PDA

Voir la version complète : L'Algérie avant la colonisation


amghars
26/12/2003, 10h17
FRANCAISE ???
On parle de tribus, ou dechras ou ...
Quelles étaient les régions habitées par les communautés kabyles ou berbèrophones et celles arabes ou arabophones ?
Quel était le territoire Algérien de l'époque ? sa superficie, ses frontières, etc ...
merci de me répondre

ETTARGUI
31/12/2003, 17h38
1. Le terme "Algerie" n'existait pas, il a été adopté par l'autorité coloniale en 1834 pour justifier l'expansion dans les autres villes du littoral et de la bande arable du nord du pays.
Les régions qui étaient sous la domination turques'étendaient du littoral jusqu'à une ligne située à peu près au niveau de Médéa et s'étendant d'est en ouest.
Les autres régions étaient indépendantes organisées en petites républiques gérant leurs affaires par une djemaa composée des chefs de tribus et de notables, mais aussi par des hommes de réligion ou des chefs de confréries religieuses.

2. Il y quelques années un "historien" algérien avait écrit que l'Emir Abdelkader régnait sur 80 % de l'Algerie. C'est faux. Avant d'ébaucher une réponse j'aimerais poser une question à notres "historien" :
Quand vous parlez de 80 % de l'algerie vous faites allusion au territoire ou à la population ? (Et dans les deux cas le taux de 80 % est faux).
En réalité l'autorité de l'Emir s'étendait sur une petite partie du nord-ouest et du nord de l'Algerie actuelle.
A l'est et au sud (les sud représente 80% de l'algérie actuelle), l'Emir n'a pu se concilier les tribus de ces régions, surtout après le siège qu'il mit devant Ain Madhi en 1838 et qui a duré 8 mois. L'emir s'est retiré sur un cuissant échec militaire d'abord et politique ensuite, puisque les tribus du sahara ne lui ont jamais pardonné son opération contre le Tidjani d'Ain Madhi.

amghars
22/01/2004, 15h24
salut Ettargui
est ce que tu connais à quoi ressemblaient les frontières de l'Algérie de cette vieille époque?
merci

ithviriw
26/01/2004, 20h20
Bonjour tout le monde !
Je pense que pour beaucoup nous nous connaissons d'autres forums.

Je viens de découvrir ce forum, et ma foi, j'ai été attiré par l'atmosphère bon enfant qui y prévaut.

J'ai apprécié le forum "Histoire", et je pense que celui portant sur la religion demeure terre à terre, mais quelques fois, je me demande si ce n'est peut-être pas mieux, sauf évidemment quand des gens veulent l'utiliser pour ce à quoi, il n'est pas destiné.

Maintenant, je souhaité réagir sur le problème de l'Algérie.

Le nom d'Alger, vient en effet, selon ce que nous en disent les historiens coloniaux de "Al djazaïr", (les îles), car en effet, les Turques, ou plutôt le Dey avait fait remblayer et joint les nombreux ilôts sur l'actuel port, et dans la partie du Hamma, pour construire un port.

Mais contrairement à ce qui est écrit, cette appellation et ces travaux se situent dans les années 1500-1600, quand l'Algérie se constituera en"Eta Nation"; donc, dire que ce sont les français qui ont donné ce nom à l'Algérie est inexact, même si l'allégeance du Sud, n'existait pas au Roi d'Alger, avant l'arrivée des français.
Pour preuve le roi d'Alger (Royaume d'Alger), qui préexistait aux Turques, en fait au "recrutement des frères Barberousse", a bel et bien fait appel aux Turques pour les aider à contenir les agressions des marines espagnols (Charles Quint, et françaises)...
Avec la chûte de Grenade, 1492, l'Espagne poursuivra les fugitifs mauresques, qui viendront s'implanter dan sles villes côtières, Oran, Mostaganem, Ténès, Cherchell, Alger, Béjaïa, Jijel, et de l'intérieur comme Tlemcen, et Miliana et Médéa.
Entre 1505-1510, l'Espagne occupera ou dominera toute sles villes côtières de l'Ouest et du Centre, jusqu'à Béjaïa.
Oran sera en fait ville espagnole, qui sera conquise par le cardinal Ximénès, le grand criminel responsable du massacre de plus d'un million de "morisques", voir l'excellent livre, de Rodrigo de Zayas, "Les Morisques et le racisme d'Etat".
En 1512, la population de Béjaïa fera appel aux frères Arouj et à l'empire Ottoman, siège du Califat, donc suzerain temporel sur la "Ouma".
Les quatre frères libérèrent les ville set le sports algériens, les uns après les autres. Baba Arouj, se proclama, après avoir assassiné son bienfaiteur le sultan local, d'Alger, "sultan d'Alger". Il sera remplacé à sa mort, par son frère Kheïreddine, qui organisa la résistance algérienne.
Ce dernier fit alors appel à l'Empire Ottoman, qui le nomma "Beylar Bey" d'Afrique, et lui fournit une aide matérielle et militaire de quelques 6000 hommes et des canons.
L'Algérie devint ainsi entre 1518 et 1671, une Régence Ottomane.
Il y avait des rois qui combattront les frères Kheïreddine, pour préserver leur indépendance par rapport aux Ottomans, dont les janissaires, constituaient une caste de brigands.
Ainsi le roi de Ténès, Miliana, Médéa, Tlemcen, et d'Oran, en particulier lui livrèrent des combats acharnés, alors qu'à l'Est, Béjaïa, Jijel, Constantine, Kabylie (Royaume de Koukou), les turques n'auront qu'une présence informelle.
Khe¨°ireddine infligera une sévère défaite à Charles Quint, sou sles murs d'Alger, et peut dès lors attaquer le PEÑON d'ALGER.
Après avoir battu les Espagnols, Kheïreddine imposera sa suprématie en Méditerranée ave cses galères.
A partir de 1671, l'Algérie, tout en gardant des liens spirituels avec le Califat ottoman, proclamera son indépendance totale vis à vis de l'Empire, et ces liens seront le fait des Beys et du Dey, qui seront les représentants de l'autorité temporelle du Calife Ottoman.
L'Algérie, se constituera à partir de cette date, en quatre provinces autonomes.
Dey d'Alger, Titteri avec Médéa, Beylicat d'Oran et de Constantine, les quels Beylicats seront à leur tour divisés en caïdat et Chaykhat.
L'Algérie, était constituée depuis 1515, en ETAT souverain qui avait ses ambassadeurs propres et il disposait depuis lors, d'une administration organisée, de limites territoriales bien définies, d'une armée régulière, et d'une flotte maritime importante et considérée la plus puissante de la Méditerranée centrale.
La Régence d'Alger, nom qu'elle s'était donnée, s'était placée sous l'autorité spirituelle du sultan Turc, en sa qualité de Calife, et ce pendant trois siècles avant l'arrivée des Français.
Il est cependant notable, que les tribus à l'intérieur étaient livrées à elle-même et ne reconnaissaient guère l'autorité administrative ni judiciaire des Deys, ni des Beys, qui d'ailleurs ne se manifestaient que pour la collecte forcée des impôts.
Le sentiment anti-turc était très fort, et moins d'un tiers en fait, du territoire reconnaissaient l'autorité de l'Etat. Le sentiment d'unité nationale n'existait pas en effet, et seul l'Islam et les liens tribaux, constituaient ce que l'on pourrait appeler un semblant de lien ou de cohésion nationale.". De fait, la conscience nationale était inexistante et limitée à celle de la tribu ou "ARCH", sur toute l'étendue de l'Algérie. Le Arc, n'est pas spécifique à la Kabylie, comme semblent l'indiquer les évènements actuels, mais bien une organisation administrative algérienne ancestrale.Il est à noter cependant qu'il n' y eut pas de révolte marquante, contre le système turc, tant que celui-ci n'interférait pas avec la gestion ...

Je suis désolé, si je ne suis peut-être pas trop précis, mais j'ai dû composer mon texte au pied levé et trés rapidement, mais si intérêt je pourrai éventuellement donner des références, et étudier un peu plus certains points.

Merci, et j'espère ne vous avoir pas ennuyés avec ma petite mise au point.

NB: Sahitou Blackmore, Lisebeth et les anciens amis...

LeGrandBleu
26/01/2004, 20h36
Merci ithviriw de cet exposé...
Une petite question:
Quelle était la langue officielle ( ou langue d'état) à cette époque de la régence d'Alger?

:)

Nour-USA
26/01/2004, 21h38
Merci bcp pour tes efforts de compilation!:o) Est-ce que tu peux nous citer les sources que tu as utilisé? Merci encore.

ithviriw
26/01/2004, 22h00
1.- La langue d'Etat était l'arabe, qui était aussi la langue du Califat.
Certains documents officiels cependant étaient rédigés en Turc, mais en caratcères arabes.
2.- Pour l'intérieur, la langue officielle était la langue arabe, mais les débats se faisaient dans les langues locales, à savoir les langues berbères et l'arabe dialectal, alors plus proche de l'arabe classique, que les parlers actuels, qui sont du "francarabe"...

Il n'y a qu'à voir par exemple comment le Kabyle, a emprunté à l'arabe, surtout l'arabe coranique.

La justice, était rendue dans la langue vernaculaire du peuple, et était un mélange intelligent du Char' et du Kanoun local.

Références:
Je vous ai dit que je n'ai utilisé aucune référence pour mon petit résumé, mais je vous conseille de lire, Charles Ageron, Charles André Julien, Tewfik El Madani, Saadallah Belkacem, Mahfoudh Kaddache, Tayeb El Oqbi, ...

Je reviendrai éventuellement, et merci pour votre intérêt.

LeGrandBleu
26/01/2004, 22h05
Je m'en doutais bien que les Turcs etaient moins féroces que les Français....
Je suppose que c'était dû au califat forcément arabe.

:)

Sioux foughali
27/01/2004, 18h38
Bon exposé.

On peut ajouter que l' administration de l' Algerie sous la periode turque etait divisée en plusieurs Beyliks.
Beylik d'Oran
Beylik d'Alger
Beylik de Constantine
découpage repris par la France


Pour le Beylik de Constantine correspondant au département de Constantine de la periode française ( donc de Bgayet, Bordj bou Arreridj, Msila jusqu'à Annaba , Tebessa, Nementchas
Voir beystory.ifrance.com/

Lisez notamment les biographies de chaque Bey , y a une mine d'infos

Quant à la periode turque, il ya eu aussi des revoltes .

Lisebeth
27/01/2004, 19h02
Bonsoir à Ithiviriw

NB: Sahitou Blackmore, Lisebeth et les anciens amis...


Bienvenu :1036153111: Tu ne te feras pas insulter sur ce forum


Amicalement :D

Lisebeth
28/01/2004, 09h34
Bonjour

donc, dire que ce sont les français qui ont donné ce nom à l'Algérie est inexact
Le mot "Algérie" est devenu officiel, exactement, le 14 octobre 1839 sur la décision du ministère de la guerre de l'époque.
En effet, ce ne sont pas les français qui ont donné ce nom. On retrouve des preuves dans les écrits de fontenelle, écrivain du 17 ième siècle

Cordialement :D

Azduz
28/01/2004, 13h39
Bonjour tout le monde.

Exacte ithviriw.

Cette periode de notre histoire, est citee en detail dans un livre que j'avais lu il ya dix de ca .
Le livre etait en arabe et son titre etait : « la guerre de trois cents ans contre l'Espagne ».
Le livre parlait de nos relations tres agitees avec l'Espagne notre ennemi jure de l'epoque.
Mais ce qui m'avait impressionne dans ce livre, c'est ces histoires sur les explois des marins Algeriens qui dictaient leurs lois en mer a cette epoque. Aucun navire ne pouvait passer sur le large des cotes algeriennes sans payer le droit de passage. Les navires qui refusaient de payer etaient directement remorques au port d'Alger. Les marchandises que transportaient ces navires ainsi que leurs passagers, etaient ainsi vendu au plus offrant au port meme. On parle meme de la vente a l'epoque d'une princesse hollandaise ( je crois) au port d'Alger.
Leurs cibles preferes etaient biensur les navires de l'ennemi Espagnole.
Ces marins se sont meme aventure loins des cotes algeriennes, malgres l'handicap de leurs embarcations . Ils sont meme parvenus a remonter l'Atlantique et atteindre les ports sud de la grande bretagne. ( vous vous imaginer).
Les commandants de ces embarcations etaient devenus ainsi des hommes tres riches, grace aux revenus que leurs ramenaient les navires captures. A l'epoque on appellait ces commandants des « Rais ». Parmis les plus celebres de ces Rais, on peut citer Rais Hammidou ou encore Rais Corso.
Pour ce qui de la langue parlee a l?epoque a Alger, d'apres l'auteure qui s'appuiyait sur les recits de consuls europeens qui etaient presents a l'epoque a Alger, vu le nombre important de gens de nationalites differentes , les gens parlaient un melange de toutes les langues des gens de differentes nationalites qui y vivaient.

L?economie a Alger etait gere par les juifs.

double6
28/01/2004, 19h13
Tout à fait Azduz. Les marins Algériens etaient la terreur des mers à l'époque, particuliérement en Méditéranée au 16éme, 17éme et dans une moindre mesure 18éme siécle. Parmi les exploits d'antan on peut citer une attaque au large de Boston, l'occupation pendant plus de 50 années d'un village Britannique, la destruction d'une flotte Portugaise à Lisbonne par les marins Algériens qui les ont surpris en remontant le fleuve qui méne à la ville, et pas mal d'autres actions incroyable. Les USA à leur indépendance payait plus de la moitié de leur budget à la régence d'Alger pour sauvegarder le passage de leur navires en Méditéranée. Les Algériens avaient refusé d'etre payé en dollars et demandérent à etre régler en canons et en or. Le Sénat fut si excédé par cette situation qu'il vota des fonds pour faire construire 6 navires de guerre et les envoyer se battrent contre les Algériens plutot que de continuer à payer. C'etait plus rentable apparement :) Ainsi le premier navire de guerre Américain le USS CONSTITUTION fut construit pour combattre et proteger les navires US en Méditéranée. Surnomé Old Ironsides ce navire et le seul navire parmi les 6 qui est en encore mobilisable officiellement et est exposé à Boston pour le souvenir, ce qui fait que ce nom ne peut etre transmis à un nouveau navire moderne tel qu'un porte avion. Il y a tellement à dire sur notre histoire et particuliérement cette époque. A retenir que notre perte fut les Turcs. En 1827 la Royale Navy Britannique, la Marine de Guerre Française et la Marine Impériale Russe décidérent d'attaquer l'Empire Ottoman, de liberer la Gréce et de continuer leur chemin ensuite pour prendre Istanbul. Les notres envoyérent tout ce qu'il restait comme force navales Algériennes aprés des années de blocus et de combat. Les Algériens ont perdus 90% de leur flotte dans cette bataille de la Baie de Navarino. La Gréce fut libérée mais les pertes Européenes furent telles qu'ils abandonérent leurs plan de conquéte d'Istanbul. Cette bataille a signée notre arret de mort pour notre indépendance pour le prochain siécle. 3 ans plus tard, avec la disparition de l'Armée Algérienne disparate et basée sur la marine, les Français allaient débarquer en Algérie pour conquérir notre pays...

Et dire que certains prétendent qu'on a pas d'histoire :roll:

double6
29/01/2004, 08h31
Anecdote sur les combats et prises de nos ancétres en Irelande:

- 1637: La ville Irlandaise sous controle Britannique de BALTIMORE est saccagé suite à un débarquement de la marine Algérienne. 117 prisonniers capturés et revendus à Alger. En 1649, le Parlement Britannique réussit à engager des négociations pour leurs libération, mais seuls 2 choisirent de rentrer au pays. Les autres avaient commencé une nouvelle vie, s'etaient convertis et choisirent de rester à Alger. Avant cette attaque une autre attaque en 1631 sur la meme ville de Baltimore s'etait produit. Le célébre poéte Irlandais Thomas DAVIS écrivit une ballade qui relate l'episode de 1631 qui précéda celui de 1637.

15éme siécle: La ville de Youghal en Ireland (Royaume Uni) est constament attaquée année aprés année. A travers le siécle la marine Algerienne capture esclaves et trésors des églises suite à des débarquements sur toute la cote de Cork And Kerry... A ce jour les habitants de la région parle encore d'une légende qui veut qu'un capitaine de la marine Algérienne dénommé "Nut" (le Fou) qui commandait 3 navires bien armés a enfoui des trésors le long de la cote en secret. Avec chaque trésor un esclave de sexe masculin fut entérré selon la légende. Ainsi les habitants disent qui si vous creusez sur la cote et vous trouvez un squellette ne vous arrettez surtout pas! :lol:


D'autres attaques du genre sont à signaler aussi au Danemark, au Portugal, en Islande, en Espagne. Des que je trouve les infos exacte à ce sujet je les metterait là.

double6
29/01/2004, 08h48
Le raid Algérien sur Baltimore marqua la mémoire de la ville. Voici le poéme écrit plus 2 siécle plus tard par Davis sur cet événement... Désolé pour ceux qui comprennent pas l'Anglais :oops:


The Sack of Baltimore 1631
by Thomas Davis 1844

The summer sun is falling soft on Carbery's hundred isles.
The summer sun is gleaming still through Gabriel's rough defiles.
Old lnnisherkin's crumbled fane looks like a moulting bird,
And in a calm and sleepy swell the ocean tide is heard.
The hookers lie upon the beach; the children cease their play,
The gossips leave the little inn and the household kneels to pray,
And full of love and peace and rest - its daily labour o'er -
Upon that cosy creek there lay the town of Baltimore.

A deeper rest, a starry trance has come with midnight there,
No sound except the throbbing wave in earth or sea or air.
The massive capes and ruined towers, seemed conscious of the cairn,
The fibrous sod and stilted trees are breathing heavy balls.
So still the night, these two long barques round Dun na Sead that glide,
Must thrust their oars - methinks not few - against the ebbing tide.
Oh! some sweet mission of true love must urge the shore
They bring some lover to his bride, who sighs in Baltimore.

All, all asleep within each roof along that rocky street,
And these must be the lovers friends with gently gliding feet.
A stifled gasp! A dreamy noise! "The roof is in aflame!"
From out their beds and to their doors rush maid and sire and dame,
And meet upon the threshold stone the gleaming sabres fall,
And o'er each black and bearded face a white or crimson shawl
The yell of "Allah" breaks above the prayer, and shriek, and roar,
Oh! Blessed God! The Algerine is Lord of Baltimore.
The yell of "Allah" breaks above the prayer, and shriek, and roar,
Oh! Blessed God! The Algerine is Lord of Baltimore.

Mid summer morn in woodland nigh the birds begin to sing.
They see not now the milking maids - deserted is the spring,
Mid summer day - this gallant rides from distant Bandon town.
The hookers crossed from stormy Schull, that skiff from Affadown.
They only found the smoking walls, with neighbour's blood besprint
And on the strewed and trampled beach awhile they wildly went
Then dashed to sea and passed Cape Clear and saw five leagues before
The pirate galleys vanishing, that ravished Baltimore.

Oh! Some must tug the galleys oar and some must tend the steed.
This boy will bear a sheik's chibouk; and that a bey's jereed.
Oh! some are for the arsenals by beauteous Dardenelles.
And some are in the caravans to Mecca's sandy dells.
The maid that Bandon gallant sought is chosen for the Day.
She's safe - he's dead - she stabbed him in the midst of his serai.
And when to die a death of fire, that noble maid they bore,
She only smiled - O'Driscoll's child; - she thought of Baltimore.

double6
29/01/2004, 09h30
1785: George Washington est président des USA nouvellement indépendant. Les taxes que le Royaume Uni paye ne couvre plus les navires US. Le navire Américain MARIA est capturé, au large des cotes Portugaises, 5 membres d'équipages sont pris en prisonnier et le reste libéré pour faire passer le message à l'administration Américaine. Ces derniers ne réagissent pas. Un second navire est donc pris le DAUPHIN et 15 membres de l'équipage sont pris à Alger et vendus comme esclaves. La plupart sont mis au travail pour faire des taches domestiques. L'un d'entre eux est chargé de s'occuper du lion du Dey. Les prisonniers sont gardés constamment avec les chaines aux pieds et enchainés à des pilliers le soir dans des cachots. 6 Américains meurent de la peste, et un autre devient fou.

Les Américains commencent à négocier. Entre temps la marine Algérienne saisit tout navire US et son cargo en attendant le réglement de la facture. Plusieurs pays Européens tels que le UK, la France, le Danemark, le Portugal, la Suéde, Hollande payent sans discutter mais les USA veulent imposer leur solution. Ils chargent Thomas Jefferson ambassadeur à Paris à l'époque de négocier une solution à la fin. Ce dernier propose 200$ par otages. Les Algériens demandent 1600$ sous forme de canons et d'or. Les négociations échouent et pendant les 8 années qui suivront la marine Algérienne prendra une douzaine de navires Américains et plus d'une centaine d'otages.

Finalement en 1795, le Département d'Etat envoie un poete Joel BARLOW por negocier la situation qui devient désépérante. Les Algériens exigent alors que les USA se soumettent avec un paiement de 800.000$ annuel pour sécuriser leur navires et une frégate flambante neuve de 36 canons. En 1797 les USA commence à payer et les esclaves sont libérés. Ces derniers sont acceuillis aux USA sous l'applaudissement des foules venues à leur rencontre.

L'histoire continue avec la jalousie des Lybiens et de la régence de Tripoli. Ces derniers ayant appris que les Algériens ont obtenus un paiement et une fregate exigent au minimum une fregate à leur tour. Les Americains reagissent en les attaquant et en leur imposant un blocus aprés que les Lybiens capturerent un navire US échoué le USS Philadelphia. Le corps des marines est alors crée pour répondre à la menace Lybienne. Tripoli finie par signer un traité de paix et abandonné ses demandes. Alger sera à son tour menacé, bloquée puis bombardée aprés en 1815, ce qui pousse les Algériens à abandonné leur taxe vis-à-vis des USA. Puis vient la bataille de 1827 à Navarino, et en 1830 c'est l'invasion Française...

Azduz
29/01/2004, 09h56
Les USA à leur indépendance payait plus de la moitié de leur budget à la régence d'Alger pour sauvegarder le passage de leur navires en Méditéranée
Ah ya zman l'ghddar :(
:1036947090: Double 6 pour ta tres riche contribution.

Beaucoup de gens ignorent ce passe glorieux de notre histoire.

amghars
31/01/2004, 19h22
D'abord SAHA AIDKOUM
une question ou deux qui ne veut pas me laisser tranquille
"qu'en est il des régions du sud-ouest
est ce quelles appartenaient au Maroc ???
merci de me répondre en apportant si possible vos références

momo d'alger
17/06/2005, 01h19
J'aimerais bien avoir des références bibliographiques pour l'attaque de Boston et celle du portugal ainsi que celle concernant l'occupation d'un village britannique pendant plus de cinquante ans!

Je confirme l'attaque de Baltimore en 1631 conduite par Murad Reis II de son vrai nom John Johnson de Van Haarlem en Hollande. Celui-ci capturé en haute mer en 1618 à l'age de dix huit ans, se reconvertit à l'islam deux ans plus tard avant de reprendre le vaisseau amiral de la redoutable flotte de guerre d'Alger dirigée alors par le célèbre De Veenboer. Après avoir pris congé du Pacha en 1624, il convola en justes noces avec une musulmane d'Espagne et s'installa à Oued Sly au Maroc avant d'être convoqué en 1627 par le Pacha d'Alger pour mener une expédition punitive à l'encontre d'un port pirate en Islande qui appartenait alors à la couronne danoise. L'attaque fulgurante sur un aussi grand rayon d'action fit trembler l'Europe et permit de voir encore une fois l'étendue de la puissance navale de l'Algérie ottomane.

En 1631, Murad Reis II est rappelé encore une fois par le Pacha pour mener cette fois-ci une autre expédition punitive contre un autre port pirate situé au sud de l'Irlande du nom de Baltimore. En effet plusieurs bateaux ayant comme port d'attache ce port se permirent d'attaquer des navires de commerce algériens en violation du traité de paix signé en 1626 par l'Angleterre et l'Algérie.Après avoir attendu pendant cinq ans les réparations qui ne vinrent jamais, la 2eme flotte de guerre s'arracha du port d'Alger avec 15 divisions soit 60 navires de guerre et leur escorte tel que consigné plus tard par la capitainerie du port britannique.
Une fois, la jonction avec les navires venus des autres ports opérée en haute mer, la flotte remonta finalement l'Atlantique en un temps record soit seulement 12 jours alors qu'il en fallait habituellement 14 pour les autres flottes. Elle ne croisa aucune résistance, seuls quelques galions espagnols fuyant au large à l'apparition de la flotte permirent à l'Europe continentale de prendre la mesure de ce qui allait se passer.
Une fois ravagé, le port de Baltimore entra dans l'histoire comme ayant été une victime expiatoire de la férocité des Algériens sans que l'on s'attache vraiment à comprendre les raisons d'une telle expédition.

momo d'alger
17/06/2005, 02h19
Je confirme avec en sus un éclairage important que les historiens professionnels omettent de citer.

L'Algérie ottomane après avoir été la première à reconnaitre l'indépendance des Etats-unis d'Amérique,croyait trouver dans les révolutionnaires américains des alliés respectueux de la donne internationale. Mais ceux-ci ne voyaient que leurs intérêts directs. Privés d'argent frais pour rembourser leurs dettes révolutionnaires contractées auprès de la France et de la hollande, ces derniers eurent l'idée de vendre les matériaux bruts dont regorgeait l'Amérique ainsi que l'huile de baleine comme c'était le cas pour l'Etat du Massachussets pour arriver à leurs fins.

Malheureusement pour les américains, les britanniques dans un esprit de revanche bien appuyé fermèrent leurs frontières douanières en élevant excessivement les taxes sur les produits importés d'Amérique. Il ne restait plus aux américains qu'à venir vendre cette huile en méditerranée, seulement voilà, l'Algérie après avoir arraché la méditerranée à l'Espagne au 16eme siècle devait être consultée sur cette entreprise. Car il faut bien le comprendre, l'Algérie de l'époque est un net exportateur de l'huile d'olive qui demeure cependant peu compétitive face à l'huile de baleine sur le marché international.

Priver alors l'Etat d'une telle rente en devises l'obligerait forcément à élever les taxes, ce qui exarceberait la population civile et notamment les agriculteurs Kabyles privés eux aussi au passage des revenus de l'huile d'olive avec comme conséquence directe de cet état de fait une guerre civile sur les bras dont personne ne voudrait. L'absence de communication entre les américains et les algériens par le biais du canal diplomatique inexistant alors mena vers une réaction sévère de la part du gouvernement Algérien avec la prise des deux navires américains.

Suite à cela, le gouverneur du Massachussets ordonna d'augmenter les taxes faute de revenus, ce qui mena à la double révolte des colons et des indiens plus connue sous le nom de guerre civile du Massachussets. L'on comprend mieux alors qu 'entre l'Algérie et l'Amérique c'était en fait une guerre commerciale sur fond d'incompréhension mutuelle.

Les américains après avoir priviligié dans un premier temps une réponse militaire loin de leur portée -30 de leurs espions avaient sillonné le pays et compris que l'Algérie avec ses 200 000 soldats mobilisables était quasiment invincible même pour une coalition internationale de l'époque- se rendirent compte que la seule voie possible de traiter avec l'Algérie était le canal diplomatique, ils nommèrent alors un ambassadeur avec rang de consul afin de ne pas froisser la sublime porte(Turquie) du nom de Joel Barlow ami personnel de Georges Washington suivi plus tard par le capitaine Richard O'Brien suite au décès du premier alors qu'il rendait visite à Napoléon sur les champs de bataille en Europe?, puis le colonel Tobias Lear et enfin William Schiller parti en 1825 après dix ans de séjour à Alger et dont le livre sur l'Etat d'Alger édité en 1826 à Boston permit au ministère de la guerre français de préparer l'invasion de l'Algérie. Une invasion qui n'aurait jamais dû avoir lieu sur la base des rapports de force de l'époque mais ceci est une tout autre histoire.

De son côté, après les épisodes malheureux des prises forcées des navires américains, l'Algérie de l'époque, dans son extême libéralité permit au premier prisonnier du "Maria" navire de Boston de gravir les plus hauts échelons de l'Etat, en devenant le chef de cabinet du Dey!!! et ce après sept ans de captivité et sept autres années dans le commerce.Il s'agit en fait de James Leander Cathcat dont la fille Betty Newkirk lui consacra un livre entier pour raconter son histoire. Il devint un intermédiaire privilégié entre les américains et l'Algérie.
L'on comprend aisément après cet éclairage que les chefs de l'Algérie de cette époque malgré tous leurs travers étaient beaucoup plus soucieux de l'avenir du pays que ne le sont ceux d'aujourd'hui.L'Etat était une affaire sérieuse.

Cookies