PDA

Voir la version complète : Maroc : Programme économique de l'USFP


alamirb
12/06/2007, 13h44
· La mouture finale validée le 23 juin par le Conseil national

· Le programme compte 6 axes, 40 thèmes et 350 mesures

L’Union socialiste des forces populaires (USFP) a révélé en partie le volet économique de son programme électoral. A moins de 3 mois des législatives, les usfpéistes sont donc les premiers à livrer partiellement leur copie. Pour tester et ajuster ses idées, la commission Programme s’est réunie vendredi 8 juin avec une cinquantaine de chefs d’entreprises, hauts cadres, consultants et spécialistes de la communication… afin de débattre des orientations et recueillir, in vivo, commentaires, critiques et suggestions du monde des affaires. «Nous estimons que le programme du parti ne doit pas rester prisonnier des seules réflexions et logiques partisanes», précise d’emblée une dream team, composée de jeunes têtes pensantes du parti, qui a révélé en avant-première le contenu du programme économique.

· «Small Business Act»

L’équipe était représentée par: Khalid El Hariry, ingénieur en T.I. et député d’El-Jadida, Ahmed Chami, diplômé de l’Ecole centrale de Paris et ancien directeur de Microsoft Afrique du Nord et de l’Ouest, Omar El Gharbaoui, directeur au ministère du Tourisme, Taha Balafrej, directeur à l’Environnement, Abderrazak El Hannouchi, cabinard… C’est d’ailleurs Habib El Malki qui préside la commission ad hoc chargée de l’élaboration du programme.
De l’avis de l’équipe usfpéiste, ce premier test auprès de l’élite des décideurs aura été globalement concluant, puisque l’avant-projet du volet économique du programme, appelé aussi «business plan», a été jugé dans son ensemble «assez novateur, audacieux et réaliste tant par sa forme que par son contenu ainsi que par la manière de le vendre et de le communiquer», tient à préciser Taha Balafrej. Des remarques ont toutefois été soulevées sur la faisabilité du programme, son financement, ses chances et sa capacité d’application une fois au gouvernement…
Au total, le programme de l’USFP compte 6 axes, 40 thèmes et quelque 350 mesures. Le slogan interpelle l’ensemble des Marocains, puisqu’il est intitulé: «Choisissez votre Maroc!» «C’est un programme ambitieux qui sort des sentiers battus», soutient Ahmed Chami. La mouture finale sera validée le 23 juin par le Conseil national du parti. Aujourd’hui, la feuille de route est dans sa phase finale. La copie actuelle n’est pas définitive, des ajustements sont encore possibles, tient-on à préciser. Pour le volet économique, deux parties ont été présentées. La première est dédiée au monde de l’entreprise en tant que moteur de la croissance et du développement. La seconde porte plutôt sur l’amélioration du pouvoir d’achat des couches défavorisées et de la classe moyenne, annonce Khalid El Hariri. Selon Chami, le parti s’est fixé trois objectifs majeurs sur le plan économique: Primo, doubler le PIB par habitant dans 10 ans. Secundo, créer 2 millions d’emplois en 5 ans. Tertio, diviser par deux le nombre de pauvres sur 10 ans. Pour y arriver, les usfpéistes tablent sur 5 leviers. Le premier porte sur la relance du pouvoir d’achat. Viennent ensuite des mesures de l’Etat pour impacter l’entreprise. Aux yeux des socialistes, l’entreprise figure au cœur de la croissance. Ils comptent d’ailleurs lancer une série de mesures pour revivifier l’entreprise, son écosystème et le cadre économique dans lequel elle évolue. Le 3e volet consiste à enclencher une dynamique moderne au niveau de l’Etat. Viennent ensuite l’éducation et les ressources humaines. «C’est une priorité. Aucun développement ne peut se réaliser si l’on ne résout pas le problème de l’éducation et de la formation», estime Chami. Dernier levier, l’investissement en recherche & développement. L’USFP compte doubler le budget de la recherche et passer à 1,5% du PIB au lieu de 0,75% actuellement.
Parmi les autres mesures phares avancées (toutes liées aux thèmes de l’entreprise et de la relance du pouvoir d’achat), 3 seront dédiées à l’entreprise, 3 autres au pouvoir d’achat (voir encadré). Le reste (2) est à cheval entre les deux.
Les 3 premières mesures, selon Omar El Gharbaoui, ont pour but de fluidifier le processus administratif, lancer un «plan en vol» qui accompagne «Emergence et fédérer de la valeur ajoutée dans des secteurs-clès tels que l’énergie, l’agro-industrie»… La 3e mesure porte sur la PME via ce que l’USFP appelle «Small Business Act». «C’est un principe et un cadre législatif qui regroupe des mesures de mise à niveau des PME sur les plans de la formation et de la ressource humaine», est-il expliqué. Le deal est de proposer des facilités aux PME-PMI pour qu’elles puissent accéder aux marchés publics. Le parti compte s’en prendre à l’économie de rente en reconsidérant les modalités d’octroi de licences, agréments, concessions… un patrimoine qui rapporte peu à l’Etat. Une transparence en matière d’octroi et une concurrence sont le moyen de garantir une meilleure offre à l’Etat et un moyen efficient de rentabiliser ses ressources.
La dernière mesure, et qui n’est pas des moindres, consiste à intégrer 25% du secteur informel, dans le formel, et ce, sur 5 ans. Comment y arriver? En adaptant et simplifiant la fiscalité aux très petites entreprises (TPE), en proposant un statut à part à la petite entreprise et aux travailleurs indépendants. On n’en dira pas plus… pour le moment.

--------------------------------------------------------------------------------


500 DH par foyer/mois!



Pour la relance du pouvoir d’achat, l’USFP a concocté 3 formules: «Habitat pour tous», «Amal Talib» et «Forsa». Selon les cadres socialistes, «une bonne partie des dépenses de la classe moyenne va au logement, à la santé et à l’éducation. Les familles accèdent difficilement au logement». D’où la formule «Habitat pour tous»: l’idée est d’alléger l’acquisition du logement en libérant le foncier non bâti. Une offre abondante du non bâti caractérise les principales villes. Cette réserve devra faire baisser le coût du logement et réduire la bulle spéculative. Et, par ricochet, selon l’USFP, augmenter le pouvoir d’achat.
Pour l’éducation, le parti compte supprimer les barrières de coût des études supérieures. «L’Etat doit garantir des prêts aux étudiants à des taux bonifiés». Appelée Amal Talib, cette mesure devra leur offrir la possibilité d’opter pour la filière de leur choix même à l’étranger sans soucis de frais d’études, estime-t-on à l’USFP. La mesure phare en matière de relance du pouvoir d’achat reste le programme «Forsa». L’idée consiste à aider plus de 800.000 foyers qui touchent moins de 16 DH par jour et par personne. En plus de la classe dite vulnérable: «45% de la population gagne en dessous de 20 DH par jour et par personne». Pour cette catégorie sociale, la formation socialiste a opté pour un système qui a fait ses preuves au Mexique et au Brésil. Il s’agit d’octroyer une aide de 100 à 500 DH par foyer et par mois, en fonction du nombre d’enfants. Une réponse à un besoin immédiat pour sortir de la vulnérabilité, dit-on. «C’est une mesure révolutionnaire qui a marché partout où elle a été appliquée. Le Mexique a réduit son déficit social de 21% grâce à cette démarche», fait remarquer Chami. Le principe consiste à financer les 2/3 par l’Etat. «Le financement est possible en puisant dans l’augmentation des recettes fiscales générée par la croissance ainsi que par une diminution de certaines dépenses fiscales», souligne El Hariry. Le tiers restant sera assuré par les contributions d’ONG et autres aides internationales.

L'économiste

Quasard
12/06/2007, 15h02
C'est bien beau tout ca, mais les autres aussi vont faire pareil pour le foncier.
La seule mesure interessante est l'ocrtoi d'une aide allant de 100 a 500 DH par mois a chaque famille, mais comment faire parvenir ces aides a des familles vivant a la montagne, ou dans les villages reculés?
Comment aussi eviter les abus? et quel ministere s'occupera de distribuer ces aides?

alamirb
12/06/2007, 15h58
La seule mesure interessante est l'ocrtoi d'une aide allant de 100 a 500 DH par mois a chaque famille, mais comment faire parvenir ces aides a des familles vivant a la montagne, ou dans les villages reculés?
Comment aussi eviter les abus? et quel ministere s'occupera de distribuer ces aides?

Il y'a les mesures et leur mise en oeuvre.

marok1
13/06/2007, 00h31
Aucun changement radical au niveaux des domaines qui ont en vraiment besoin : système social (santé, logement, éducation et couverture sociale) et gestion économique. Donc passons.

alamirb
13/06/2007, 00h56
Il s'agit avant tout du volet économique. je le trouve beuacoup plus réaliste que celui d'annahj dimocrati : smic à 5000 DH, nationalisation, réforme agraire,.......retour idées des années 60 et 70 de samir amin et rosa luxembourg.

marok1
13/06/2007, 12h41
Ouais. (Y en a marre d'argumenter quoi.)

Cookies