PDA

Voir la version complète : La bataille continue autour de la carte «Chiffa»


augustin
30/04/2007, 08h14
Le marché de la carte « Chiffa » joue les prolongations. Selon nos informations, le groupe français Sagem conteste l'attribution du projet à son concurrent Gemalto en portant l'affaire devant le Conseil d'Etat. Après l'affaire d'offres et l'attribution, c'est la contestation. Le marché a été attribué par la CNAS en 2006 à la société française Gemalto pour près de 16 millions d'euros au détriment de Sagem. Mécontent sur « les conditions d'attribution », le groupe français avait introduit un recours qui a été rejeté par la Caisse nationale de la Sécurité sociale.

Non convaincu de la réponse de la CNAS, Sagem n'a pas reculé. Le groupe français a en effet pris un avocat et décidé de saisir le Conseil d'Etat. Une première audience a eu lieu fin 2006. « Notre offre est la meilleure techniquement et financièrement, estime une source de Sagem. Nous avons offert un peu plus de 13 millions d'euros avec une offre technique qui n'a pas été contestée par la CNAS ». Contacté par le Quotidien d'Oran, le chargé de communication de la CNAS, M.Abdoun déclare : « la procédure de passation de marché a été respectée par la CNAS. Le règlement a été respecté. Sagem a introduit un recours et elle a été déboutée et l'affaire est au niveau de la justice». Selon des sources proches du dossier, une deuxième audience est prévue début mai au niveau du Conseil d'Etat. Selon nos sources, Sagem compte aller jusqu'au bout dans cette affaire qui ne semble pas toutefois perturber les grands débuts de la carte Chiffa. Des sources officielles affirment que l'utilisation de cette carte a déjà commencé dans cinq wilayas pilotes : Boumerdes, Annaba, Médéa, Oum Bouaghi et Tlemcen et touché 650 000 assurés. Selon le ministre du Travail et de la Protection sociale Tayeb Louh, la carte « Chiffa » sera généralisée à 5 millions d'assurés, au cours des trois prochaines années, et à tous les assurés de la sécurité sociale en 2010 avant d'être étendue au système du tiers payant à l'horizon 2012.

La Caisse nationale des Assurances sociales vise, à travers l'utilisation de la carte magnétique, la modernisation du système de sécurité sociale, d'une part, d'épargner aux citoyens toutes sortes de désagréments ainsi, et d'éradiquer d'autre part, la bureaucratie. Cette carte est dotée également de plusieurs codes en vue de faciliter la mission aux partenaires sociaux (pharmaciens, médecins, hôpitaux et agents de la CNAS) et de garantir de meilleures prestations à l'assuré en matière de suivi et d'orientation. Les responsables de la CNAS ont souligné que cette «carte est sécurisée, précisant que seule la CNAS ou le médecin traitant peuvent accéder aux informations contenues dans la carte, et ce, en vue de préserver la confidentialité du dossier médical de l'assuré. La CNAS vise, à travers l'utilisation de la carte magnétique, la modernisation du système de sécurité sociale, d'une part, d'épargner aux citoyens toutes sortes de désagréments ainsi, et de réduire la bureaucratie. Cette carte « intelligente », la première du genre dans le monde Arabe et en Afrique, a été réalisée par la société française «Gemalto» pour un coût de 16 millions d'Euros. D'une validité de cinq ans et réputée inviolable, cette carte à puce vise la modernisation de la gestion de la CNAS, la maîtrise des dépenses, la protection des assurés et la lutte contre les fraudes.

Le quotidien d'Oran

citoyen
30/04/2007, 10h23
>>>Des sources officielles affirment que l'utilisation de cette carte a déjà commencé dans cinq wilayas pilotes : Boumerdes, Annaba, Médéa, Oum Bouaghi et Tlemcen et touché 650 000 assurés

C'est absolument faux, le projet connait en ce moment des difficultés dans la mise en place de la solution chez les professionnels de santé. Gemalto a vendu sa solution sans se préoccuper de l'intégration des lecteurs chez les professionnels.

Mais que va faire le conseil d'état, quelle compétence maîtrise t-il pour analyser et comparer les 2 offres..même si les 2 offres sont plutôt du genre piège à cons.

augustin
30/04/2007, 14h33
Que ce projet connaisse des difficultés il n y a aucun doute. La carte Vital en France a eu bien d'autres problèmes. Tu as donc d'autres info que cela pour dire qu'il n y a aucune carte sur le terrain.


Le conseil d'état est saisi dansce cas pour trancher sur la transparence de cette attribution. Et moins chère ne veut pas dire forcement meilleure.

darwish
30/04/2007, 14h54
Salaam,
Que ce projet connaisse des difficultés il n y a aucun doute. La carte Vital en France a eu bien d'autres problèmes.

Toujours et encore, on importe des solutions qui ne sont pas du tout adaptées à nos problèmes.

citoyen
30/04/2007, 15h04
>>>Que ce projet connaisse des difficultés il n y a aucun doute. La carte Vital en France a eu bien d'autres problèmes. Tu as donc d'autres info que cela pour dire qu'il n y a aucune carte sur le terrain.

Ils en sont encore en phase de recette, mais ils arrivent pas encore à adapter :
1-La personnalisation sécurisée sur les cartes
2-Le modules de lectures ne sont pas encore opérationnels (sans ces modules la lecture d'une carte et donc son usage est quasi impossible)
3-Les bases de données de la CNAS sont très corrompus (présence de doublons, triplons, quadruplons et des dizaines de milliers de décés).
4-Gemalto et la CNAS l'union d'enfer n'est pas au beau fixe
5-La réinitialisation de l'historique de la carte, procédé sensé pouvoir rendre la carte autonome, pose encore un problème, puisque aujourd'hui encore la capacité de la carte ne semble pas suffir à mémoriser les transactions.

Ce que je sais : la carte va être tout de même diffusée mais sera utilisée sans ses fonctions "éléctroniques", le pharmacien devra se débrouiller avec les infos imprimées et oublier pour le moment les infos inscrits dans la puce (infos pas fiables semble-t-il)...

Et toi tu as des infos sur les compétences du conseil d'état pour évaluer l'attribution de ce marché, lequel a été résumé dans un cahier des charges diffusé auprès des constructuers et intégrateurs composé de 10 pages truffées de fautes d'orthographe.
Cela ne veut pas dire que Gemalto ne sont pas compétents je connais personnellement le chef de projet et franchement il casse pas des noix. Ce qui me laisse penser que une fois le projet gagné, gemalto a envoyé des néophites.

Concernant la carte vitale, les français ont rédigé un cahier des charges des plus contraignants, le dépouillement s'est fait pas des professionnels en maîtrise d'ouvrage. Ensuite la carte vitale française ne présente pas les mêmes carctéristiques que la chiffa, on peut même dire qu'elle est théoriquement moins sécurisée. Il faudra attendre la vitale II pour prétendre à une sécurité adaptée.

>>>Le conseil d'état est saisi dansce cas pour trancher sur la transparence de cette attribution. Et moins chère ne veut pas dire forcement meilleure.

Je suis d'accord mais penses-tu que les ingénieurs de la CNAS sont capables de faire la différence entre 2 (5 en réalité) propositions ? le choix de GEMALTO s'est fait sur la base de la carte vitale justement et principalement sur cette référence.

augustin
30/04/2007, 16h49
Qu'un cahier des charges soit truffé de fautes d'orthographe et qu'il ne fasse qu'une dizaine de page peut mettre un doute sur le sérieux de la maitrise d'ouvrage, mais j'en ai vu d'autres pires qui n'ont pas empechés les projets de se concrétiser. Si tu as une copie de cahier des charges tu nous le passes je te dirais ce qu'en j'en pense.

Il n y a pas que les bases de données de la CNAS qui soient corrompues.

Donc on est en phase de recette. C'est bien ça?

citoyen
30/04/2007, 16h57
Il est difficile d'identifier la phase dans laquelle se trouve le projet, techniquement je pense qu'ils ont éclaté ce truc en plusieurs lots mais j'avoue ne pas bien comprendre le lotissement

Files moi ton adresse de messagerie en MP, je pense avoir garder une copie du CDC.

dadou3x
02/05/2007, 00h58
à annaba, ça était lancé officiellement quelques assurés ont eu leur carte chifa je sais pas si les médecins ont été équipé mais les pharmaciens commencent à l'être.

Cookies