PDA

Voir la version complète : IBM commercialise un microprocesseur atteignant 4,7 GHz


morjane
22/05/2007, 17h51
IBM va commercialiser une puce atteignant 4,7 GHz de fréquence d'horloge sur deux coeurs, quand Intel et AMD restent à 3 GHz mais multiplient les coeurs. Une puce qui équipera les serveurs IBM dédiés notamment à la gestion de base de données.

IBM a baptisé sa sixième génération de processeurs pour serveur POWER6. Parmi cette nouvelle gamme, le modèle le plus avancé atteint 4,7 GHz de fréquence d'horloge. Un record selon le groupe américain, si l'on exclut les processeurs overclockés, dont la fréquence a été volontairement augmentée et qui sont refroidis par des systèmes spéciaux (water cooling, fréon...).

Dans le cas présent, il s'agit d'une puce refroidie par un système classique de ventilateurs. Pour réduire l'émission de chaleur, IBM est passé à une finesse de gravure de 65 nanomètres, au lieu de 90 nm pour la génération POWER5 qui atteignait 2,2 GHz. Une finesse de gravure déjà adoptée depuis 2006 par AMD (Athlon 64 X2 dual-core) et fin 2005 par Intel.

Pour autant, les deux fondeurs ont décidé de ne pas dépasser 3 GHz de fréquence, même pour leurs puces haut de gamme pour serveur, préférant multiplier le nombre de coeurs de leurs processeurs. Intel produira dès l'année prochaine des modèles dotés de huit coeurs et prévoit de passer à des processeurs 80 coeurs d'ici à cinq ans.

Télécharger le catalogue d'iTunes en 60 secondes

IBM reste, pour sa part, sur le double-coeur; sa nouvelle puce atteignant 4,7 GHz sur les deux coeurs. En outre, le fabricant américain y intègre une mémoire cache distincte pour chaque coeur, d'une quantité de 4 Mo. De quoi accélérer le travail en multitâche, assure-t-il.

La bande passante de son nouveau processeur atteint 300 Go/s, soit 100 de plus que les puces POWER5. Avec un tel volume de données géré, il est capable de «télécharger tous le catalogue d'iTunes en 60 secondes», avance IBM.

Trois modèles disponibles début juin

À quoi peut servir autant de puissance? Big Blue destine sa puce à de nouveaux serveurs milieu de gamme, de taille et de consommation réduites. Le principe étant d'avoir besoin de moins de processeurs dans le serveur pour délivrer autant de puissance. Une machine équipée de puces POWER6 serait 60% moins encombrante (espace au sol) et 33% plus économe en énergie.

Trois modèles seront disponibles début juin (3,5 / 4,2 / 4,7 GHz) et proposés avec le serveur IBM p 570 vendu à partir de 54.000 euros. Cette machine fonctionne avec Unix ou Linux et est réservée à la gestion de base de données, au calcul scientifique, aux progiciels de gestion (ERP) et autres solutions de gestion de la relation client (CRM).

Avec POWER6, IBM entend conforter sa première position sur le marché des serveurs. Selon IDC, en 2006, il occupait 32,8 % de part de marché dans le monde, suivi par HP (27,2 %) et Sun Microsystems (10,8 %).

Par ZDNet

darwish
22/05/2007, 18h14
Avec toute cette puissance, le nouveau joujou va-t-il pouvoir faire tourner VISTA?

Mohamed_Rédha
22/05/2007, 19h57
Salam,

Je ne pensais pas qu'IBM faisait dans les µ-processeurs, mais déjà Intel et AMD avaient annoncé ne plus faire la course aux hautes freq. car déjà ils sont à deux couches d'atomes dans leurs connexions internes, il faudrait beaucoup d'énergies pour "pousser" les électrons, il est donc plus rentable de s'étaler en largueur vers les architectures parallèles.

Dans cet article, ils disent que s'est grâce à la finesse de gravure, mais ceci n'explique pas tous, il doit y avoir quelque chose de nouveau dans cette petite bête, d'ailleurs son prix est indicatif...

Cookies