PDA

Voir la version complète : WasH2O le lave-linge révolutionnaire chinois se fait attendre


morjane
02/11/2007, 20h29
Il aurait pu être l’une des vedettes du «Grenelle de l’environnement». Le nouveau lave-linge du fabricant chinois Haier, le WasH2O, a tout de la machine «écolo» puisqu’il est censé fonctionner sans lessive. Haier affirme en avoir déjà vendu 300 000 en Chine. En Europe, cet appareil révolutionnaire se fait attendre. Son lancement était initialement prévu en France en septembre. Les dirigeants du groupe d’électroménager ont ensuite promis que ce serait pour octobre, novembre, puis décembre. Aux dernières nouvelles, ce ne sera pas pour cette année.

«Le lancement est retardé à février», a expliqué au Figaro Patrick Bailly, directeur général de Haier France. Ce retard serait dû à la nécessité d’adapter la machine. «Nous sommes en phase perpétuelle d’amélioration sur le produit, précise Patrick Bailly. Nous nous sommes aperçus que la dureté de l’eau n’est pas homogène en France. L’eau calcaire est un ralentisseur d’efficacité. Il a donc fallu intégrer dans la façade un tiroir pour que les consommateurs puissent si besoin rajouter du sel afin d’adoucir l’eau. Comme pour un lave-vaisselle.» Son prix (initialement de 699 euros) est maintenant fixé à 749 euros. «La machine n’a plus rien à voir avec le produit chinois», prévient Patrick Bailly.

Pour Alain de Cordemoy, président de l’Association française des industries de la détergence, de l’entretien et des produits d’hygiène industrielle (Afise), «le nouveau modèle de Haier lave sans lessive le linge à condition qu’il soit peu sale. Je ne suis donc pas certain que ce produit soit une révolution pour demain». Cet appareil suscite en tout cas des questions.

Le procédé de lavage sans lessive WasH2O de Haier repose sur une réaction chimique bien connue: l’électrolyse de l’eau. Soumises à une décharge électrique, les molécules d’eau se scindent en deux entités: les ions H+ chargés, selon Haier, de «stériliser» le linge et les ions OH- qui le lavent en «attirant et en retenant les salissures». C’est si simple qu’on se demande pourquoi l’idée n’est pas plus utilisée. Au contact des corps gras, les ions OH- ont en effet la propriété de former du savon bien connu de nos grands-mères. «Mais, il est illusoire de croire qu’ils pourront faire le travail tout seul!», explique le professeur Armand Lattes, chimiste au CNRS et à l’université Paul-Sabatier de Toulouse, qui ne cache pas son scepticisme.

Une lessive moderne contient en effet une vingtaine de composés différents. En particulier des détergents qui dissolvent la saleté, des agents «antiredéposition» qui l’empêchent de se fixer de nouveau sur le linge pendant le lavage, ou encore des azurants optiques qui rehaussent les couleurs. Ils évitent que les chemises blanches ne virent au gris ou au jaune pâle comme c’était le cas autrefois…

Un marché qui progresse

Sur un marché très disputé, Haier cherche à marquer les esprits avec son WasH2O. L’an dernier, il s’est vendu 2,4 millions de lave-linge en France, à un prix moyen de 455 euros. La bonne santé de l’immobilier y est pour quelque chose. «Quand les gens déménagent, analyse Benoît Lehut, directeur dans la société d’études GfK, il y a huit chances sur dix pour qu’ils changent leur équipement. Depuis trois ans, c’est donc un marché qui progresse alors qu’il était stable auparavant.» Mais plus de 95% des ménages possèdent un lave-linge, qu’ils gardent huit ans en moyenne.

Il y a bien une tendance de fond: les consommateurs se tournent vers les lave-linge de grande capacité et plus «écolos». Ils sont notés en fonction de leur consommation en énergie, leur efficacité de lavage et d’essorage. «On est arrivé au stade où tout le monde a pratiquement la meilleure note, A, en magasin et un beau produit, explique Didier Bollé, directeur de la division électroménager de LG Electronics France. Ce qui va faire la différence, c’est la marque et le travail de formation des vendeurs.» Du coup, chaque fabricant cherche à se distinguer autrement. Indesit mise sur la simplicité d’utilisation, Bosch sur le design, avec un appareil «laqué noir», Miele sur une gamme d’appareils très silencieux. Et Haier sur une innovation qui se fait attendre.

Par le Figaro

mouhcouscous
02/11/2007, 22h42
Voilà la preuve que les Chinois ne sont seuleument des copieurs , apres avoir maitriser la téchnologie , les voici maintenant qui se lancent dans l'innovation et le perfectionnement.

LYNX
02/11/2007, 22h43
ah les chinois copient, font de la mauvaise qualité...........mais avancent, pas nous!!!

mouhcouscous
02/11/2007, 22h47
LYNX , parceque chez eux si il ne travaille pas il crevera ,chez nous , la maman de ces jeunes fainéants ,lui dit dore dore mon petit jusqu"à yfaredj rabi.:mrgreen:

LYNX
02/11/2007, 22h49
Non c même pas les mamans, mais c'est tout simplement nous même qui se le disent ;)

upup
02/11/2007, 22h53
Ben si on combine ce lave-linge a celui inventé par un marocain «la machine à laver sans eau», le nouveau lave-linge sera sans eau et sans lessive !

www.aujourdhui.ma/societe-details38170.html

Cookies