PDA

Voir la version complète : Algérie : Le peuple REJETTE la feuille de route du régime


Pomaria
07/04/2019, 21h11
Algérie : Le peuple rejette la feuille de route du régime
Maghreb Emergent


Les marches grandioses qu’ont connu les quatre coins du pays ce vendredi, sont un message clair pour le pouvoir en place.

En effet, les messages ont été très clairs : le peuple rejette la feuille de route choisie par les décideurs du moment à savoir l’application de l’article 102 de la Constitution qui prévoit la désignation du président du Conseil de la nation Abdelkader Bensalah à la tête de l’Etat en attendant l’organisation des élections présidentielles par le gouvernement actuel et avec le code électoral en cours dans un délai ne dépassant pas 90 jours.

Les manifestants qui se comptent par millions ont clairement revendiqué le départ du régime et des solutions en dehors du cadre constitutionnel. Le slogan « ils partent tous » « système dégage » ou encore « les trois B dégage » sont scandés partout par les marcheurs.

Des pancartes ainsi que des banderoles exprimant la même idée ont été brandies par les manifestants dans toutes les wilayas d’Algérie.

Les décideurs sont donc contraints de faire de nouvelles concessions et surtout d’abandonner l’idée d’aller vers des élections présidentielles sans changer les lois, le gouvernement, les walis voire tout le fonctionnement des institutions de l’Etat.

Le peuple réclame une réelle transition démocratique sans les figures du régime et le cadre législatif mit en place par ce dernier. Il est hors de question aujourd’hui, pour les citoyens algériens qui manifestent depuis plus d’un mois, de faire les choses à moitié. En clair, ils plaident pour la poursuite de la mobilisation jusqu’à ce que les décideurs finissent par accepter de passer le flambeau et d’ouvrir une nouvelle page.

Il n’est plus possible pour le pouvoir réel de continuer à chercher des solutions à la crise actuelle dans une Constitution que le peuple rejette dans le fond et dans la forme. Des annonces plus audacieuses répondant aux aspirations des millions d’hommes et de femmes qui ont occupé hier les rues des petites, moyennes et grandes villes d’Algérie doivent êtres annoncées la semaine prochaine, pour éviter le plongement de la crise.

A noter que dans ce cadre que 12 organisations syndicales ont appelé à une marche nationale des travailleurs algériens. Elle aura lieu mercredi prochain à Alger. Les étudiants comptent également organiser des marches dans toutes wilayas du pays mardi prochain.


Younes Saadi

Maghreb Emergent

lala-moulati
07/04/2019, 21h21
la phrase cléf:
Il est hors de question aujourd’hui, pour les citoyens algériens qui manifestent depuis plus d’un mois, de faire les choses à moitié.

Il faut bien retenir, que dans n'importe quel entreprise, pour réussir, il ne faut jamais s’arrêter à mi-chemin pour négocier avec quelqu'un qui veut a tout prix avorter ton projet. La Yadjouz

Ma derhouche chaab!

Pomaria
07/04/2019, 21h27
Tout à fait !

Je pense même qu'à travers ces 7 semaines de hirak, les choses commencent vraiment à mieux s'éclaircir aux yeux de tous les algériens.

Pour connaitre qui est qui, qui fait quoi, et qui sont réellement les responsables de la gabegie dans le pays.

lala-moulati
07/04/2019, 21h36
Tout à fait !

Je pense même qu'à travers ces 7 semaines de hirak, les choses commencent vraiment à mieux s'éclaircir aux yeux de tous les algériens.

Pour connaitre qui est qui, qui fait quoi, et qui sont réellement les responsables de la gabegie dans le pays.

Oui il faut beaucoup de patience et de retenu, ce n'est pas une mince affaire.

On ne négocie pas avec des gens illégitimes, qui ont confisqué les biens et l'avenir des algériens, maintenant que le terrain bouge sous leur pieds et qu'ils sont entrain de perdre la partie, dawrouha mourawaghate. Ils prennent les algériens pour des demeurés.

Qu'ils montrent leur bonne volonté par une démission collective et au hirak de mettre une place une constituante avec des représentants de chaque wilya etc etc. machi hada el moushkil

qu'ils dégagent d'abord.

zemfir
07/04/2019, 21h36
Il est hors de question aujourd’hui, pour les citoyens algériens qui manifestent depuis plus d’un mois, de faire les choses à moitié. En clair, ils plaident pour la poursuite de la mobilisation jusqu’à ce que les décideurs finissent par accepter de passer le flambeau et d’ouvrir une nouvelle page.

inchallah ya rabi pour l'avenir de nos enfants :cry: nous on est blessés a jamais par ses 20 dernières années avec le mal BOUTEFLIKISME

Cookies