PDA

Voir la version complète : L'Etat mise sur les PME pour relancer la croissance algérienne


nassim
03/10/2007, 00h45
Poursuivant les auditions des membres du gouvernement, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a consacré hier une séance au secteur de la petite et moyenne entreprise (PME) et de l'artisanat en Algérie. Il en ressort ainsi que ce secteur s'affirme aujourd'hui comme un acteur important dans la politique nationale de développement économique. Cette position lui a été conférée grâce aux efforts des pouvoirs publics engagés au niveau de plusieurs secteurs et matérialisés par les mesures incitatives prises dans le cadre des dispositifs de soutien et d'accompagnement de plusieurs filières telles que la filière agroalimentaire (amont agricole, agro-industriel), la filière pêche et ressources halieutiques et la filière services avec l'émergence d'un potentiel de petites et moyennes entreprises spécialisées dans les services aux entreprises.

Toutes ces actions convergent vers la consolidation et l'élargissement des activités rentables et ont été marquées par deux périodes importantes. La mise en œuvre du programme présidentiel durant la période 1999-2007 a été décisive pour la promotion et le développement de la petite et moyenne entreprise confortée par la volonté politique des pouvoirs publics, et réitérée dans les programmes du gouvernement. Cette démarche, renouvelée régulièrement, a permis de capitaliser un acquis institutionnel incontestable dans la promotion et le développement des petites moyennes entreprises et des activités artisanales. En 2001, la loi d'orientation portant promotion de la petite et moyenne entreprise a consacré définitivement le rôle et la place de la petite et moyenne entreprise dans la sphère économique en fixant les mesures d'aides et de soutien visant à promouvoir leur compétitivité. A partir de 2003, le début d'occupation de la sphère réelle, à travers la réorganisation de l'édifice institutionnel du secteur de la petite et moyenne entreprise et de l'artisanat, a donné à celui-ci une dimension réelle d'animateur économique et de la proximité à l'intérieur du pays, élargi son champ d'intervention et permis l'engagement d'une stratégie de développement de l'artisanat pour arrimer ce potentiel à la dynamique globale de développement économique.

En termes chiffrés, à fin 2006, il a été enregistré un total de 376.767 PME, dont 269.806 petites et moyennes entreprises privées, 739 petites et moyennes entreprises publiques et 106.222 activités artisanales et qui ont généré 1.252.707 emplois. A fin 2007, les estimations situent à quelque 420.000 le nombre des petites et moyennes entreprises dont 296.000 privées et 130.000 activités artisanales. La croissance annuelle du nombre de petites et moyennes entreprises a été de l'ordre de 10% représentant la création de plus de 30.000 nouvelles petites et moyennes entreprises formellement déclarées qui viennent s'ajouter au tissu existant des entreprises. Aussi, ce rythme de croissance annuelle qui traduit une amélioration sensible dans le climat des investissements conforté par les différents dispositifs de soutien et la pertinence des mesures incitatives, permettra de dépasser, à l'horizon 2009, l'objectif de 100.000 petites et moyennes entreprises fixé dans le programme du Président de la République. Pour ce qui est de l'amélioration de l'environnement immédiat de l'entreprise, la création des mécanismes de garantie des crédits aux petites et moyennes entreprises a permis d'introduire une nouvelle culture entrepreneuriale dans les comportements des chefs d'entreprise et d'affirmer une critériologie objective dans l'appréciation du risque par les banques.

A fin juillet 2007, le Fonds de garantie des crédits aux petites et moyennes entreprises a accordé 206 garanties pour un montant global garanti de 5,2 milliards de DA correspondant à un coût total des projets de 20,6 milliards de DA. Cette dernière a accordé fin août 2007, 22 garanties pour un montant de 544,3 millions de DA. Le nombre des dossiers en cours de traitement s'élève à 41 pour un montant total de 1,3 milliard de DA. Par ailleurs, la compétitivité des petites et moyennes entreprises a été au centre des préoccupations des pouvoirs publics. Le programme national de mise à niveau, qui puise son essence et sa légitimité des dispositions de la loi d'orientation N° 01.18 du 12 décembre 2001 portant promotion de la petite et moyenne entreprise, a démarré au mois de février 2007.

source : le maghreb

soummam
03/10/2007, 06h28
c'est comme si on lit une declaration de porte parole, le journaliste aurait put confronte ce constat avec des consultants analyste afin de remplir son role sur la pertinence des declarations.
Et dire qu'on critique l'ENTV, apparement elles fait des emules.

DZmes Bond
03/10/2007, 20h34
L'Algérie s'en sortira avec les PME-PMI, qui créent beaucoup d'emplois et de richesses ! Les opportunités sont immenses et dans tous les secteurs !
A l'Etat d'encourager les futurs patrons !`;)

Cookies