PDA

Voir la version complète : Les ambitions de l'Algérie dans la production de phosphate


mendz
07/10/2007, 01h38
30 millions de tonnes à atteindre d’ici à 2020

Après la première étape qui consiste en la réalisation d’une plateforme industrielle à Bouchegouf (Guelma), Ferphos Group s’apprête à mettre sur les rails un autre grand projet industriel.

L’optimisation de l’exploitation des ressources en phosphate est l’objectif recherché par les initiateurs de ces projets qui s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie de développement à moyen et long termes. Pour ce faire, il est question de transformer 2 à 3 millions de tonnes de phosphate extrait du site de Djebel Onk (Tébessa) en acide phosphorique à partir des eaux locales de Marmoutia. Deux autres complexes sont également prévus pour être réalisés au niveau desquels seront transformés près de 4 millions de tonnes de phosphate dans les environs de M’daourouch. Cette transformation se fera à partir des eaux du barrage de Oued Charef. L’acide phosphorique, liquide produit sur le site même de Djebel Onk et au niveau de la plateforme de M’daourouch, sera transporté par wagons-citernes pour être exporté. Il est donc question, selon une source sûre proche du dossier, de la transformation intermédiaire de 6 millions de tonnes de phosphate. Comme troisième étape de l’important programme d’investissement pour l’optimisation de la production de phosphate, Ferphos Group projette de réaliser une deuxième plateforme industrielle dans la région de Jijel. Cette dernière sera dotée de capacités de transformation de 12 à 14 millions de tonnes de phosphate. La totalité de la production sera également destinée aux marchés extérieurs et exportable à partir du port de Djendjen. Selon la même source, à partir de 2020, l’Algérie passera à un niveau de production avoisinant les 30 millions de tonnes de phosphate/an. Ainsi, elle pourra prétendre au troisième rang mondial après les USA et la Chine, les deux plus grands producteurs mondiaux de phosphate. Leurs productions respectives sont de l’ordre de 35 et 30 millions de tonnes/an. Ces projets d’envergure que compte mettre en route Ferphos Group auront un impact certain sur le marché de l’emploi. En effet, d’ici à 2020, plus de 50 000 postes, directs et indirects, seront créés sur le marché de l’emploi. Avec l’exportation des engrais composés de la plateforme de Bouchegouf et des produits intermédiaires issus des deux projets précités, l’Algérie engrangera des recettes en devises situées entre 7 à 8 milliards de dollars/an d’ici à 2020. Ferphos Group ne compte pas s’arrêter là. Après l’optimisation de la production du phosphate dont les réserves sont de plus de 2 milliards de tonnes, l’Algérie se penchera sur l’optimisation de l’exploitation de ses ressources en fer. En la matière, notre pays estime ses réserves à 3 milliards de tonnes de minerai de fer que recèlent les mines de Ghar Djibilet et Mécheri Abdelaziz dans la wilaya de Tindouf. Des réflexions ont été engagées à l’effet de trouver les stratégies d’exploitation appropriées. Les études nécessaires sont actuellement en cours en hauts lieux. Il est, entre autres, prévu d’exporter le maximum de minerai de fer à partir des ports d’Alger, Oran, Annaba et Makha, transformer sur place le minerai de fer en éponge de fer, soit des modules de réduction direct (DRI) en partenariat avec l’Angleterre, la Chine et certains pays de l’UE. Il est également envisagé de moderniser le port d’Oran et de construire d’autres ports spécialisés à partir desquels pourront être exportés jusqu’à 50 millions de tonnes de minerais vers les pays arabes et l’UE. La transformation des préréduits en acier avec la mise en place d’aciéries électriques sur place et une centrale thermique en partenariat pour l’exportation de demi-produits (billettes et bromes) ainsi que l’installation en partenariat d’unités de transformation des demi-produits en produits finis (laminoir à fil et rond, produits plats, aciers finis et spéciaux, profilés et autres) sont deux autres volets sur lesquels est axé le plan d’investissement. Le pôle industriel de Bellara pourra revivre à partir de ce plan de développement et d’exploitation des ressources algériennes de minerai de fer. L’Algérie pourra ainsi devenir un pays sidérurgique d’excellence.

N. Benouaret ("") (El Watan)

DZmes Bond
07/10/2007, 01h51
Ils se sont enfin décidés à exploiter le phosphate et le fer, tant mieux car les prix de ces matières premières ne cessent de grimper ! ;)

soummam
07/10/2007, 05h26
le journal ne precise pas d'ou emane ces info, cette compagnie aurait put faire un communique.
pourle rest a savoir
l’Algérie se penchera sur l’optimisation de l’exploitation de ses ressources en fer. En la matière, notre pays estime ses réserves à 3 milliards de tonnes de minerai de fer que recèlent les mines de Ghar Djibilet
la au moins un casse tete serai evacue , celui qui consiste a dire que l'algerie s'interresse au SO a cause de sa mine gara djebilet au sud de tindouf, je suit sur qu'il ne digereront pas un geant dans le phosphate par contre, bon mais c'est de bonne guerre.

noubat
07/10/2007, 21h38
le Maroc avec les mines du SO est le premier exportateur de phosphate dans le monde.

takamra
08/10/2007, 00h09
Ce que je me demande moi aussi,selon mes informations le maroc est bl'un des plus grand producteur de phosphats au monde,et quand je lis que les deux premiers sont les stats et la chine et que l'algerie espére se trouvé dans le poduim,là c'est imponsable,pour le fer peut etre que oui avec l'exploitation de khar djebilat.

chicha51
08/10/2007, 00h45
Pourcentage de production du Phosphate dans le Monde ( stat 2005 )

-USA : 24,69 %

-Chine: 20,68 %

-Maroc :17,14 % ( premier exportateur dans le monde)

-Algerie :0,60 %

soummam
08/10/2007, 02h55
l’Algérie passera à un niveau de production avoisinant les 30 millions de tonnes de phosphate/an. Ainsi, elle pourra prétendre au troisième rang mondial après les USA et la Chine, les deux plus grands producteurs mondiaux de phosphate.

si l'info est confirme les chiffres sont exact, juste que l'auteur parle de production et non d'exportation, reste que la consommation interne ne peut absorbe plus d'un dixieme alors l'algerie serait plutot le premier producteur dans le monde et detronera le maroc.
par ailleurs ce qui plait dans cette strategie si elle est confirme c'est que la transformation se face sur site ou a l'oree des ports ou l'evacuation de l'expôrtation se ferait, et la j'aplaudis parce que c'est un domaine generateur d'emploi.
pour la main d'oeuvre le maroc serait approche apres pour la maitrise dont il font preuve dans les mines au maroc

chicha51
08/10/2007, 12h52
si l'info est confirme les chiffres sont exact, juste que l'auteur parle de production et non d'exportation, reste que la consommation interne ne peut absorbe plus d'un dixieme alors l'algerie serait plutot le premier producteur dans le monde et detronera le maroc.
par ailleurs ce qui plait dans cette strategie si elle est confirme c'est que la transformation se face sur site ou a l'oree des ports ou l'evacuation de l'expôrtation se ferait, et la j'aplaudis parce que c'est un domaine generateur d'emploi.
pour la main d'oeuvre le maroc serait approche apres pour la maitrise dont il font preuve dans les mines au maroc

(Soummam)

.................................

Descend un peu du ciel .

Il faut d'abord passer de moins 1 % à 17,40 % des reserves mondiales pour detroner le Maroc ( c'est devenu une fixation).Il y a d'autres termes à utiliser comme approcher , egaler , faire autant que.....etc.....

Pour ton information le phosphate au Maroc , on a meme pas besoin de creuser pour l' extraire , il est à ciel ouvert .

Donc pour rattraper le retard , il faut attendre des millenaires et encore faut il que les informations de cet article soient averées.

Et pourquoi tu veux de la main d'oeuvre marocaine pour extraire ton phosphate , tu ne peux pas te retrousser les manches pour le faire?

C'est des ingenieurs et des techniciens marocains dont tu as besoin pour profiter de leur experience.

Si jamais le Maroc trouvait du petrole , ce sont les cadres de la Sonatrach dont on aura besoin , pas de main d'oeuvre.

Il faut apprendre à se passer des autres pour les travaux non qualifiés.

Atlantic
08/10/2007, 13h38
Le maroc est le 3 ème producteur. le 1er exportateur. Mais surtout il a la 1ère resreve mondiale : à lui seul il détient 70% des reserves mondiales de phosphate.

el_ho
08/10/2007, 14h39
Il détient c'est vite dit.

La majorité du phosphate est au sahara occidental. Exploitation illégale.

En tenant compte de la légalité internationale, le classement serait différent.

Arrif
08/10/2007, 14h48
le Maroc avec les mines du SO est le premier exportateur de phosphate dans le monde.


Les gisements de phosphate marocain se trouvent dans les régions suivantes:

- Khouribga (centre)
- Youssoufia (ouest)
- Boukraa (sud)

Les deux premières régions s'accaparent la grande partie des réserves, contrairement à ce que tu penses.

Désolé pour le H.S.

rodmaroc
08/10/2007, 16h21
@el ho
les plus grandes reserves et les grands site d'exploitation ne se trouvent pas au sahara marocain tu te trompes:)
en plus vous exploitez bien le petrole touareg aussi,ou est le probleme.

chicha51
08/10/2007, 16h59
La majorité du phosphate est au sahara occidental. Exploitation illégale.

El ho.
...................................

Renseigne toi mieux.Ca c'est de la propagande polisarienne.

Le phosphate du sahara represente une goutte dans un ocean .

kaiser sosi
08/10/2007, 20h49
je croyer que boukraa ete le plus grand gissement,c'est celui qui se trouve a FES non?

n plus vous exploitez bien le petrole touareg aussi,
n'importe quoi!!

soummam
09/10/2007, 07h20
Je ne delire pas, je me base sur des chiffres officiels des reserves existantes et averee soit 2milliards de tonne, alors si le but est la production pour une transformation avec des installations certes couteuses , c' est possible d'autant que l'extration a ciel ouvert est moins couteuses. nous on aimerai qu'il y arrive non pour etre le premier exportateur de la matiere brute comme le maroc , mais pour etre le premier producteur

http://www.mem-algeria.org/fr/mines/index.htm

Cookies