PDA

Voir la version complète : Le prix fort de l'Au-delà


ben
07/10/2003, 23h25
:arrow:
Avant de mourir, il faut bien réfléchir et faire ses comptes. Et ne pas oublier de prévoir un petit pécule afin d’éviter à ses proches d'assumer la douloureuse note. Un commerce lucratif ? C'est une évidence, et les familles algériennes se saignent souvent aux quatre veines pour honorer leurs morts. Comme le souligne le proverbe Mort égale ruine. La facture des funérailles est souvent salée et beaucoup de personnes profitent de cette circonstance macabre pour faire d'importants bénéfices. A commencer par le croque-mort qui est chargé de laver le cadavre et de l'envelopper d'un linceul. Dans les milieux, des familles modestes on se contente tout simplement d'enterrer ses morts en se passant de toute cérémonie et oraison funèbre. Mais le tarif du croque-mort varie selon les quartiers. Il n'inclue pas les frais du transport du corps du défunt qui varie suivant le modèle du véhicule et la distance qui sépare le domicile mortuaire du cimetière familial. Parfois encore, certains préfèrent d'être enterrés dans leur village natal ».

Le linceul a aussi un prix. Pourtant, la charia musulmane recommande que ce morceau de tissu qui recouvre le corps, une fois que l'âme s'est éteinte, soit bon marché. Cependant, certaines familles n'hésitent pas à mettre beaucoup d'argent pour un linceul en soie, signe d'amour envers l'être disparu, mais aussi de prestige pour la famille. Une pratique de plus en plus courante dans les milieux aisés et les croque-morts des quartiers huppés font de bonnes affaires, car c'est suivant la qualité du tissu du linceul qu'ils évaluent leurs honoraires.

La cérémonie funéraire reflète aussi le prestige de la famille. A l'instar des mariages que les Algériens célèbrent dans le faste, les familles ne ratent pas l'occasion d'étaler leurs fortunes lors des funérailles. La grandeur de la tente mortuaire, le décor et le style des chaises prouvent que la famille a les moyens de rendre hommage à son mort

Devant la tente, on a l'impression d'assister à un défilé de mode. Tous les hommes sont vêtus de costumes élégants et la cérémonie est même filmée. Il est courant de voir des personnes importantes venir présenter leurs condoléances. A quelques mètres, un espace est réservé aux femmes. Tirées à quatre épingles, maquillées le plus discrètement possible pour ne pas enfreindre les règles de la pudeur, ces belles dames portent presque toutes des bijoux scintillant à leur cou, à leur poignet. « Aujourd'hui, j'ai déniché un nouveau maquilleur, un véritable spécialiste du maquillage du deuil », chuchote l'une d'elles à l'oreille de sa voisine. Une autre lui répond qu'elle a consacré une part importante de son budget pour les tenues de deuil.

Certains vont jusqu'à faire appel à des voix mélodieuses pour animer la soirée. L'une des ces voix récite le Coran. Et dans une veillée le décor doit être à la hauteur du célèbre cheikh. Les salles sont ornées de grands lustres, de tapis persans et des chaises capitonnées ou en velours sont installées.

Reste à publier l'annonce du décès sur l'un des grands journaux. Un faire-part sur un journal a beaucoup d'importance pour la famille du défunt. Pour la publication de la photo du regretté, c'est suivant les dimensions, mais cela peut s'élever à plus de 100 dinars par cm2.

« On note les noms, les titres et les fonctions des membres de la famille. Plus la liste est longue et plus la famille gagne en notoriété. Afin d'éviter les problèmes, nombreuses sont les familles qui accordent une grande importance à cette liste, veillant à ne pas oublier un nom, même de ceux qui sont absents du pays :).

Et cela ne s'arrête pas là, car trois jours après le décès, la famille pense déjà à la cérémonie du quarantième jour, et chaque jeudi pendant la première année qui suit le décès, elle doit se rendre au cimetière pour visiter son tombeau. Une situation parfois ruineuse pour les familles issues des provinces, qui doivent alors préparer quotidiennement des repas jusqu'au 40e jour pour nourrir tous les proches et amis venus du village natal pour présenter leurs condoléances.

:!:

MGuerri
22/09/2004, 23h58
cher ben

je n avaits pas vu ce sujet sinon je t aurai repondu avant

les croques morts s enrichissent sur le dos des morts et je trouve cela injuste la mort etant un acte naturel tout comme la naissance tu passes des entrailles d une mere aux entrailles de la terre il y a un marche en grande effervecense mais on doit apporter au defunt une benediction dans le culte et le mettre en terre en le rendant au seigneur propre de toutes choses
vois tu la mort est un passage entre deux monde il devient une deuxieme naissancele plus terrible c est la cremation c est une horreur et la je suis contre on doit respecter le corp qui a porter toute une vie un homme ou une femme et mon ami ce que je vais dire est idiot on meurt qu une fois autant le faire dans des regles de puretes dans l ame je sais c est cher mais tu es pas obliger de mettre des ..........seul le geste compte rendre hommage a son defunt lui faire avec des choses bien c est lui embellir sa future maison si tu peux pas le faire grandement faire simple mais l honnorerdans le grand silence du monde ....avec ton coeur et ton ame

respects a nos ames parties :4: marie made

kacentini
23/09/2004, 16h12
Tres bon recit, bien ecrit! Un peu futuriste pour ma societe ou plutot le petit village de Annaba dans lequel je reside. Nous continuons toujours a transporter ces corps, qui furent temples pour toutes les ames hebergees, sur nos epaules; Un a chaque coin de ce cercueil simple en bois, nous transportons notre mort au ciemetiere en s'entraidant durant cette distance qui peut aller jusqu'a cinq kilometres. Le rite funéraire est tres simple et une fois le corps est debarasse de tout sauf du linceuil, nous recitons «De la terre, nous vous avons créé; en elle nous vous ramènerons, et d'elle nous vous ferons sortir une fois encore», tandis que les personnes présentes jettent de la terre en renfermant la tombe. C'est vrai ce que tu decris, Ben, mais chose qui est encore loin de la realite de mon petit village traditionnel. :rolleyes:

nassim
24/09/2004, 16h55
@ ben : Il faut respecter les droits d'auteur et rendre à cesar ce qui lui appartient! :39:
http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2003/10/8/soci0.htm

Prière de lire et de respecter les règles du forum.

kacentini
24/09/2004, 17h53
je te remercie Nassim pour le lien que tu nous as poste que je trouve tres complementaire au recit de Ben. Mais l'accuser de "plagiarisme" est tout a fait incorrecte. J'ai lu de nombreux passages de Ben auparavant et je peux te guarantir que c'est tout a fait son style, a moins qu'il en revele le contraire. En plus de cela, notre intention est d'echanger les idees et la possibilite du scenario decrit dans le recit poste par Ben me parait tres realisable. :wink:

Cookies