PDA

Voir la version complète : BADR, près de 500 milliards dilapidés


shadok
04/04/2007, 09h35
Un nouveau scandale bancaire à la BADR. Près de 500 milliards dilapidés (soit l'équivalent de 50 millions d'Euros) :sad:
_________________________________
Nouveau détournement à la Badr
Près de 500 milliards dilapidés

Le Maghreb
04-04-2007
Lamine T.


Ce sont près de 500 milliards de centimes qui ont été dilapidés de la Banque de l'agriculture et du développement rural (Badr). 32 personnes, dont Ibrahim Hadjas, P-DG de Union Bank, sont accusées dans cette affaire. 9 personnes, parmi lesquels Brahim Hadjas, sa fille et son fils, sont en fuite. 8 autres sont placées sous mandat de dépôt, tandis que 7 sont mises sous contrôle judiciaire et 2 incarcérés dans le cadre d'autres affaires.

Cette affaire a trait à des chèques sans provisions d'un montant de près de 500 milliards de centimes, que le propriétaire de l'EURL CCB aurait émis, selon l'accusation. Le propriétaire de cette EURL a bénéficié de plusieurs crédits bancaires auprès de la Badr. Lors des auditions des accusés par le juge d'instruction, des faits sont ressortis, comme l'existence d'une opération de contrôle interne au sein cette banque grâce à laquelle cette affaire a été mise au jour. Certains ont annoncé n'avoir pas pris connaissance de ce rapport. Sur la base d'inspections effectuées par une commission interne à cette banque, une plainte a été déposée par cette dernière auprès de la Brigade économique et financière (BEF) de la Sûreté de wilaya d'Alger, le 28 décembre 2005.

Lors de l'audience d'hier, les avocats de la défense ont demandé le renvoi de ce procès à une date ultérieure. C'est ainsi que le procès est renvoyé pour le 17 avril prochain.

Il serait utile de rappeler que ce n'est pas la première fois que la Badr est entachée par un détournement de cette envergure. En effet, le détournement de 12 milliards de dinars ayant impliqué la Digimex est jugé en appel. Les 25 inculpés, dont 9 sont sous mandat de dépôt, ont fait appel après les condamnations qui ont été prononcées à leur encontre par le tribunal correctionnel, le 17 novembre dernier, et qui varient entre 2 et 10 ans de prison et une amende d'un million de dinars pour chacun d'eux.
Les mis en cause, dont l'ex-P-DG de la BADR, Bouyacoub Farouk, le gérant de DIGIMEX, Zidoune Youcef, et plusieurs cadres de ladite banque sont accusés de dilapidation et de complicité de détournements de deniers publics, de faux et usage de faux et d'escroquerie.

asmara
04/04/2007, 13h36
:rolleyes: :22: eh oui le pire c'est que je connais l'un d'eux (lui et sa famille) ... jamais je n'aurai pensé qu'il puisse se mettre dans cette situation, d'ailleurs beaucoup de questions me restent en travers de la gorge car personne sur terre ne pourra me dire la réponse ...

noubat
04/04/2007, 17h24
existe t-il des gens honnêtes en Algérie ?

revolutionna
05/04/2007, 00h56
:evil: Ce n est pas l honnetete qui manque en algerie, mais un systeme archaique qui a laisser trop de place a l aventeure des prets et des cheques en bois faire glisser le deficit des banques.
La gestion n etait pas rigoureuse, trop de circulaire, l une anule l autre, manque de verificateur et controleur financier periodique, manque de systeme informatiser pour que le directeur ou la direction de regularisation puisse jeter un coup d oeil, tout ceci a donner a des ingrats de lapider les banques sous divers formes, ensuite il depose des bilans de faillites et fuit le pays.
Des societes etrangeres ont profiter de ce manege, meme les italiens, syrien et turc.

khlass
05/04/2007, 18h46
oui ils vivent en suisse

asmara
08/04/2007, 13h08
Affaire BADR Birkhadem : L’ex-P-DG et plusieurs cadres acquittés
Dimanche 8 Avril 2007 : Par Rafik Elias

L’ex-président directeur général de la Banque de l’agriculture et de développement rural (BADR), Farouk Bouyacoub, a été acquitté hier par la chambre correctionnelle près la cour d’Alger, dans l’affaire de dilapidation et de complicité de dilapidation des deniers publics, de faux et usage de faux et d’escroquerie. Laquelle avait été jugée en appel il y a deux semaines, mettant en cause 24 autres personnes accusées du même délit, dont le gérant de Digimex, Zidoune Youcef, et des cadres de la BADR. Plusieurs parmi ces derniers ont été également acquittés, alors que trois autres cadres, occupant, respectivement, les fonctions de chargé du recouvrement, de directeur adjoint et de directeur régional ont été condamnés à sept ans de prison ferme. En outre, deux ans de prison ferme ont été prononcés contre le chef du service du fonds de réserves.
De son côté, le gérant du groupe Digimex a été inculpé du même chef d’accusation et condamné à sept ans de prison ferme. La chambre correctionnelle statuera sur l’action civile une fois que l’expert désigné aura présenté son rapport sur les garanties hypothécaires et leur valeur. Pour rappel, dans son intervention lors du procès en appel, le procureur général avait requis de lourdes peines allant de 3 à 10 ans de prison ferme à l’encontre de tous les accusés, à leur tête Farouk Bouyacoub, contre lequel il avait requis 8 ans de prison ferme, alors que le tribunal de première instance l’avait condamné à 3 ans de prison ferme. La section délits du tribunal de Bir Mourad Raïs avait prononcé en novembre dernier des peines allant de 2 à 10 ans de prison ferme à l’encontre des accusés dans l’affaire de dilapidation de 11,560 milliards de dinars de l’agence BADR de Birkhadem. La peine la plus lourde (dix ans de prison) a été prononcée à l’encontre des accusés en fuite alors que les responsables de l’agence de Birkhadem ont été condamnés à huit ans de prison.
Les gérants du groupe Digimex, qui a bénéficié des fonds détournés, ont été condamnés à une peine de cinq ans de prison ferme alors que les autres prévenus reconnus coupables de complicité dans la dilapidation des deniers publics ont été condamnés à des peines allant de 2 à 4 ans de prison.
Les condamnés devront également verser des amendes de 10 millions DA à 200 000 DA pour dilapidation des deniers publics ou participation à la dilapidation des deniers publics. Les faits de cette affaire remontent à la période allant de 2002 à 2005 lorsqu’un montant de 12,560 milliards DA a été détourné par le biais de transactions financières illégales au profit du groupe Digimex composé de sociétés spécialisées dans le commerce de céréales et de matériaux de construction notamment le bois et le fer.

R. E.

Copyright © 2000 Omnium Maghrébin de Presse - La Tribune . All Rights Reserved.

Cookies