PDA

Voir la version complète : News Corp et NBC à l'assaut de YouTube


nassim
24/03/2007, 00h45
News Corp. et NBC Universal annoncent le lancement cet été d'un site internet de vidéos destiné à concurrencer le site YouTube, filiale de Google.

Le site proposera des programmes de télévision entiers, des films et des clips, dont notamment les très populaires "Saturday Night Live" et "Les Simpsons" ou encore les films à succès "Le Diable s'habille en Prada" et "Borat".

Yahoo, Microsoft, AOL (groupe Time Warner) et MySpace (News Corp.) participeront dès son lancement à la distribution du site, selon un communiqué commun diffusé par News Corp. et NBC Universal, filiale de General Electric et Vivendi.

Le site, gratuit, diffusera de la publicité. Des accords ont d'ores et déjà été signés avec des annonceurs comme Cadbury Schweppes, Cisco Systems et General Motors.

"Ce site va changer la donne pour la vidéo sur internet" a déclaré dans ce communiqué Peter Chernin, président et directeur des opérations de News Corp.

Des rumeurs faisaient état depuis plusieurs mois de la volonté des grands groupes de médias de lancer un service commun de vidéos en ligne capable de toucher une nouvelle génération de spectateurs plus enclins à utiliser un ordinateur qu'un poste de télévision.

Il a également été dit que NBC et News Corp. avaient essayé de convaincre Viacom de se joindre au projet. Mais le propriétaire de MTV Networks et Comedy Central a finalement préféré assigner YouTube en justice début mars, l'accusant de "violer massivement et intentionnellement ses droits d'auteur" et demandant plus d'un milliard de dollars de dommages et intérêts.

Viacom a salué dans un communiqué le lancement de ce nouveau site qui prend en compte la protection des droits d'auteur. "Ce projet vient appuyer notre opinion selon laquelle la seule voie légitime et logique pour une collaboration sur internet entre les communautés de la technologie et de la création est celle du respect des droits d'auteur", a déclaré le groupe.

Le site proposera dès sa mise en ligne des épisodes complets et des extraits de programmes tels que "Heroes", "24 heures chrono", "House", "My Name Is Earl," "Friday Night Lights," et "The Tonight Show," ainsi que d'autres émissions appartenant aux catalogues respectifs de NBC et News Corp.

Des films tels que "Little Miss Sunshine" ainsi que "La Mémoire dans la Peau" et "La Mort dans la Peau" avec Matt Damon, seront également disponibles.

source : Reuters

absent
24/03/2007, 13h25
NBC et News Corp contre YouTube, l'ennemi public numéro 1
Un pour tous, tous contre YouTube

(http://www.pcinpact.com/actu_rub_25_Internet.htm)
http://elephant.pcinpact.com/images/bd/news/39273_mini.jpg (http://javascript%3cb%3e%3c/b%3E:popup_img%28%2739273%27,%2739273%27,%27136%27 ,%2790%27%29;) Google ne pouvait espérer meilleure publicité pour son petit protégé : YouTube... News Corp. (MySpace, entre autres) et NBC Universal viennent d'annoncer une association destinée à concurrencer le site de diffusion de vidéo, à laquelle ont adhéré Yahoo, Microsoft et AOL (groupe Time Warner).

Un consortium de monstres et une gratuité totale

« Pour la première fois, les consommateurs auront ce qu'ils demandent : des vidéos professionnelles sur les sites qu'ils fréquentent », a expliqué Peter Chernin, P.D.G. de News Corp.. En effet, on mettra ainsi à disposition et gratuitement, « des milliers d’heures de vidéo de qualité », en provenance directe des catalogues respectifs. Et tout cela devrait être effectif dès cet été.

Pour mettre en appétit le chaland, on avance des titres de séries aussi éloquents que Les Simpsons, ou le Saturday Night Live, mais également des films au succès parfois discutable, comme Le Diable s'habille en Prada, ou l'inexprimable Borat.

http://elephant.pcinpact.com/images/bd/news/39274_mini.jpg (http://javascript%3Cb%3E%3C/b%3E:popup_img%28%2739274%27,%2739274%27,%27640%27 ,%27449%27%29;)Cette totale gratuité sera permise par la diffusion de publicité, dont les revenus seront partagés avec les ayants droit, contre l'autorisation légale d'avoir recours au contenu. Des marques telles que Cadbury Schweppes, Cisco, Esurance, Intel et General Motors, ont déjà été contactées et semblent répondre positivement.

Différents portails proposeront ce contenu vidéo, avec une charte graphique propre à chacun. De même, les partenaires « envisagent d’acquérir des contenus supplémentaires et de produire de nouveaux contenus exclusifs » toujours selon Peter Chernin.

La communauté fait la différence ?

http://elephant.pcinpact.com/images/bd/news/35531_mini.jpg (http://javascript%3cb%3e%3c/b%3E:popup_img%28%2735531%27,%2735531%27,%2789%27, %27130%27%29;)Un grand oublié dans cette affaire pourrait être Viacom, attendu comme un acteur complémentaire de cette réunion. Mais le propriétaire de MTV Networks a préféré la voie légale pour mettre à genoux YouTube, en l'assignant ce mois-ci en justice. Viacom salue néanmoins l'entreprise avec, à demi-mots, le souhait d'une longue route.

Pourtant, un détail crucial différenciera l'association anti-YouTube du site devenu la bête à abattre, le Gévaudan ne versant pas dans la vidéo... Si l'une mettra en ligne du contenu, au choix d'une ligne de diffusion, l'autre repose sur des millions de clips vidéo échangés par les internautes.

Cet aspect communautaire, souvent décrié comme incontrôlable, privilégie nettement l'apport de chacun, contre une passivité évidente dans un simple choix des programmes à visionner.

Un monopole à venir, ou une télé du futur ?

Mais Peter n'en démord pas : « Nous aurons accès à la totalité de l'audience Internet aux États-Unis dès le lancement. » Ce cadre, bien plus légal, à l'évidence n'a cependant pas manqué de faire sourire Google : le projet de groupement de géants du média a, de fait, écopé d'un surnom ravageur, attribué par Google : « Clown Co. ».


http://elephant.pcinpact.com/images/bd/news/39275_mini.jpg (http://javascript%3cb%3e%3c/b%3E:popup_img%28%2739275%27,%2739275%27,%27120%27 ,%2790%27%29;) Derrière cette alliance de poids lourds se cache cependant une révolution discrètement, mais à peine, dissimulée, qui tendrait à bouleverser l'usage de la télévision tel que nous le connaissons. Car, si tout spectateur accède finalement à des films, ou des reportages, etc. à la demande, et ce, avec pour seule contrepartie un échange en publicité, nous entrons à grande vitesse dans l'ère de la télévision à la demande.

Autrement dit, un effondrement de la télé, telle que nous l'avons toujours connue. Et telle qu'elle ne sera plus jamais.

Vendredi 23 mars 2007 à 16h37, rédigé par Nicolas.G (nicolas.g@pcinpact.com)

Cookies