PDA

Voir la version complète : Lyautey est le père du drapeau marocain


rago
25/08/2019, 13h38
L'affirmation du site Zamane est-elle crédible ou pas?

- A l’origine, un drapeau rouge, symbole des Alaouites et couleur de l’autorité makhzénienne depuis le XVIIe siècle. Par ailleurs, sur les pièces de monnaie marocaines du XIXe et du début du XXe, figure un symbole populaire courant : une étoile à six branches, plus communément appelée « étoile de David ».

C’est la combinaison de ces deux éléments qui a inspiré le général Lyautey pour l’élaboration du drapeau marocain. En 1915, le résident général cherche à donner au Maroc une représentativité diplomatique. Il est bien conscient que l’utilisation d’un drapeau rouge, en pleine expansion de l’idéologie communiste, n’est pas de très bon goût. Par ailleurs, Lyautey juge que l’insertion d’une étoile à six branches, symbole partagé par les populations juives, pourrait poser problème.

Il opte donc pour le retrait d’une branche, laissant place au symbole des cinq piliers de l’islam (un par branche) doublé de la couleur verte, celle de l’islam comme religion d’Etat. Après 1956, le pouvoir marocain considèrera que le drapeau « offert » par le Protectorat reflétait logiquement les valeurs qu’il voulait incarner, à savoir une forte empreinte de la dynastie alaouite ainsi qu’une politique qui se veut inspirée de la religion-.

Zamane.Ma.

houari16
25/08/2019, 14h52
L origine du drapeau et la monnaie ( à étoile à 6 branche )

Royaume juif de Debdou/Taza dans l'Est marocain...

Debdou était le centre d’un royaume juif historiquement connu.
Ce royaume juif était si puissant que la dynastie alaouite dut s’adresser à Ibn Machâal, le souverain juif de Debdou et de Taza pour trouver auprès de lui appui humain et soutien financier. Sans cet appui, le premier sultan alaouite n’aurait sans doute pas pu asseoir son pouvoir.

rago
25/08/2019, 18h11
" Après 1956, le pouvoir marocain considèrera que le drapeau « offert » par le Protectorat reflétait logiquement les valeurs qu’il voulait incarner, à savoir une forte empreinte de la dynastie alaouite ainsi qu’une politique qui se veut inspirée de la religion-.

C'est le passage de ci-dessous qui mériterait d'être élucidé? Pourquoi le drapeau marocain s'était-il vu amputé d'une branche passant de 6 à 5 branches?

Historiens à vos claviers!

sam.respect
25/08/2019, 19h13
Lyautey pere du makhzen et les touristes sont les pères des enfants nés hors mariage près de 50%....

Bachi
25/08/2019, 19h16
Un, deux, trois.
Il en manque quelques uns du club

rago
25/08/2019, 20h35
Une autre interrogation se pose aussi: à savoir pourquoi Hassan II n'avait-il pas osé abolir les branches du drapeau marocain afin d'éviter toute réciprocité avec celui d'Israël (lui avec 6 branches).

Il s'agit d'une épreuve que le Maroc et Israël sont intimement liés en imposture: Le Maroc colonise le Sahara Occidental et son "jumeau" israélien la Palestine.

Enfin, il faut savoir que l'indépendance dans l'interdépendance du Maroc s'est ratifiée le 2 mars 1956 mais que feu Hassan II l'a reportée au 18 novembre 1956, c'est-à-dire quelques jours auparavant que le royaume chérifien ait accédé à l'ONU (à savoir la naissance du Maroc).


-Indépendance accordée, indépendance signée

Mais pourquoi donc la date du 18 novembre 1955 célèbre-t-elle une indépendance qui n’est réelle qu’à dater du 2 mars 1956?

En fait, pour 2 raisons majeures. Tout d’abord parce que cette date coïncide avec la célébration de la fête du trône sous le règne de Mohammed V, sur l’esplanade de la tour Hassan à Rabat et ce, quelques jours après son retour de l’exil, le 10 novembre de la même année. La symbolique est forte !

Ensuite parce que célébrer la fête d’indépendance le 2 mars aurait pu être interprété comme une célébration d’un parti politique au détriment de la royauté alaouite. Car le parti Istiqlal qui joua un rôle prépondérant dans l’accès à l’indépendance, était déjà un peu trop sous les feux de la rampe au goût du monarque.

L’avenir confirma ce choix judicieux. Il aurait en effet été impossible sous le règne de Hassan II, compte tenu de la personnalité de celui-ci, de confondre fête de l’indépendance et fête du trône.

Or la fête du Trône sous Hassan II se célébrait le 3 mars… et ceux qui ont connu l’ère Hassan II se rappellent ces interminables célébrations de la fête du trône qui duraient pratiquement tout le mois, à la Gloire de Sa Majesté, Dieu Le protège. Quant à la politique de Hassan II, reste à savoir si elle exprimait réellement la construction d’un Maroc moderne, libre et démocratique, tel que son père.

Cookies