».

L’avocat est également poursuivi dans le cadre d’une troisième affaire dont nous ignorons jusqu’à l’heure, les détails.

Suite à cette arrestation jugée « arbitraire », les avocats affiliés à l’union nationale des ordres des avocats (UNOA) ont décidé de boycotter l’activité judiciaire au niveau nationale, demain 09 avril, en guise de soutien à leur confrère Me Salah Dabouz.

Inter-Lignes

Cookies