PDA

Voir la version complète : Une répartition très inégale-Dix langues meurent chaque anné


Droctovée
19/10/2003, 15h17
La moitié de la population mondiale n’utilise que huit langues au quotidien. A l’opposé, la seule Nouvelle-Guinée abrite un sixième des idiomes du monde.
Le patrimoine linguistique mondial est très inégalement réparti. Selon les estimations de SIL International (Summer Institut of Linguistics), organisation qui lutte en faveur des langues les moins connues, seulement 3% des 6 000 langues du monde sont utilisées en Europe, alors que la région Asie-Pacifique en abrite la moitié, le champion étant l’ensemble formé par la Nouvelle-Guinée (le territoire indonésien d’Irian Jaya et la Papouasie-Nouvelle-Guinée), qui compte à lui seul un sixième des idiomes du monde.
La mappemonde de la diversité linguistique ne coïncide pas avec celle de la densité de la population: 96% des langues sont parlées par 4% de la population mondiale et plus de 80% des langues sont endémiques, c’est-à-dire confinées à un seul pays. Une vingtaine d’entre elles seulement sont parlées par des centaines de millions de personnes, dans différents pays. Bien que les chiffres varient en fonction des méthodes de comptage, l’Encyclopédie Millenium (Editions Nathan, Paris, 1998) estime qu’environ la moitié de la population mondiale utilise comme langue quotidienne une des huit langues les plus répandues: le chinois (1,2 milliard de locuteurs), l’anglais (478 millions), l’hindi (437 millions), l’espagnol (392 millions), le russe (284 millions), l’arabe (225 millions), le portugais (184 millions) et le français (125 millions). Le SIL fournit des données sensiblement comparables, en additionnant pour ces langues les locuteurs de «langue maternelle» et de «deuxième langue»

Dix langues meurent chaque année
Ce déséquilibre amène les experts à prévoir la disparition de 95% des langues vivantes au cours de ce siècle. A l’heure actuelle, 10 langues s’éteignent chaque année quelque part dans le monde. Certains vont jusqu’à affirmer qu’une langue meurt toutes les deux semaines. Les taux d’extinction sont particulièrement élevés dans les zones où la diversité linguistique est la plus grande.
En Afrique, plus de 200 langues comptent déjà moins de 500 locuteurs et risquent de disparaître rapidement: le seuil de survie d’une langue est placé à 100 000 locuteurs.
Sur le continent nord-américain, les plus lourdes menaces pèsent sur les langues indigènes et les créoles, notamment aux Etats-Unis et au Canada, où les 200 langues amérindiennes qui ont survécu jusqu’à présent sont toutes en péril, à l’exception du navajo, du cree et de l’ojibwa.
En Amérique latine, entre un tiers et la moitié des 500 langues amérindiennes sont en danger, la réduction la plus forte étant prévue au Brésil, où la plupart des langues sont parlées par des communautés extrêmement restreintes.
En Asie du Sud-Est, le nombre de locuteurs par langue est relativement élevé et l’avenir d’une quarantaine des 600 à 700 langues existantes dépendra essentiellement des politiques des Etats.
En revanche, en Asie du Nord-Est, seules six langues sur les 47 recensées ont de réelles chances de se maintenir aux côtés du russe: 20 sont «moribondes», 8 «proches de l’extinction» et 13 «en danger». Les premières sont parlées par une dizaine de locuteurs tout au plus, les deuxièmes sont plus largement utilisées mais ne sont pas transmises aux enfants et les troisièmes comptent des enfants parmi leurs locuteurs mais en nombre décroissant (Livre rouge sur les langues menacées d’Europe et du Nord-Est asiatique, Editions UNESCO, à paraître).
En Europe enfin, où le nombre de langues varie du simple au double en fonction des critères de définition utilisés, 123 langues, selon ce même ouvrage, sont parlées, dont 9 sont moribondes, 26 proches de l’extinction et 38 en danger.
http://www.unesco.org/courier/2000_04/photoshr/20_21fr.gif

http://www.unesco.org/courier/2000_04/photoshr/21_1fr.jpg

http://www.unesco.org/courier/2000_04/photoshr/21_2fr.jpg

Source : www.unesco.org

Cookies