PDA

Voir la version complète : Les agences de voyages en Algérie dégriffent les prix


morjane
14/08/2007, 14h34
L’offre promotionnelle que propose Plein Soleil, une agence en algérie spécialisée dans les séjours touristiques en Tunisie, est, pour le moins que l’on puisse dire, alléchante. Un séjour d’une semaine en pension complète dans un hôtel de catégorie trois étoiles à Hammamet pour seulement 43 000 DA par personne billet d’avion compris. Et déjà une quarantaine de familles ont été séduites. A titre comparatif, le même produit revient en temps normal à pas moins de 60 900 DA. L’économie est d’environ 18 000 DA. A l’instar de Plein Soleil, bon nombre d’agences de voyages et tour-opérateurs, privés s’entend, ont cassé les prix en cette fin de période estivale.

Au-delà de l’aspect purement commercial que revêtent ces offres «dégriffées », cette baisse des coûts des produits touristiques trouve son explication sur les lieux mêmes du séjour. «A partir de la dernière semaine du mois d’août les hôtels, campings et complexes commencent à se vider. Les hôteliers, exploitants et autres propriétaires d’établissements touristiques se retrouvent dans la contrainte de revoir à la baisse la tarification des prestations pour attirer un maximum de clients», explique le représentant commercial de Plein Soleil. Pas seulement ! Les agents de voyages nationaux ont tendance à négocier les prix avec leurs correspondants (agences de voyages ou tour-opérateurs) dans les pays d’accueil ou directement avec la direction du lieu d’hébergement en vue d’offrir un meilleur service aux meilleurs prix.

Air Algérie et les tour-opérateurs publics hors circuit

Ces négociations entre les deux parties aboutissent généralement à une réduction substantielle du coût des prestations. «N’était le prix élevé du billet d’avion, le séjour coûterait beaucoup moins cher», soutient notre interlocuteur. A titre indicatif et pour reprendre l’exemple cité plus haut, les prestations pour le séjour d’une semaine à Hammamet passent de 36 000 à 18 900 DA à partir de la dernière semaine du mois d’août. «Avec un peu de bonne volonté de la part du transporteur aérien, en l’occurrence Air Algérie, le prix du même séjour descendrait à 33 000 DA», poursuit-il.

Mais force est de constater que les séjours «bon marché» à l’étranger ne semblent pas intéresser les tour-opérateurs publics. Jugez-en. En fonction de la durée et les options choisies, un séjour d’une semaine dans un hôtel de catégorie quatre étoiles en demi-pension à Hammamet revient à 41 400 DA. Ce prix proposé par l’Office national algérien du tourisme (Onat) ne prend pas en compte le coût du billet d’avion qui oscille entre 25 000 et 30 000 DA.

Même fourchette de prix chez Touring Voyage d’Algérie (TVA) où le client devra débourser 58 000 DA pour un séjour d’une semaine (8 jours et 7 nuits) en Tunisie dans un hôtel cinq étoiles, en all inclusive. Pour pratiquement les mêmes prestations, on est loin des prix réduits appliqués par les agences de voyages privées. Et le choix n’est donc pas difficile à faire puisque les tarifs proposés par les voyagistes publics sont tout simplement rédhibitoires. «C’est des tarifs étudiés », souligne un agent de comptoir en assurant que «la demande sur ces produits est importante», en dépit de ces tarifs relativement élevés.
Des tarifs encore plus bas ?

Si la négociation des tarifs des séjours à l’étranger permet de baisser les prix de façon substantielle, «il est possible de diminuer davantage les coûts si les agences de voyages s’organisent pour négocier les prix en rangs serrés comme font les Européens», nous explique un professionnel du tourisme. Pour ce dernier, les voyagistes européens tant de l’Ouest que de l’Est procèdent de la sorte. Cela leur permet de proposer des séjours à des tarifs très accessibles aux plus petits revenus que même des Algériens les moins bien lotis pourraient se permettre.

Par Le Soir

Cookies