PDA

Voir la version complète : Demande de levée de l'immunité parlementaire du député Smaïl Mira


morjane
30/07/2007, 13h53
Une première en Algérie. Le ministère de la Justice vient de demander officiellement, au président de l’APN la levée de l’immunité parlementaire du député Smaïl Mira.

C’est ce qu’a affirmé, hier, M.Tayeb Belaïz au centre de rééducation d’El Harrach. Une déclaration qui intervient au moment où l’ex-président de l’APC de Tazmalt, impliqué, le 13 juillet en cours, dans une affaire d’homicide du jeune Kamel Saâdi, sort de sa réserve. Il déclare être prêt à renoncer à son immunité parlementaire «si la justice le demande». Dans les colonnes du quotidien Al Khabar, il souligne: «Je suis prêt à renoncer à mon immunité parlementaire, avant même que l’APN n’approuve cette décision.» En effet, dans son article 110, la Constitution est claire: «Les poursuites ne peuvent être engagées contre un député ou un membre du Conseil de la nation, pour crime ou délit, que sur renonciation expresse de l’intéressé ou sur autorisation, selon le cas, de l’Assemblée populaire nationale ou du Conseil de la nation, qui décide, à la majorité de ses membres, la levée de son immunité.» Or, manifestement, Smaïl Mira veut anticiper sur le «verdict» de la chambre basse du Parlement.

Le patriote, qui se défend d’être en ce jour fatidique, en mission commandée à Yakouren, dans le cadre de la lutte antiterroriste, est donc prêt à être jugé et se tient disponible à toute sollicitation. C’est-à-dire au même titre que tout citoyen justiciable, quel que soit son statut. Nous avons tenté, hier, vainement de prendre attache avec M.Mira. Sans doute harcelé par la presse, il a préféré éteindre son téléphone. Information prise, il aurait quitté son village et serait à Alger. Qu’est-ce qui aurait, donc, motivé le geste de M.Mira? Dans ses dernières déclarations, il revient sur les circonstances de l’«incident regrettable».

D’après lui, c’est lors d’un contrôle d’identité sur la route d’Aït M’likèche, au niveau du lieu-dit Azrou N’thor, que l’irréparable arriva. Résumons les faits relatés par M.Mira: de retour de Yakouren où il était en mission dans le cadre de la lutte antiterroriste et au moment où il descendait de son véhicule pour le contrôle de l’identité d’un jeune suspect, ce dernier aurait tenté de se saisir de son arme de poing. «En essayant de me dégager, j’ai tiré une balle, l’atteignant dans le bassin.» Mira tente d’invoquer implicitement une situation de légitime défense.

L’autre argument, et non des moindres, brandi par le député pour attester de sa bonne foi, c’est le fait qu’il ait porté assistance au jeune Saâdi et a même «appelé des secours en vue de le transférer à l’hôpital militaire de Aïn Naâdja.» Des faits sur lesquels ses deux accompagnateurs ont, sans doute, été interrogés dans le cadre de l’enquête des services de sécurité. Cependant, une question s’impose: Mira a-t-il agi par légitime défense? La jeune victime représentait-elle réellement un danger, nécessitant le recours à l’arme à feu? Seule l’enquête en cours peut déterminer les circonstances exactes.

De son côté, le RPR, le parti qui a parrainé la candidature de M.Mira, condamne l’assassinat du jeune Saâdi. Toutefois, le parti considère, par la voix de son président, M.Abdelkader Merbah, qu’il «ne lâchera pas son député si les enquêtes en cours concluent à un acte de légitime défense». Dans une déclaration au quotidien Asharq Al Awsat, M.Merbah s’interroge pourquoi le député incriminé n’a pas pris attache avec le parti après l’incident du 13 juillet. Par ailleurs, lors d’une conférence de presse animée samedi dernier au siège du Front des forces socialistes, M.Karim Tabbou avait souligné que son parti exige que toute la lumière soit faite sur l’assassinat du jeune Saâdi. Même son de cloche du côté de la population de la région, unanime à demander que justice soit faite.
Par ailleurs, nous apprenons de sources sûres que la famille du jeune Saâdi n’a pas déposé plainte, et refuse que l’on donne à cette affaire une tournure politique.

Elle considère que seule la justice est à même de faire éclater la vérité. A noter que Smaïl Mira, fils du commandant Abderrahmane Mira, chef de la Wilaya III historique, est chef patriote, depuis le début du terrorisme.
Il a été élu dans sa circonscription lors des dernières législatives sous les couleurs du Rassemblement pour la République (RPR).

Par L'Expression

racdavid
30/07/2007, 13h58
Une prison a perpetuite lui fera bcp de bien a cet assassin.

Avucic
30/07/2007, 18h35
D’après lui, c’est lors d’un contrôle d’identité sur la route d’Aït M’likèche, au niveau du lieu-dit Azrou N’thor, que l’irréparable arriva.
Depuis quand est-ce qu'un député algérien a droit de faire le policier dans notre société ?

(En passant Abderrahmane Mira était Colonel et non commandant dans l'ALN)

Stormguard
30/07/2007, 18h58
Depuis quand est-ce qu'un député algérien a droit de faire le policier dans notre société ?



Depuis toujours.

Avucic
30/07/2007, 19h36
Depuis toujours.Inéxact.
Le député algérien n'a pas plus que vous et moi le droit de faire le policier.
Je viens de faire une petite recherche: Dans le cas de Mira, j'ai appris qu'il est Chef de la milice locale (Les Patriotes) ... donc il avait de part ce role le droit de patrouiller et de demander dans cette capacité, les papiers d'identité aux citoyens de sa commune.

Mais il reste que je suis contrarié de savoir que l'immunité d'un député algérien n'est pas limitée à ses fonctions en tant que parlementaire.

Allane
31/07/2007, 00h20
Dans le cas de Mira, j'ai appris qu'il est Chef de la milice locale (Les Patriotes) ...


On se croirait aux pires moments du "qui tue qui" ou entendre Medi 1 relater les trsiques évenements qu'avait connus notre pays. On dit les patriotes et ce corps mériste tout le respect pour avoir combattu dés les premières heures les terroristes. Ils n'ont jamais constitué une milice (terme si cher à Ait Ahmed)

espoir1981
31/07/2007, 17h54
Tout d'abord, j'ai une pensée pour la victime paix à son âme, ichalah dieu le tout puissant l'accueillera dans son vaste paradis.
Courage à sa famille,
Sinon, pour ce MIRA, il n'est pas à sa première bavure, il s'est illustré par la passé. Autant, j'ai beaucoup du respect pour tous ces hommes (et femmes), qui ont combattu l'intégrisme, autant j'ai le mépris pour cet énergumène. Il se prend pour un seigneur de guerre, malheureusement notre justice, elle est ce qu'elle est, je n'attends rien d'elle.

Alimanex
31/07/2007, 18h12
Un député qui sillonne les forets par ses temps de chaleur et une chose exceptionnelle, alors si vous voulez vous attaquer à ceux qui font le malheur des algériens regardez plutôt du coté de sheraton , hilton etc.
Rappelez vous qu'on a déjas vu ça avec nourdine amirouche.

noubat
02/08/2007, 18h31
les députés en Algérie, font tous les boulots sauf celui pour lequel ils sont payés.

Cookies