PDA

Voir la version complète : YouTube s'invite dans la vie politique


nassim
23/07/2007, 00h38
Le site de mise en ligne de séquences vidéo YouTube, qui n'existait pas lors de la dernière élection présidentielle américaine, en 2004, est à présent une composante essentielle de la campagne de 2008.

Permettant aussi bien de diffuser rapidement les bourdes des candidats que de véhiculer leur messages de campagne, YouTube a réveillé l'intérêt pour la politique, certaines séquences pouvant être vues par plusieurs millions de personnes en l'espace de quelques semaines.

Alors que YouTube, racheté en 2006 par Google pour 1,65 milliard de dollars (1,2 milliards d'euros), est plutôt destiné à un public américain, plus de la moitié de ses spectateurs viennent du reste du monde.

Les candidats utilisent également le site à leur profit, y mettant en ligne clips promotionnels, sondages et annonces officielles.

Dans la perspective de débats présidentiels CNN/YouTube à venir, des milliers d'internautes ont mis en ligne des questions à poser aux candidats à l'investiture des deux principaux partis américains.

Vendredi à midi, plus de 1.700 séquences avaient été envoyées pour le seul débat de lundi, qui opposera sur CNN les candidats démocrates. Le débat des républicains aura lieu le 17 septembre.

Entre 25 et 30 d'entre elles seront sélectionnées par les journalistes politiques de CNN. Les questions portent sur le système de santé, les retraites, le réchauffement climatique, la diplomatie, et sont posées aussi bien sur un ton sérieux que sur le mode humoristique.

Sam Feist, responsable du service politique de CNN, a déclaré que la chaîne avait décidé de s'associer à YouTube pour le débat afin de souligner l'impact énorme d'Internet sur la vie politique.

"Le phénomène YouTube est manifestement l'occasion parfaite de fusionner les médias récents et les médias anciens dans un débat présidentiel", a-t-il déclaré.

Les vidéos envoyées pour le débat de lundi sont visibles à l'adresse (http://www.youtube.com/contest/DemocraticDebate).

source : Reuters

Cookies