PDA

Voir la version complète : RESF fait part du placement en rétention de quatre étrangers


morjane
24/05/2007, 13h53
L'association le Réseau Education sans frontières (RESF) dénonce une "politique d'expulsion inhumaine", revenant sur le contexte familial et professionnel des personnes arrêtées.

Le Réseau Education sans frontières (RESF) a relaté jeudi 24 mai le cas de quatre adultes sans-papiers, dont trois parents d'enfants scolarisés à Paris, arrêtés mardi 22 mai au soir en région parisienne et placés en centre de rétention.

Meï Zhu Pan et Long Pan, arrivés de Chine en 1999, parents de trois jeunes enfants nés en France et scolarisés dans des écoles du XIe arrondissement, ont été arrêtés dans leur atelier à la Courneuve (Seine-Saint-Denis) et ont été transférés au centre de rétention de Wassel, près de Rouen, a indiqué Anne De Blic, de RESF.

Leurs enfants, respectivement nés en 2002, 2003 et 2004 ont été "mis à l'abri", a indiqué la militante qui craint de les voir transférés, eux aussi, au centre de Wassel, qui peut accueillir des familles.

Aziz Benamar arrêté sur son lieu de travail

Une jeune mère de famille, Sylvie N'Daya Kalandji Ciunza, ressortissante de la République démocratique du Congo (RDC), a également été arrêtée et placée en centre de rétention. Ses deux enfants, scolarisés rue de Lancry (Xe), vivent désormais avec leur père, arrivé en France après deux ans de détention arbitraire en RDC, ont précisé des militants de RESF.
L'association appelait à un rassemblement ce jeudi matin devant l'école maternelle de l'avenue Parmentier (XIe) pour demander la libération des parents.

Enfin, dans un communiqué, RESF précise qu'un Algérien, Aziz Benamar, a été arrêté mardi sur son lieu de travail en région parisienne et transféré le lendemain du commissariat de Nanterre au centre de rétention de Vincennes. L'association indique que Aziz Benamar et sa femme, arrivés d'Algérie depuis peu, n'avaient pas encore fait de demande de titre de séjour. Elle précise que le couple attend un premier enfant pour le 5 juin et dénonce une "politique d'expulsion inhumaine".

Par Nouvelobs.

Cookies