PDA

Voir la version complète : “270 millions de dollars d’investissements étrangers enregistrés”


mendz
11/11/2007, 23h10
Chakib Khelil, à propos de l’évolution du secteur des mines

À compter de janvier 2008, plusieurs mines fermées seront rouvertes pour exploitation alors que d’autres seront créées. Cette opération sera réalisée en partenariat avec des étrangers.

Ainsi, la mine d’Al-Abed à Tlemcen, spécialisée dans la production du zinc, sera rouverte en collaboration avec le partenaire chinois, Cecomine. Une joint-venture dénommée “Abed maaden” a été créée par Sonatrach et l’entreprise chinoise dans ce cadre. La même décision est prise pour la réouverture de la mine de Chaâbet El-Hamra à Sétif. Les deux gisements d’or de Tirek et Amesmessa entreront ainsi en production dès janvier prochain avec des capacités allant jusqu’à 3 tonnes/an. Le même topo est observé pour le gisement d’or d’Aïn Abigui. La production du fer a enregistré une croissance de plus de 40% pour atteindre 2,5 millions de tonnes en 2006 contre 1,5 million de tonnes en 2005. Quant à la mine d’Oued Amizour dans la wilaya de Béjaïa pour la production du zinc et du plomb, sa production est attendue pour l’année 2011. Les travaux, confiés à la société WMZ, sont en cours. Deux autres mines pour l’exploitation de barytine (une à Deraisse, wilaya de Béchar et l’autre à Berouaghia wilaya de Médéa), sont actuellement en projet. Le CPE a également donné son accord pour la création d’une joint-venture dans l’objectif d’accroître la production de bentonite et du kaolin. Mieux, une campagne d’adjudication sera lancée entre le 2 décembre prochain et le mois de mai pour l’exploitation de 18 sites de production d’or, de zinc, de plomb, de diamant…

L’Algérie a octroyé, selon le ministre de l’énergie et des mines, M. Chakib Khelil, plus de 800 titres miniers qui ont engrangé plus de 4 milliards de dinars de revenus au profit de l’État. Lors de la rencontre, hier, avec la presse, au sujet de la tenue de la 1re conférence internationale sur les ressources minérales “Cirma” du 2 au 4 décembre prochain à Alger, le ministre a indiqué que la production minière s’est caractérisée par une forte croissance. Les agrégats, le kaolin, les phosphates, le fer ont connu respectivement une hausse de 512%, 180%, 72% et 42%. Les investissements directs étrangers dans ce secteur ont été évalués à hauteur de 270 millions de dollars depuis la mise en œuvre de la nouvelle loi sur les mines. Le chiffre d’affaires réalisé par le secteur est estimé par M. Khelil à 61 milliards de DA en 2006. Les effectifs employés dépassent les 29 000 personnes. Les ressources minérales de l’Algérie sont, avouera le ministre, importantes, mais faute de technologie et d’investissement, elles n’ont pas été suffisamment exploitées et développées. Par ailleurs, l’Algérie a dépensé une enveloppe de plus de 400 millions de dollars en 2006 pour l’importation de substances métalliques et d’agrégats nécessaires à l’approvisionnement du marché national, au développement de l’industrie et autres secteurs.

La Cirma a pour but, faut-il le souligner, de montrer l’attractivité de notre pays pour l’investissement minier. Celui-ci devient structurant dans la mesure où il permet la création d’emploi dans différentes régions du pays et garantira des recettes pour les autorités locales du fait des taxes qui leur sont payées directement. L’État bénéficiera aussi de revenus à travers la vente de permis par adjudication et les redevances et les impôts dont s’acquittent les opérateurs. La conférence se veut aussi une occasion pour tous les investisseurs et bailleurs de fonds, décideurs et chercheurs de mieux cerner, comme l’a signifié Chakib Khelil, les modalités de financement des investissements miniers, les sujets d’exploration potentiels, les capacités des services telles que les transports, les ressources en eau et l’outil de formation…

Badreddine KHRIS (Liberté)

Cookies