PDA

Voir la version complète : Le 9 février 2019, le FLN orchestre la provocation fatale de la Coupole


shadok
09/02/2020, 14h16
PuOG_ub9P5s

Le 9 février 2019, les chargés de l’animation de l’appareil du FLN, avec le zèle arrogant des apparatchiks, ont organisé un meeting à la Coupole du 5 juillet, à Alger, pour annoncer officiellement que Abdelaziz Bouteflika était leur candidat à l’élection présidentielle. Ce jour-là, sur les réseaux sociaux, des Algériens écœurés vont commenter la scène ahurissante où des hommes en-costumés offraient un « cadre au cadre » et ils persifleront sur les casse-croûtes » cachir » distribués aux partisans ramenés par milliers de tous le pays vers Alger.

Le cadre et le cachir

Le « cadre » et le « cachir » vont être deux mots clés annonciateurs de l’insurrection civique du 22 février. Le pouvoir, dans tout ses compartiments, y compris feu le chef d’Etat-major, Ahmed Gaïd-Salah, ne l’a pas vue venir. Le régime s’attendait tout au plus à quelques contestations « classiques » de type « Barakat » en 2014 ou des tentatives de manifestations lancées les samedis en 2011, dans la foulée de la chute de Benali en Tunisie. Des contestations modestes, sans soutien populaire, qu’il a pu gérer avec la prétendue « gestion démocratique des foules », la fameuse « GDF ». Il ne s’attendait pas à une contestation désarmante, aussi bien par son ampleur que par son pacifisme, que celle qui s’enclenchera le 22 février.

Une scène d’une grande violence

Aujourd’hui encore, en observant la remarquable photo de Samir Sid, on mesure la violence de la scène diffusée sur toutes les chaînes de TV, et le message méprisant qui était adressé aux Algériens. Celui d’une machine du régime qui se met en branle pour dire que les jeux sont, comme d’habitude, faits et que l’avis de la population ne fait pas partie de l’équation. Le jour de la coupole n’avait même pas la relative retenue des grandes messes du parti unique. C’était, au contraire, une rencontre à l’organisation chaotique. On se disputait l’accès à l’estrade, y être à tout prix semblait être le but pour faire étalage du zèle et se signaler aux tireurs de ficelles.

Dans la « tradition » du parti unique, l’espace de l’estrade est réglé et une forme de hiérarchie était de mise. Mais pour ce 9 février, tous le monde veut y être pour se montrer. On ne pouvait mieux montrer le côté chaotique d’un régime qui fait rempiler un homme malade « vainqueur » en 2014 – avec la participation de l’éternel lièvre que fut Ali Benflis – sans même faire la moindre apparition publique. La scène de l’estrade, même le très persifleur film « Carnaval fi dechra », ne l’aurait pas osée, la réalité du régime – on en prendra la mesure par la suite avec les affaires de corruption – dépassant et de bien loin, l’imagination pourtant fertile des Algériens.

« Faites de beaux rêves »

Le principal organisateur apparent de ce cirque, Moad Bouchareb, coordinateur du FLN et ex-président de l’APN, a disparu de la circulation. Les députés qui avaient mis dehors Saïd Bouhadja pour l’introniser président de l’APN se sont mis à réclamer son départ; il jettera l’éponge le 22 juillet. Il avait été déjà débarqué du FLN, le 30 avril, au profit de Mohamed Djemaï, qui est en prison.

Bouchareb laissera à l’histoire une déclaration irréelle – et stupide – au lendemain des grandes manifestations du 22 février: « Certains politiques et quelques pseudos politiques commencent à rêver. Je leur dis : faites de beaux rêves et bon sommeil. Je leur dis aussi, les enfants rêvent toujours, alors profitez de vos rêves ». C’était encore le point de vue de l’ensemble du régime. Quelques jours plus tard, le 26 février, le général Gaïd Salah mettait en garde les contestataires. Il est inacceptable, disait-il « que des Algériens soient poussés vers l’inconnu à travers des appels douteux chantant en apparence la démocratie mais qui, en vérité, poussent des égarés vers des sentiers peu sûrs qui ne servent pas l’intérêt du pays ni son avenir prospère ».

Moad Bouchareb a disparu de la circulation, mais une bonne partie de ceux qui plastronnaient avec aplomb sur l’estrade, dans ce « carnaval fi dawla », sont désormais à El Harrach, après la fin apparente de la sainte alliance au sein du régime provoquée par l’insurrection civique des Algériens/ Abdelmalek Sellah, Tayeb Louh, Djamel Ould Abbés, Amar Tou, Abdelmalek Boudiaf, Said Berkat, Ali Haddad…

Carnaval fi Eddawla

Le lendemain du carnaval de la Coupole, le 10 février 2019, Abdelaziz Bouteflika officialise sa candidature dans un « message à la nation ». Il y évoque les « nombreuses voix » qui le « sollicitent pour poursuivre » sa mission. Tout en admettant qu’il n’avait plus les « mêmes forces physiques qu’avant », Bouteflika se dit en mesure de « transcender les contraintes liées aux ennuis de santé auxquels chacun peut être un jour confronté. »

Le quatrième mandat était de trop, l’idée d’un cinquième mandat révélait un état d’autisme aggravé au sein de tous les compartiments du régime. Passé le moment de sidération, les signaux de la colère se multiplient: Kherrata, Khenchela, les réseaux sociaux entrent en ébullition. Le 22 février, le pays est dans la rue pour rejeter le cinquième mandat de Bouteflika et le régime qui a permis le carnaval fi eddawla. Un an plus tard, le pays est toujours dans la rue.

Radio M Post
09 février 2020

shadok
09/02/2020, 14h26
Il faut rappeler qu'à cette époque, le Général Gaid Salah faisait campagne pour le 5ème mandat de Bouteflika.

Le 12 février 2019, Gaid Salah avait déclaré lors de sa visite à Constantine que «cette rencontre a eu lieu au moment où le peuple Algérien s’apprête à accueillir un rendez-vous électoral d’une grande importance»

Il a déclaré aussi : «A cette occasion où l’Algérie est à la veille d’un rendez-vous d’une majeure importance, je tiens à réitérer que l’édification d’un état moderne dédiant ses efforts au service du peuple souverain, constitue l’un des plus importants acquis réalisés dans notre pays et avec lesquels les fondements de ces institutions sont davantage renforcés»

Et que quelques jours avant, le 31 janvier 2019, Tebboune avait déclaré qu'il ne se présenterait pas aux élections et qu'il soutiendrait Bouteflika pour un 5ème mandat.

Tebboune a soutenu le 5ème mandat de Bouteflika
http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=453733

Pomaria
09/02/2020, 14h30
******** photo fake retirée ***********


Désolée.

shadok
09/02/2020, 14h52
..............

Pomaria
09/02/2020, 15h02
SHADOK

Sujet déjà posté ce matin par SAKO !


Le 9 février 2019, le FLN orchestre la provocation fatale de la Coupole (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=456697)
http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=456697

Saladin7757
09/02/2020, 15h35
Ils (notamment Sellal et Mouad) adorent un cadre en bois, en 2019
C'est une Djahilia !

shadok
09/02/2020, 15h53
Ces cachiristes du FLN de la coupole sont toujours là et essayent de se recycler.

https://i.imgur.com/EjnbJrs.jpg

Bachi
09/02/2020, 15h58
On a là, la grosse racaille algérienne.
Heureusement, le peuple avait réagi!

massinissa
09/02/2020, 16h00
Ce qui m'étonne le plus c'est que les organisateurs aient pu croire que ça pouvait continuer comme avant! ils ont été chercher dans tout le pays des gens désœuvrés à qui ils proposaient un voyage en car jusqu'à Alger, des gens qui pas une seconde n'adhéraient à leurs slogans, l'Algérie entière se moquaient d'eux (les organisateurs) mais ils étaient tellement englués jusqu'au cou dans leur corruption qu'ils ne voyaient plus la population, ils la méprisait! résultat....

Pomaria
09/02/2020, 17h02
https://lh3.googleusercontent.com/proxy/UaxfLTkaPEdbhrwh6N3PmQalqlQiKX2NaM8-tF9EtzdSAEzHYZsvqrOs3jfA569svo4mkYKAXoIFHQHEgTXurj 4yosyfF02V_3Ipc7t2xbBujTm3sR_82gUYcbNj0JudOoQyy6GE em4rX7H8sOmifF4jplFc

Le syndrome du cadre est une pandémie appelée "CADRO-VIRUS"
- Virus récalcitrant et ravageur localisé chez une peuplade et un état nommé Algérie.
- Il attaque l'intégrité de l'individu, son niveau d'intelligence et devient insensible à la honte.

A notez que tous ceux qui perdent leurs sens et leurs moyens, face à une rondelle de cachir, ont été facilement contaminé par ce VIRUS :razz:! :mrgreen:

https://salimsellami.files.wordpress.com/2019/05/ait-ouyahia2989923589315115368.jpg?w=685

Pomaria
09/02/2020, 17h22
Les volontaires du HIRAK pensant avoir éliminé définitivement le foyer de l'infection en Avril 2019, ce virus dangereux a malheureusement muté en un autre virus vers la fin de l'année 2019. :evil:

Le nouveau Virus mutant nommé "ZARGUO-VIRUS", est tout aussi ravageur que le premier.
Il a atteint principalement tout ceux atteints de CADRO-VIRUS qu'on croyait guéris, ainsi que ceux qui y sont prédisposés, comme ceux ayant un faible pour les tranches de CACHIR !:mrgreen:

Les premiers symptômes visibles de la ZARGUO-VIRUS étant :
- le doigt bleu,
- l'obsession maladive d'avoir un "Rais" quel qu'il soit. Même un lapin ! :razz:


https://image.noelshack.com/fichiers/2020/06/7/1581268787-tounsi.jpg

molker
09/02/2020, 17h53
Et certains osent dire que le hirak a échoué ........

zemfir
09/02/2020, 18h47
- ya hassraa , la chitousserie ya juste un ans pilpoil :razz:


https://scontent-mrs2-1.xx.fbcdn.net/v/t1.0-9/77020437_477951679460222_7963915882810310656_n.jpg ?_nc_cat=110&_nc_ohc=xu-Win-U8R4AX-zeQbT&_nc_ht=scontent-mrs2-1.xx&oh=95b09237088415f8a0a9665cd830106b&oe=5EC8E7C8

katiaret
09/02/2020, 20h56
_6iJvQ9mc24?t=6m23s

benam
09/02/2020, 22h09
Écoeurant !

nassim
10/02/2020, 22h34
Le déluge d'infos typique de l'ère d'Internet fait qu'il est très facile d'oublier des événements importants survenus il y a un an voire il y a seulement un mois. Du coup, il est facile d'oublier qu'il y a seulement un an, le cartel mafieux ANP/FLN et ses millions de fidèles supporters étaient littéralement prêts à offrir un 5e mandat triomphal à un mort-vivant qui était totalement absent de la scène politique depuis 2013!

C'est dire à quel point les mafieux du cartel ANP/FLN ont enfoncé l'Algérie dans les abysses de la décadence politique et du culte de la personnalité du mafieux Bouteflika.

Heureusement que les millions de braves militants du Hirak ont réussi à épargner une terrible humiliation internationale à l'Algérie en chassant le mafieux Bouteflika du pouvoir et ont aussi pu réanimer le cadavre politique qu'était l'Algérie avec leur mobilisation démocratique, massive et pacifique.

Honte aux mafieux du cartel ANP/FLN et à leurs valets mafieux dans la classe politique et les médias qui ont tant souillé et saboté l'Algérie.

Cookies