PDA

Voir la version complète : easyJet attaque Air France à Roissy et à Lyon


nassim
06/10/2007, 00h58
ANDY HARRISON, le PDG de easyJet, l'a annoncé hier. En 2008, easyJet renforcera sa présence en France. Plus précisément à Roissy-Charles-de-Gaulle, où elle basera trois avions, et à Lyon-Saint-Exupéry où il y en aura deux. La compagnie à bas prix britannique doublera presque sa flotte au départ de la France. Elle n'a pu se renforcer à Orly où elle est déjà présente faute de créneaux horaires disponibles. Ceux qu'Air France a libérés lors de l'ouverture du TGV Est ont déjà été récupérés par sa filiale Transavia. Roissy-CDG et les aéroports de province, eux, ne sont pas soumis à ces limitations. L'investissement de 200 millions d'euros annoncé par easyJet correspond sensiblement aux prix des cinq Airbus A 319 qui seront mis en ligne. À l'horizon 2011, elle prévoit de baser en France vingt avions, ce qui représente 600 millions d'euros. Ces appareils ne constituent pas une commande supplémentaire, mais entrent dans le cadre des livraisons prévues. Au total, easyJet totalise 104 Airbus en commande ferme pour un montant catalogue de 4 milliards de dollars.

À Roissy comme à Lyon, il s'agira de bases et non pas de simples escales. Cela signifie que quelque deux cents emplois directs devraient être créés en Ile-de-France et en Rhône-Alpes grâce à cette première vague d'activité l'an prochain. « Les personnels navigants d'easyJet seront employés sous des contrats français », a pris soin de préciser Andy Harrison. Et non pas des contrats de droit britannique. En juillet, le Conseil d'État avait en effet confirmé la validité du décret soumettant les personnels navigants des compagnies étrangères basées en France au seul droit du travail français. Les charges sociales sont notablement plus élevées que celles prévues par la législation d'outre-Manche. Outre les équipages, du personnel d'escale et de maintenance sera recruté localement. Pour les passagers, le fait que les avions soient basés sur place est une garantie de ponctualité, du moins pour les premiers vols partant le matin.

À Paris, easyJet s'installera au terminal 2B de Roissy-CDG, libéré par Air France qui déménage dans les nouveaux terminaux. Le transporteur low-cost desservira surtout des destinations touristiques comme Biarritz, Porto, Marrakech et Venise, mais aussi Hambourg. Au départ de Lyon, la compagnie prévoit aussi des vols vers les pays méditerranéens, outre deux dessertes intérieures vers Bordeaux et Toulouse, des lignes très rentables pour Air France. La low-cost doit travailler à partir du printemps dans le nouveau terminal lyonnais à services simplifiés. Saint-Exupéry est le deuxième aéroport français après Marseille-Provence à proposer ce type d'installation où les redevances sont moins élevées que dans les aérogares classiques. Ce qui donne lieu à des actions juridiques d'Air France sur la non-égalité de traitement entre compagnies.

source : le figaro

Cookies