PDA

Voir la version complète : «L'ambition du centre financier de Dubaï? Etre au même niveau que Londres ou New York


zek
06/10/2007, 10h01
L'avantage de ce petit émirat, c'est qu'ils ont des supers patrons en quantités suffisantes....
-------------------------------------------------------------------------

London Stock Exchange, Nasdaq, OMX, casinos à Las Vegas, ports britanniques. Les cibles de Dubaï sont stratégiques et ambitieuses. L'émirat du golfe Persique est désormais le symbole d'un nouveau capitalisme du Sud aux ambitions planétaires, qui s'impose à coups de prises de participation dans le monde jusque-là exclusif des sociétés occidentales. Omniprésente dans les transactions annoncées ces dernières semaines aux Etats-Unis et en Europe, la capitale économique des Emirats arabes unis n'a d'égal que son voisin, une micro-monarchie pétrolière, le Qatar, qui multiplie également les investissements au travers de la Qatar Investment Authority.

Ces institutions étatiques ont braqué les projecteurs sur ce capitalisme d'un genre nouveau qu'imposent les fonds souverains. Mais le meilleur investissement reste dans la région du Golfe: plus de 1200 milliards de dollars de projets y ont été annoncés ces prochaines années, dont 440 milliards dans les Emirats arabes unis. Entretien avec Omar Bin Sulaiman, gouverneur du Dubai International Financial Center (DIFC), de passage à Genève.

Le Temps: Avec la prise de participation dans le London Stock Exchange et d'autres imitatives récentes, quelle stratégie poursuivent les fonds souverains de Dubaï sur les autres centres financiers?

Omar Bin Sulaiman: Avec ses investissements dans les bourses à l'étranger, Dubaï se positionne comme une porte d'entrée globale pour le capital et l'investissement sur les principales places financières mondiales. Dans l'immédiat, notre objectif premier est de constituer une bourse de niveau mondial, orientée sur la croissance, combinée à un centre d'activité pour les marchés des capitaux.

Notre but est clairement d'ériger notre secteur financier au niveau des leaders internationaux. Contrairement aux autres membres du Conseil de coopération du Golfe, les recettes du pétrole sont un élément mineur dans l'économie de Dubaï, et représentent moins de 3% du PIB.

Le secteur des services est le principal moteur de l'économie, et compte désormais pour 74% du produit intérieur brut de Dubaï, avec un taux de croissance annuel de 21%. La contribution annuelle des services financiers à notre PIB atteint 3,4 milliards de dollars. Avec un taux de croissance de 11% par année, l'émirat devrait voir la contribution de son secteur des services financiers augmenter à 15 milliards en 2015.

La suite...
http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=216379

bledard_for_ever
06/10/2007, 10h18
L'avantage de ce petit émirat, c'est qu'ils ont des supers patrons en quantités suffisantes....


Oui, pilotés, conseillés gérés par des patrons.... anglais.

C'est comme une rentier qui au lieu de faire fructier sa rente à 5% dans un placement classique, a décidé de la confier à un banquier d'affaire... attention au retournements de tendances, les banques en ce moment ce n'est pas la joie.

zek
06/10/2007, 10h36
Oui, pilotés, conseillés gérés par des patrons.... anglais.

Il y a une vingtaine d'année peut-être...

bledard_for_ever
06/10/2007, 10h50
Non zek

une dizaine d'année ou le boom a commencé date de la retrocession de hong kong à la chine (1997). mais les anglais avait préparé le terrain pour développer leur savoir faire dans une région qu'il connaissent parfaitement: l'asie. Ils ont même crée des pays de toute piece dans cetet partie du monde.

Dubai et qatar controle la moitié de la bourse de Londres. Tu crois les anglais sont assez stupides pour confier leur finances à l'étranger sans un controle et des assurances vie. Je suis même convaincu que les arabes ne savent même pas ce qu'il ont acheté sur ces places financières.

redouan
06/10/2007, 16h01
Omar Bin Sulaiman: celui la n'est pas anglais mais plutot marroki :lol:

zmigri
06/10/2007, 16h26
ce que fait l'émirat de dubai est un exemple à suivre pour les autres pays rentiers. Il est vrai, ce pays est imprégneé de deux cultures, celles des pays du golfe tournée vers le commerce( ces un peu nos mozabites) et aussi de la culture du risque emprunté aux anglosaxons, ajouté à la richesse pétrolière, vous avez tous les ingrédients pour une croissance à 2 chiffres où les services prennent une part de plus en plus dominante suivant l'exemple du pays le plus développé: le R.U.:D

bledard_for_ever
06/10/2007, 19h01
ce que fait l'émirat de dubai est un exemple à suivre

ben non pas forcément. ces pays sont extremement riches. Ils ont enormement de liquidités. si j'etais à leur place au lieu de s'amuser à faire les prometteurs immobiliers dans le monde, j'investirais dans le savoir.

On compare souvent l'Algérie à ces pays là. ça n'a rien à voir c'est carrément une autre echelle de mesure.

Tu prends l'exemple du Koweit. Il exporte pour plus de 58 milliars de dollars d'hydrocarbures. Et ce pour 3 millions d'habitants (2/3 d'étrangers). En répartition des richesses et si on considère que les hydrocarbures est 30 fois plus riche qu'un algérien.

Le Qatar. 150000 qataris. Ils sont 80 fois plus riches que les algériens. si on considère que les hydrocarbures.

etc etc

On est pas du tout dans les mêmes échelles.

zek
06/10/2007, 20h21
si j'etais à leur place au lieu de s'amuser à faire les prometteurs immobiliers dans le monde, j'investirais dans le savoir.

L’Emir de Dubai Mohammad Ben Rached Al Maktoum a annoncé une aide de 10 milliards de dollars au secteur de l’éducation dans le monde arabe et musulman.

Et ça c'est peut-être du pipi de chat, ne t'inquiète pas les universitées et l'éducation aux Emirats sont déjà dans le top, leur population ont déjà un job assuré et ils n'ont pas besoin d'aller faire les 3X8 chez Renault

bledard_for_ever
06/10/2007, 20h36
Zek

10 milliards de dollars pour les musulmans qui sont au nombre de de 1 milliars. ça fait 10 dollars par personne. A peine de qui acheter un cahier et un stylo.

Je ne parlais pas de charité, mais de politique du savoir. IL ne faut pas le prendre pour soi, mais ces pays plein aux as et ce depuis plusieurs décennies n'ont jamais rien offert au monde de contribution scientifqiue ou une invention à retenir.

Même des pays pauvres sont arrivés.


Alors le rêve de Dubai c'est juste de la poudre aux yeux anglaise.

absent
06/10/2007, 22h16
tes complexé par les arabes bledar ? Arabie Saoudite


I. Organisation de l’enseignement supérieur (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/arabie-saoudite_13242.html#so_1)


1) Liste des établissements d’enseignement supérieurs


http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/puce.gif 12 établissements publics d’enseignement supérieur, dont quatre à vocation religieuse :
Université Oum Al Koura à La Mecque (1981)
Université islamique à Médine (1961)
Université Imam Mohamed ben Saoud à Riyad (1974)
Université Thiba à Médine (2004)Et huit à vocation généraliste :
Université Roi Saoud à Riyad(1957)
Université Roi Abdel Aziz à Djeddah (1967)
Université Roi Fahd pour le Pétrole et des Minéraux à Dahran (1963)
Université Roi Khaledà Abha (1975)
Université Roi Faysal à Dammam et Hofuf (1975)
Université de Quassim (2005)
Université de Taief (2005)
Université d’Al Jouf (2006)http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/puce.gif 1 établissement dépendant de la ligue des États arabes :
Université Nayef pour les sciences de sécuritéhttp://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/puce.gif 8 universités et facultés privées
Université Al Yamamah à Riyad
Université Prince Sultan à Riyad
Arab Open University - Riyad
La faculté Dar el Hikmah (pour les filles) à Jeddah
La faculté Effat (pour les filles) à Jeddah
La faculté Prince Sultan pour le tourisme et l’administration à Abha
La faculté des sciences à El Baha
Université Al Faysal (en cours de construction)Par ailleurs, il existe en Arabie quelque 18 « Community colleges » (équivalents de nos IUT), une dizaine de centres de formation émanant d’institution publiques ou parapubliques et une douzaine d’instituts technologiques privés reconnus par l’État.
2) Enseignement technologique et professionnel


28 « Technological college » (post bac)
34 Instituts techniques (secondaire)
34 Centres de formation professionnelle
37 633 élèves et étudiants en 2005
3) Nombre d’étudiants


En 2001 : 436 705 dont 197 108 garçons (45,1 %) et 239 597 filles (54,9 %)
En 2002 : 449 320 dont 198 699 garçons (44,2 %) et 250 621 filles (55,8 %)
En 2003 : 525 344 dont 219 356 garçons (41,8 %) et 305 988 filles (58,2 %)
En 2004 : 573 700 dont 236 874 garçons (41,3 %) et 336 862 filles (58,7 %)
En 2005 : 603 767 dont 253 551 garçons (42 %) et 350216 filles (58 %)


4) Budget général du Royaume en 2005 : 280 milliards de rials
Budget consacré à l’éducationen général : 69,9 milliards soit 25%
Budget général du royaume en 2006 : 335 milliards de rials
Budget consacré à l’éducation en général : 87,2 milliards soit 26%
(1 euro = 5 rials)

II. Coopération existante avec les établissements d’enseignement supérieur français (http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/arabie-saoudite_13242.html#so_2)


Depuis la rentée 2005, le ministère saoudien de l’enseignement supérieur accorde 60 à 80 bourses annuellement à de jeunes bacheliers pour faire des études complètes de médecine en France, suivies éventuellement d’une spécialisation.
De même, 60 à 80 médecins saoudiens viennent se spécialiser dans nos CHU et préparer un CES ou un CESC.
Dans le domaine du Droit, une vingtaine de bourses sont accordées également à des étudiants titulaires d’un « Bachelor » pour préparer un master et un doctorat en France. Le premier départ aura lieu en juin 2007. Les partenaires français de cette coopération sont les universités de Paris 1, de Paris 5 et de Clermont-Ferrand.
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/puce.gif Dans le domaine des sciences de l’ingénieur, une vingtaine d’étudiants niveau « bachelor » devraient intégrer les écoles d’ingénieurs du réseau « n+i » d’EDUFRANCE.
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/education-universite-formation_1043/forum-curie_4931/fiches-enseignement-superieur_4958/afrique-du-nord-moyen-orient_5134/puce.gif Dans le domaine des sciences politiques, une dizaine de bourses sont accordées à de jeunes bacheliers saoudiens pour étudier deux années à Sciences-po Menton, puis trois à sciences-po Paris.

L'Arabie saoudite crée une université de niveau mondial

Ce projet de 10 milliards de dollars sera financé par l'argent du pétrole.

L'UNIVERSITÉ du roi Abdallah des sciences et des technologies (Kaust (http://www.kaust.edu.sa/video-interview.aspx)) sera dotée de 10 milliards de dollars, ce qui la placera au sixième rang mondial. Elle n'ouvrira pas ses portes avant deux ans mais ses responsables officiels ont indiqué cette semaine qu'ils allaient déjà amorcer la pompe en attribuant 500 bourses d'études de premier cycle cette année et l'an prochain à des étudiants du monde entier destinés à former la première promotion. Ils lancent aussi un programme de partenariats à travers le monde de 100 millions de dollars par an pour financer les scientifiques désireux de coopérer avec la nouvelle université.
http://www.lefigaro.fr/sciences/20070609.FIG000000743_l_arabie_saoudite_cree_une_u niversite_de_niveau_mondial.html

absent
06/10/2007, 22h17
Les Emirats Arabes Unis consacrent 10 milliards de dollars à l'éducation
Les Emirats Arabes Unis décident de créer un fond consacrant 10 milliards de USD à l'éducation dans les pays arabes.

SHOUNEH (Jordanie) - Le Premier ministre émirati Mohammad ben Rached Al-Maktoum a annoncé samedi la création d'un fonds de 10 milliards de dollars pour promouvoir l'éducation dans le monde arabe, lors du Forum économique mondial du Moyen-Orient (WEF), qui se tient à Shouneh en Jordanie.

Il a précisé avoir décidé de créer à cet effet la Fondation Mohammad ben Rached Al-Maktoum, en la présentant comme une "initiative personnelle".

L'objectif est de "contribuer à la promotion d'une société du savoir en soutenant les jeunes et en développant les recherches et les investissements dans la structure de l'éducation", a expliqué cheikh Mohammad, également émir du riche émirat de Dubaï, aux participants du forum.

Il a ajouté avoir décidé de consacrer "10 mds USD (7,4 mds euros) pour financer les projets" de la Fondation qui lancera notamment un fonds pour la mise en place de centres de recherches dans la région et commencera en 2008 à donner des bourses à des étudiants pour faire leurs études dans des universités ou instituts réputés.

"Il existe un large écart au niveau de l'éducation entre nous et le monde développé en Occident et en Asie. Notre seule option est de combler rapidement ce fossé car notre époque repose sur le savoir", a encore dit l'émir de Dubaï.

Le roi Abdallah II de Jordanie a ouvert vendredi le WEF, en appelant les dirigeants du monde à aider à faire cesser les violences au Moyen-Orient et à construire les économies pour "les lendemains de la paix".

Il a souligné que sur 325 millions d'habitants dans le monde arabe, plus de 200 millions étaient âgés de moins de 24 ans. Il a appelé à la création d'emplois, au développement de l'économie et de l'éducation et des infrastructures.

Le forum auquel participe un millier de personnes en provenance d'une cinquantaine de pays vise à promouvoir la diversification économique et la paix au Proche-Orient, une région ravagée par des violences.

Abdallah II a par ailleurs ouvert un sommet du G11 (Jordanie, Croatie, Equateur, Géorgie, Honduras, Indonésie, Maroc, Pakistan, Paraguay, Sri Lanka, Tunisie) samedi à Shouneh, en marge de la rencontre du WEF.

Il a appelé les huit pays les plus riches du monde (G8 - Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France, Italie, Canada et Russie) à aider les Etats en voie de développement notamment en réduisant leurs dettes.

©AFP / 19 mai 2007 12h44

Nadyr
06/10/2007, 23h56
Les Emirats Arabes Unis consacrent 10 milliards de dollars à l'éducation

voila un exemple a suivre pk cherché chez les européens

la j'ai rien compris
10 milliards de dollars pour les musulmans qui sont au nombre de de 1 milliars. ça fait 10 dollars par personne. A peine de qui acheter un cahier et un stylo.rak tatfal fel na3ma c'est un hormone alors accepte et ne dit rien lol
les pays arabes c 200 millions
20 millions d'étudiants c 500 $ chacun alors c'est un pc et internet pendant x temps
merci emarates mais rien n'arrivera au étudiants lol

bledard_for_ever
07/10/2007, 00h35
far solitaire,

87 milliars de rial, ca ne représente que 5% du PIB de l'arabie saoudite. C'est comme ça qu'on mesure l'effort consenti, pas par rapport au budget de l'état.

600000 étudiants? combien de brevets ? combien de chercheurs connus mondialement?

sans demander trop, il y a encore 2,6 millions d'adultes analphabètes dans ce pays. du pétrole depuis 1933 et des millions de hajs chaque année.

absent
07/10/2007, 00h49
87 milliars de rial, ca ne représente que 5% du PIB de l'arabie saoudite
5% cest la moyenne dans les pays développés

600000 étudiants? combien de brevets ? combien de chercheurs connus mondialement?

sans demander trop, il y a encore 2,6 millions d'adultes analphabètes dans ce pays. du pétrole depuis 1933 et des millions de hajs chaque année.
Ce nest pas assez je suis daccord avec toi, mais ce nest que recemment que ces pays se reveillent enfin et commencent à investir dans le facteur humain .. rdv dans 20 ans

Cookies