PDA

Voir la version complète : Algérie-France Le nucléaire, les hydrocarbures et l'investissement


jawzia
27/10/2007, 09h50
Algérie-France Le nucléaire, les hydrocarbures et l'investissement [27.10.2007]

En visite, à Oran, mercredi et jeudi derniers, le ministre français Hervé Novelli, secrétaire d'Etat chargé des Entreprises et du Commerce extérieur, a délivré trois messages importants aux Algériens.


Le premier message concerne la présence économique française en Algérie. Le ministre a réitéré la volonté des entreprises de son pays d'investir davantage en Algérie où la concurrence des sociétés d'autres pays comme l'Italie, la Chine et l'Espagne, est de plus en
plus importante. «La France est le premier investisseur hors hydrocarbures en Algérie. Le recul de notre part de marché en Algérie n'est pas inquiétant, mais cela nous pousse à plus de mobilisation pour renforcer nos positions sur le marché algérien», a-t-il soutenu.

Le ministre a annoncé la tenue prochaine, au siège du ministère de l'Economie à Paris, d'une réunion sur l'Algérie et a cité l'exemple de plusieurs groupes français qui veulent investir et se développer dans ce pays. Comme St Gobain qui prépare d'importants investissements en Algérie et Lafarge qui cherche à s'y implanter.

M. Novelli a évoqué le projet du pont logistique entre Sète et Oran. Il a annoncé l'ouverture prochaine d'une antenne économique au consulat général de France, à Oran, pour accompagner les PME de son pays qui veulent s'installer et investir en Oranie.

M. Novelli n'a pas été tendre avec les entreprises françaises. Dans un discours direct et franc, prononcé mercredi à l'hôtel Royal d'Oran, devant des chefs d'entreprises venus à la Foire d'Oran, il a demandé aux entreprises françaises de prendre exemple sur l'Allemagne, premier exportateur mondial: «les entreprises allemandes ne sont affectées ni par l'émergence de la Chine, ni par la flambée de l'euro.
Nous avons décidé de mettre le paquet sur les PME pour se situer au même niveau des PME allemandes qui contribuent énormément aux exportations allemandes».
Enfin, M. Novelli a promis des surprises et des contrats importants lors de la visite d'Etat, début décembre, en Algérie du Président français Nicolas Sarkozy. «Il y aura beaucoup de surprises à l'occasion de cette visite», s'est contenté de dire le ministre, sans donner de détails.

En fait, beaucoup de sociétés françaises sont en course dans de nombreux grands projets en Algérie, notamment dans les grands travaux d'infrastructures, la banque et l'énergie. «Les entreprises françaises sont impliquées dans une vingtaine de dossiers de privatisation d'entreprises publiques algériennes. Il y a, notamment, l'offre de St Gobain pour le rachat d'Alver. Dans chaque projet de privatisation, les entreprises françaises prévoient d'importants investissements. En ce qui concerne les PME, nous encourageons le développement des jumelages entre les PME des deux pays. Nous pensons que l'Algérie peut être plus intéressante que la Chine pour la production de certains produits. Il y a déjà l'exemple d'une PME algérienne qui produit pour le groupe LVMH», explique au «Quotidien d'Oran», le chef de la mission économique près l'ambassade de France, Marc Bouteiller.

Le deuxième message de M. Novelli est la disponibilité de son pays à transférer la technologie nucléaire à l'Algérie qui veut l'acquérir pour préparer l'après-pétrole. Toutefois, le ministre français est resté vague sur l'éventualité d'un accord nucléaire entre l'Algérie et la France. «Nous attendons des propositions de la part des autorités algériennes dans ce domaine, mais nous sommes prêts à établir une coopération nucléaire avec l'Algérie et avec d'autres pays du Maghreb», a dit M. Novelli, lors d'une conférence de presse tenue jeudi à l'hôtel Royal d'Oran.

Le troisième et dernier message du secrétaire d'Etat français concerne les relations énergétiques entre Sonatrach et les groupes français et d'une façon globale entre l'Algérie et l'Union européenne. «Des négociations sont en cours entre Sonatrach et GDF pour la reconduction des accords gaziers qui expirent en 2013», a révélé le ministre qui a visité la zone industrielle d'Arzew. M. Novelli a évoqué la participation de Gaz de France au projet du Medgaz et la volonté des groupes gaziers et pétroliers français d'investir davantage en Algérie, dans l'amont et l'aval. En ce qui concerne le projet de la Commission européenne d'introduire des restrictions sur son marché aux groupes énergétiques étrangers comme Sonatrach, M. Novelli a déclaré: «la France est opposée à ces restrictions et la commission européenne va se contenter simplement d'une recommandation».

Une bonne nouvelle pour Sonatrach qui ambitionne de devenir un acteur majeur sur le marché européen de la distribution du gaz.

jawzia
27/10/2007, 09h55
Désolé Thirga, on a posté le meme sujet en meme temps. On peut supprimer celui ci.

Cookies