PDA

Voir la version complète : L’or et le diamant offerts à l’exploration en Algérie


forgetgo
04/10/2007, 00h31
Lancement d’un nouvel avis d’appel d’offres pour l’adjudication de 61 titres miniers
L’or et le diamant offerts à l’exploration

L’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM) vient de lancer un nouvel avis d’appel d’offres pour la mise en adjudication de 61 petits et moyens gîtes miniers répartis sur 29 wilayas du pays, a indiqué hier une source du ministère de l’Énergie et des Mines dans un communiqué.

Cette opération porte sur 54 titres miniers proposés à l’exploration dont 29 gîtes concernent les agrégats et ciment, 10 l’argile, 7 le gypse, 3 les pierres décoratives, 3 la dolomie et 2 le sable, a précisé cette source. Il s’agit également de 7 titres proposés à l’exploitation : 4 gîtes concernent le tuf, les autres substances concernées étant le ciment (un gîte), l’argile (1) et le sable (1), a-t-on ajouté de même source. La vente des cahiers des charges a commencé le 30 septembre et se poursuivra jusqu’au 28 octobre, précise encore le communiqué.
Une opération similaire est prévue également en décembre prochain et concernera 19 sites miniers situés dans le Hoggar (9 sites), le Nord-Est (5), le Nord-Ouest (4) et le Sud-Ouest (1), avait récemment indiqué le ministère de l’Énergie et des Mines. Les substances concernées par ce prochain appel d’offres sont l’or, le fer, le wolfram-étain, les métaux rares et le diamant, ainsi que le cuivre, les polymétaux et le sel. Le lancement de l’opération se fera lors de la première Conférence internationale sur les ressources minières en Algérie (Cirma) prévue du 2 au 4 décembre 2007 à Alger et au cours de laquelle un data-room, portant sur l’opération d’adjudication, sera organisé à cette occasion. Depuis l’adoption de la nouvelle loi sur les mines, en 2000, au moins 546 titres miniers (permis d’exploitation ou de recherche) ont été attribués à l’issue d’appels d’offres. Le montant total des recettes générées par l’attribution de ces titres avoisinent, à ce jour, les 3,5 milliards de dinars.



Liberté

soummam
04/10/2007, 06h56
La recherche dans le secteur minier est freine par les infrastructure existante qui ne permette pas l'exploitation a grande echelle, mais bon tant mieux pour les generations futures.

mehdoche
04/10/2007, 10h05
Il est vrai qu'on ne parle que du petrole au sahara algerien... mais il ne faut pas sous estimer le potentiel en or et diamand. Esperons que cela ne soit pas géré comme pour le petrole. Je n'aimerai pas que l'Algerie devienne dependante dans le futur de ses matieres precieuses.

Cookies