PDA

Voir la version complète : La VOD promise à un bel avenir au détriment des DVD


morjane
31/05/2007, 18h16
Alors que la vente des DVD en France enregistre une baisse significative, la vidéo à la demande (VOD) affiche une santé qui pourrait rapidement devenir insolente. C'est le résultat d'une étude sectorielle intitulée "VOD : enfin une réalité en France", réalisée par l'agence Oliver Nyman et rendue publique mardi 29 mai. Selon ce cabinet de conseil aux directions générales, un des leaders mondiaux du secteur, "le potentiel du développement de la VOD en France est largement sous-évalué, alors qu'il devrait atteindre 500 millions d'euros à l'horizon 2012 (soit plus du double du chiffre d'affaires actuel de la location de DVD)."

La VOD est une technique de diffusion interactive de contenus numériques transmis par les réseaux câblés (Internet) ou les réseaux non câblés (téléphonie 3G). Gourmande en ressources réseau, la VOD a crû grâce à l'explosion des accès très haut débit pour les particuliers.

Via un décodeur ou un ordinateur, l'utilisateur peut commander des films ou des émissions stockés sur des serveurs. Leur accès peut prendre différentes formes : location pour un nombre d'heures limitées, achat, abonnement ou encore inserts publicitaires (Le Monde du 12 mai).

Qu'il s'agisse de la vente de DVD (principale victime du piratage sur Internet) ou du marché de la location physique, le secteur audiovisuel français peine. Principal indicateur : les dépenses par foyer stagnent, depuis près de quatre ans, à quelque 25 euros par mois. Dans ce contexte, les ventes de DVD enregistrent une baisse sensible, en particulier sur le cinéma, un des espaces de développement privilégiés de la VOD, selon l'étude d'Oliver Nyman.

Cette situation "condamne les acteurs de la location et de l'édition de DVD à réviser leurs plans de développement", souligne l'étude. La société de location en magasins Blockbuster Total Access et l'éditeur Warner Bros lancent chacun une activité VOD. Le site de location en ligne glowria.fr bouleverse son modèle et se targue de réaliser la moitié de son chiffre d'affaires sur ce créneau dès 2008.

APPLE À L'ASSAUT

Si l'offre de la VOD est accessible via les ordinateurs de bureau ou les lecteurs portables, elle n'est pas encore adaptée à un visionnage familial autour du poste de télévision, en haute définition de préférence. Qu'on les appelle passerelles audio-vidéo, media center ou, tout simplement, "boxes", les technologies ont encore du chemin à faire pour pouvoir imposer leur standard.

Fort du succès commercial de l'iPod dans le domaine audio, Apple part à l'assaut. Disposant d'un énorme catalogue de productions américaines et de séries et basant son serveur au Luxembourg pour s'affranchir des contraintes nationales sur les fenêtres de diffusion, la firme à la pomme est la première à avoir anticipé la tendance. Rien d'étonnant à ce que l'étude d'Oliver Nyman ait, notamment, été sollicitée par Microsoft, le grand rival.

Par Le Monde

Cookies