PDA

Voir la version complète : CATASTROPHE 1.5 tonnes de mercure (hautement toxique) serait dans la baie d'Alger


Le_Fond
04/04/2005, 14h25
Y a t il un ministère de l'environnement en Algérie

Navigation
Algerie-dz.com : A la Une en Algérie


© algerie-dz.com
Danger sur le littoral algérien
jeudi 8 juillet 2004.

Des mêmes auteurs
Hassiba

Sauvons l’Algérie !
La côte algérienne mériterait sans nul doute un peu plus d’attention de la part des autorités publiques et des citoyens. Sur les 487 plages que compte le littoral algérien, 213 sont interdites à la baignade dont la majorité sont fermées pour cause de pollution.
Si les wilayas de Skikda, Tipasa et Jijel ont vécu l’échouage des navires “poubelles”, le nestor-c, cougard, kastor, en 2003, le feuilleton des poissons morts dans le port de Béjaïa durant les années 1980 ou encore la fameuse histoire des potiches de mercure jetées dans les eaux du port d’Alger durant les années 1970, les eaux usées demeurent, elles aussi, l’une des plus grandes catastrophes écologiques. En somme, elles constituent une véritable bombe à retardement.

Le_Fond
04/04/2005, 14h35
Y a t il un ministère de l'environnement en Algérie

Mercure à Alger: bidons ou pas ?
--------------------------------------------------------------------------------

(SYFIA-Algérie) Depuis près de vingt ans, du mercure contenu dans des bidons, une tonne et demie d'après les uns, serait enfoui au fond du port d'Alger. Vrai ou faux ?

Une affaire vaseuse que nul ne semble pressé de tirer au clair.

Une seule chose est sûre dans cette histoire : en 1978, des dockers font tomber accidentellement des bidons de mercure dans les eaux du port d'Alger, à l'occasion d'une banale opération de transbordement. L'Algérie figurait à l'époque parmi les principaux producteurs et exportateurs mondiaux de ce métal extrêmement nocif pour l'environnement et la santé humaine (cf. encadré).

Les responsables de l'Entreprise du Port d'Alger (EPAL) chargent donc discrètement la SONATRAM (1) d'aller récupérer tout aussi discrètement les dits bidons. Lourde tâche pour des plongeurs ! Le fond du port est alors recouvert de deux mètres de sédiments dans lesquels les bouteilles s'enfoncent rapidement : chacune contient moins de deux litres de mercure mais pèse plus de vingt kilos ! Au poids du métal, très dense, s'ajoute celui du cylindre d'acier d'une dizaine de centimètres de diamètre, aux parois très épaisses (1 cm environ) dans lequel on le transporte.

Cinquante de ces "potiches" (c'est le terme consacré) auraient été retrouvées en 1978. Mais, y en avait-il d'autres ? Combien ? Et où ? Là est tout le problème, estime M. Zaouche, chef de service au ministère de l'Environnement, car "les gens du port n'ont pas réussi à trouver le procès verbal de perte" . Le manifeste du cargo chargé du transport a disparu. Dix-huit ans plus tard, le mystère reste entier. L'imbroglio total. Des informations contradictoires circulent. Pour M. Zaouche, "ces potiches existent bel et bien" et, dans les milieux portuaires, on cite même très précisément le chiffre de soixante-seize flacons qui dormiraient encore au fond de l'eau, soit la bagatelle d'une tonne et demie de mercure.

L'information filtre très peu jusqu'à ce que la Banque mondiale ait vent de l'affaire en 1990, lors d'une mission d'expertise préalable à des travaux d'aménagement portuaires. Elle demande à l'EPAL de rechercher les bouteilles sans toutefois faire de leur récupération une condition sine qua non de financement. Des fonds sont même réservés pour ces travaux préparatoires. Selon un responsable de la Banque chargé du projet, plusieurs tentatives ont été faites, en vain, pour retrouver ces prétendus bidons qui, insiste-t-il, "seraient situés dans le bassin inclus dans la seconde phase d'extension du port d'Alger donc hors des zones du projet en cours" . La Banque cherchera-t-elle à découvrir l'existence des bidons avant la deuxième phase de travaux ?

Le mystère s'épaissit

Autre énigme, l'EPAL soutient avoir lancé un appel d'offres pour récupérer les potiches ce que démentent plusieurs entreprises spécialisées dans les travaux maritimes et subaquatiques. A l'Environnement, M. Zaouche est catégorique : "Il n'existe aucun appel d'offres" . Il n'empêche qu'une entreprise algérienne avait proposé ses services pour 92 000 FF tandis que la COMEX (2), dit-on à Alger, demandait... 1 milliard de francs français ! Un chiffre exorbitant qui aurait fait reculer les autorités algériennes. Un chiffre fantaisiste, estiment des spécialistes français et d'ailleurs démenti à la COMEX où un membre de la nouvelle équipe doute que l'entreprise ait jamais été sollicitée par Alger pour une telle besogne. Un mystère de plus !

Quoi qu'il en soit personne ne remporta le marché. Le directeur de l'entreprise algérienne de travaux maritimes affirme que l'EPAL lui avait demandé à l'époque des garanties quant à la complète récupération des bouteilles. Comment, explique-t-il, voulez-vous donner de telles garanties alors qu'on n'est même pas sûr du chiffre de soixante-seize flacons ? Bref ! Le meilleur moyen de savoir s'il reste des bidons, et combien, est d'y aller voir. Mais aujourd'hui encore moins qu'hier, quelques hommes-grenouilles ne suffiront pas à percer le mystère enfoui dans les couches de sédiments qui se sont accumulés depuis l'accident. D'autant qu'il existe d'autres moyens, plus scientifiques, pour détecter ces objets métalliques : magnétométrie, relevé des fonds, etc.

Techniquement, la chose n'a vraiment rien d'insurmontable estime le professeur Maurice Aubert, directeur du CERBOM (3) de Nice. Selon d'autres spécialistes, il suffirait de pomper la vase.

Supposons que ces bouteilles soient bien là, quel risque écologique la présence d'une tonne et demie de mercure ferait-elle courir au milieu marin et in fine aux hommes qui consommeraient poissons et crustacés contaminés ? Le temps fera son oeuvre et rongera lentement mais sûrement l'acier. "La menace pour l'instant n'est pas très grande mais elle existe" , estime un spécialiste tandis qu'un autre parle de "danger potentiel" . Selon eux, à l'abri de l'air, dans des sédiments l'oxydation de l'acier est faible. Les eaux polluées d'un port sont néanmoins acides et près de vingt années se sont déjà écoulées. Imaginons maintenant un accident, qu'un engin, ancre ou drague, brise les potiches.

Si le mercure venait à se libérer lentement dans le milieu marin, explique le professeur Aubert, il finira tôt ou tard par entrer dans la chaîne écologique après avoir été transformé en mercure organique par les bactéries qui vivent dans les sédiments. La suite, on la connaît. De ver de vase en rascasse ou en thon, ce méthylmercure se concentre de plus en plus dans les organismes vivants jusqu'à se retrouver en quantité non négligeable dans l'assiette du consommateur. Et comme ce composé mercuriel met des années à s'éliminer du corps, les plus gros mangeurs de poissons seront naturellement les plus vite exposés.

On n'en est pas là. Mais "il faudrait commencer à se méfier , avertit le Professeur Aubert. Si ces bouteilles existent, il vaut mieux les récupérer" . "Dans un pays occidental, si un tel accident s'était produit , tout aurait été mis en oeuvre pour récupérer toutes les bouteilles" , assure un spécialiste du CEDRE (3). Quel que soit le prix à payer. On peut bien sûr considérer que quelques bidons de plus ce ne serait après tout qu'une goutte de mercure de plus dans une Méditerranée déjà si polluée... Des analyses faites en 1993 à la demande de la Banque Européenne d'Investissement par un laboratoire danois (VKI) ont montré une forte teneur en mercure dans les sédiments du port d'Alger. Mais, précise le responsable de l'étude, rien ne permet d'incriminer les potiches. D'ailleurs, des prélèvements effectués dans un autre port algérien ont donné des résultats similaires, en raison de la présence d'industries chimiques.

Ces pollutions sont-elles une raison de plus ou de moins pour mener les investigations nécessaires et, le cas échéant, les travaux de récupération ? La réponse appartient, certes, à l'Algérie mais aussi à la communauté internationale car de telles recherches seront coûteuses pour un pays en proie à bien d'autres problèmes, y compris écologiques.

A. Triss
Denise Williams


--------------------------------------------------------------------------------

(1) Société Nationale des Travaux Maritimes (Algérie)
(2) COMEX Service, rachetée en 1992, est devenue Stolt COMEX Seaway (Marseille)
(3) Centre d'Etudes et de Recherches en Biologie Marine et Océanographie Médicale (Nice)
(4) Centre de Documentation, de Recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles des Eaux (Plouzané - Finistère)

Alger
05/04/2005, 11h09
oui c'est tre grave , et voila les risques de mercure sur la santé et l'environnement (je suis chimiste)!!!

Effets du mercure sur la santé
Le mercure est un composé que l'on peut trouver naturellement dans la nature, on peut le trouver sous forme métallique, sous forme de sels ou dans des composés organiques.
Le mercure métallique est utilisé dans beaucoup de produits ménagers, tels que les baromètres, les thermomètres, ampoules des lampes fluorescentes. Le mercure de ces appareils est piégé et ne pose en général pas de problèmes de santé. Cependant lorsqu'un thermomètre se casse on est exposé pendant une courte période à un niveau relativement haut de mercure, et ce par inhalation car il se vaporise. Ceci peut provoquer certains problèmes tels que des dommages au cerveau, aux nerfs et aux reins, une irritation des poumons, des yeux, une éruption cutanée, des vomissements et des diarrhées.
Le mercure n'est pas naturellement présent dans les aliments, mais le mercure peut se retrouver dans les aliments, étant donné qu'il peut se diffuser dans la chaîne alimentaire grâce à des organismes plus petits qui sont mangés par l'homme, par exemple les poissons. En général les concentrations en mercure dans les poissons dépassent largement les concentrations de l'eau dans laquelle ils vivent. Les produits d'élevage de bétail peuvent aussi contenir des quantités importantes de mercure. Le mercure n'est pas communément trouvé dans les produits des plantes, mais il peut pénétrer dans le corps par l'intermédiaire de légumes ou d'autres cultures, quand on utilise des produits contenant du mercure dans l'agriculture.

Le mercure a un certain nombre d'effets sur l'homme, voici les principaux:
- Perturbation du système nerveux
- Fonctions cérébrales endommagées
- ADN et chromosomes endommagés
- Réactions allergiques, éruption cutanée, fatigue et maux de tête
- Influence négative sur la reproduction, telle que sperme endommagé, fausse couche
l'endommagement des fonctions cérébrales peut avoir pour conséquence une dégradation des facultés d'apprentissage, des changements de personnalités, des tremblements, une modification de la vision, la surdité, un incoordination des muscles et des pertes de mémoires.

Effets du mercure sur l'environnement
Le mercure est un métal présent naturellement dans l'environnement. Il pénètre dans l'environnement lors de la rupture naturelle des minéraux dans les roches et le sol exposé au vent et à l'eau. La dispersion de mercure provenant de sources naturelles est resté à peu près la même au cours des ans. Pourtant la concentration en mercure dans l'environnement ne cesse d'augmenter, ceci est à attribuer a l'activité humaine.
La plupart du mercure rejeté par les activités humaines est rejeté dans l'air, lors de la combustion de combustibles fossiles, de l'exploitation minière, la fonderie, et la combustion des déchets solides. Certaines activités rejettent du mercure directement dans le sol ou dans l'eau, par exemple l'application de fertilisants agricoles et les rejets d'eaux usées industrielles. Tout le mercure rejeté dans l'environnement finit finalement dans les sols ou les eaux de surface.

Le mercure du sol peut s'accumuler dans les champignons.
Les eaux de surface acides peuvent contenir une quantité significative de mercure. Lorsque le pH est entre 5 et 7 les concentrations en mercure de l'eau augmentent car on mobilise le mercure du sol.
Une fois que le mercure a atteint les eaux de surface ou les sols, les micro-organismes peuvent le transformer en méthyl de mercure, une substance qui peut être absorbée rapidement par la plupart des organismes et dont on sait qu'elle cause des dommages aux nerfs. Les poissons sont des organismes qui absorbent des quantités importantes de méthyle de mercure des eaux de surfaces tous les jours. Par conséquent le méthyl de mercure peut s'accumuler dans les poissons et les chaînes alimentaires auxquelles ils appartiennent.
Les effets du mercure sur les animaux sont des problèmes aux reins, une perturbation de l'estomac, des problèmes aux intestins, des échecs de reproductions ou une altération de l'ADN.T

zimka
07/04/2005, 18h01
et si les "bidons" de mercure etaient tombés dans le camion de quelqu'un ? qui me dit qu'ils n'ont pas ete vendu pour le compte d'un patron import-import...depuis le temps qu'ils sont par le fond, il y aurait dut avoir un incident grave sau niveau de la flore ou de la faune au alentours du port !!!

sindbad
07/04/2005, 18h56
Qu'il s'agisse d'un accident ou d'un act criminel (ce que crois) ceux impliques doivront payer et payer tres cher leur betise.

Un navire avait pris le feu au large de la rade durant les annees 80. La rumeur avait courue que la navire avait ete incendie volotairement et qu'il contenait des produits hautement toxiques.

Arretez le massacre.

Cookies