PDA

Voir la version complète : Les Algériens déterminés à protéger leur révolution pacifique


shadok
04/05/2019, 16h10
Des millions d’Algériens ont manifesté hier à travers tout le pays pour le 11e vendredi consécutif. Face aux manœuvres du pouvoir qui cherche à renaître de ses cendres à travers des règlements de comptes claniques, les Algériens sont déterminés à protéger leur révolution pacifique. C’est le principal message de la forte mobilisation du 11e vendredi. Les manifestants ont délivré un autre message : la mobilisation va se poursuivre durant le Ramadan qui commence lundi ou mardi prochains.

Hier, les manifestants ont scandé des slogans hostiles aux figures du pouvoir. Personne n’a été épargné : Abdelkader Bensalah, Noureddine Bedoui et désormais Ahmed Gaid Salah ont été pris pour cible un partout à travers le pays. Les trois ont en commun de vouloir imposer une solution dans le cadre de la Constitution, avec une élection présidentielle prévue le 4 juillet. Ce que rejettent les Algériens.

Pour les manifestants, toutes les initiatives annoncées par le pouvoir, y compris la fameuse opération « mains propres » menée par une justice qui est loin d’être indépendante vont dans le même sens, celui de la confiscation de leur révolution. Les manifestants en veulent pour preuve l’absence de poursuites contre Said Bouteflika ou d’anciens généraux influents impliqués dans la corruption et des transferts illicites vers l’étranger.

Les slogans hostiles au général Gaid Salah, plus nombreux ce vendredi que lors des précédentes marches, illustrent aussi une certaine lassitude de ce qui est perçu comme un double discours destiné au mieux à gagner du temps, au pire à tromper le peuple, pour lui imposer une solution dont il ne veut pas. Le patron de l’armée doit clairement choisir son camp : le peuple ou le système qui veut se régénérer à travers la prochaine élection présidentielle et visiblement avec l’appui de l’armée.

Désormais, les marges de manœuvre du pouvoir sont étroites. Des décisions pourraient être annoncées dans la semaine, dont probablement le départ du Premier ministre Bedoui. Mais elles risquent de s’avérer insuffisantes et donc rejetées par le peuple si elles ne sont accompagnées d’une réelle volonté d’aller vers une transition démocratique. Elles risquent d’être perçues comme une nouvelle manœuvre du régime, ce qui aggraverait la crise de confiance entre les deux parties.

TSA

shadok
04/05/2019, 16h14
Le Dilem du jour

http://i65.tinypic.com/3481wcg.jpg

Cookies