PDA

Voir la version complète : L’Etat subventionne le pain et la semoule


absent
07/10/2007, 12h53
MALGRÉ LES AFFIRMATIONS DE BELKHADEM ET DE DJAÂBOUB
L’Etat subventionne le pain, pas le couscous
07 Octobre 2007 - l expression

Prochain choc attendu, celui du prix du sucre. Un produit qui sert aussi à la fabrication des biocarburants.

Franchement, il y a de quoi désespérer. Que le chef du gouvernement puisse ne pas être au fait d’un dossier et en parle maladroitement aux opérateurs économiques relève du domaine du possible. Mais que le ministre chargé du dossier en question lâche une telle contrevérité, jeudi dernier et en public s’il vous plaît, vous laisse perplexe sur le sort qui attend le pays s’il continue à être géré de la sorte. Il s’agit du blé dur avec lequel on obtient de la semoule qui n’est touché par aucune subvention de l’Etat contrairement aux déclarations de ces deux hauts responsables.

Tout le monde sait que le prix des céréales ne cesse d’augmenter sur le marché international depuis l’été dernier. Tout le monde sait aussi qu’il y a deux sortes de blé. L’un tendre pour la farine de pain et l’autre dur pour la semoule du couscous. Le premier est subventionné par l’Etat ce qui maintient le prix du pain à son niveau d’avant la crise. Le second, par contre, n’est pas subventionné. Tant et si bien que M.Mohamed Kacem, directeur général de l’Oaic, seul importateur de céréales pour l’Algérie depuis la désertion des privés nullement philanthropes, a déclaré, la semaine écoulée, au quotidien El-Watan en gros et en rouge, qu’il allait «demander la subvention de l’Etat pour le blé dur». Sauf à avoir vraiment l’esprit tordu, il n’y a pas plusieurs manières de comprendre une telle affirmation. Il est vrai cependant que le prix de la semoule livrée par l’Oaic est à 2280DA le quintal alors que sur le marché international son prix est équivalent à 5460DA. Pourquoi et comment? Là, même M.Kacem s’emmêle les pinceaux et déclare d’un côté que «ce différentiel est supporté par l’Oaic car non soutenu par l’Etat. C’est un produit libre» et de l’autre rappelle que «nous n’avons pas le droit de vendre à perte comme le stipule le Code de commerce». Alors, dans quelle cagnotte puise le dirigeant de l’Oaic pour supporter le différentiel sans subir de pertes? La réalité est que l’Oaic, comme le dit son directeur général, «n’achète pas au jour le jour...nous avons des stocks pour de longs mois et nous gardons les prix à ce niveau-là (2280DA, Ndlr)». Principal client de la Commission canadienne du blé, l’Algérie a toujours acheté des quantités importantes sur le long terme. C’est-à-dire que la semoule livrée en ce moment par l’Oaic a été achetée en février dernier avant la flambée des prix. Voilà, c’est tout! On peut à la rigueur parler d’un manque à gagner pour l’Office. Mais comme il a une mission de régulation en période de crise, il est tout à fait normal qu’il atténue la facture des minotiers. Reste que malgré tout le prix de la semoule sur le marché intérieur a augmenté bien au-delà du prix préférentiel de l’Oaic. Pourquoi? La raison est très simplement expliquée par un client de l’Oaic. Depuis la crise, l’Office a revu ses livraisons à la baisse. Il ne livre plus que 50% des commandes de ses clients, minotiers et autres transformateurs. De plus, il ne livre que 5 jours sur 7 alors que les meuniers travaillent 7 jours sur 7. Résultat et en faisant une moyenne, cela équivaut à une livraison de l’Oaic de l’ordre de 40%. Un opérateur économique qui ne peut faire tourner son unité de production qu’à 40% de ses capacités subit forcément des pertes. Pour les atténuer il va obligatoirement inclure dans ses calculs de prix les charges fixes de son unité. D’où les augmentations que le chef du gouvernement et son ministre du Commerce ne saisissent pas et déclarent à tour de rôle leur étonnement des augmentations des prix de la semoule sur le marché intérieur malgré les subventions de l’Etat. Sauf à confondre avec le blé tendre avec lequel on obtient la farine qui donnera ensuite le pain et qui est seul à être subventionné, l’erreur est impossible. Ce n’est pas très compliqué à comprendre, l’Etat subventionne le pain mais pas (encore) le couscous. Même le pain augmente tant que l’Oaic maintient le rationnement actuel à 50 ou 40% des commandes. Voilà pourquoi on ne trouve que du pain «amélioré» dans les boulangeries.

Prochain choc attendu, celui du prix du sucre. Un produit qui sert aussi à la fabrication des biocarburants. Les paris sont ouverts pour savoir si le gouvernement s’y prépare où si, comme toujours, il attend que le ciel lui tombe sur la tête. Plutôt sur nos têtes.

Zouhir MEBARKI

Sioux foughali
07/10/2007, 15h06
y a quand même certainement des competents en Agronomie en Algerie

J'ai lu des etudes tres pointues realisés par des algeriens

Déjà prendre les plus hauts fonctionnaires, secretaire d'Etat et Ministres pour l'agriculture dans le vivier issu de ce type de structure en lien ci - après
, ce serait déjà bien.

http://www.ina.dz/

mais ce n'est pas tout, s'agissant de l'action de l'Etat pour promouvoir une meilleure agriculture, plus grande production interne....il faut aussi mette en place des politiques publiques les plus judicieuses.

necessité d'une bonne synergie entre specialistes en agronomie et specialites en gestion/ economie ...pour arriver à plus de production interne, meilleure revenus pour agriculteurs, baisse du poids des importations.


y a un paquet de parametres
- subventions d'Etat
- credit- banques
- assurances
- foncier
- accession à la propriété privée agricole, extension de propriété, regles d' urbanisme local ,propriétés communales ( forêts et bois de paturages)
- gestion de l'eau
- droit commercial , statut du salarié , double emploi .......
- contexte agricole international et prix mondiaux
- distribution- prix de gros, prix de detail
- etc etc etc

bledard_for_ever
07/10/2007, 15h21
je rêve... à ce rythme on va demander de subventionner les restos spécialisés en couscous, les milles feuilles les baklawa.....

jawzia
07/10/2007, 17h09
L'état ne subventionne pas le pain. Il subventionne la farine et en retour fixe le prix du pain à 7da50. Ce n'est pas la même chose.

biman0001
08/10/2007, 19h17
ON PEUT SAVOIR OU TU HABITE? pense aux habitants d algerie qui n ont pas les moyens de s acheter du pain, un peu d humanité, ne soyons pas egoiste

Cookies