PDA

Voir la version complète : La Russie poursuit sa conquête du monde


nassim
18/12/2007, 01h23
Les patrons russes mettent les bouchées doubles à l’international. En deux ans, les actifs cumulés à l’étranger par les 25 premières multinationales du pays ont été multipliés par 2,5 pour atteindre près de 60 milliards, selon une étude publiée hier par l’école de commerce Skolkovo à Moscou et le Columbia Program sur l’investissement international. Pour l’ensemble des groupes russes, ce stock a bondi à 157 milliards, sachant que ces investissements ont décollé après 1999, sous l’ère Poutine.

Depuis 2004, les exportations des 25 premières multinationales russes ont aussi doublé pour atteindre 200 milliards de dollar. De même que les effectifs à l’étranger, qui atteignent désormais 130 000 salariés. La progression de ces dernières années est parmi les plus rapides du monde. Mais elles ne comblent pas encore le retard avec les nouveaux acteurs de la mondialisation.

Un des principaux conseillers de Poutine, Sergueï Yastrzhembsky, s’inquiétait justement au début de cette année du retard pris vis-à-vis de l’Inde et de la Chine, qui ont investi l’année dernière entre 60 à 70 milliards de dollars d’actifs en Europe contre une dizaine seulement pour les entreprises russes.

En clair, «les investissements russes à l’étranger doivent encore grossir», recommande l’étude. Car deux seulement des 25 premières multinationales «dépassent 10 milliards d’actifs à l’étranger, et quatre ont plus de 10 000 salariés en dehors de la Russie».

À titre de comparaison, le groupe pharmaceutique français Sanofi Aventis, classé vingt-deuxième au palmarès mondial, contrôle autant d’actifs à l’étranger que les 25 premières multinationales russes selon l’édition 2007 du Rapport sur l’investissement dans le monde de la Cnuced. De plus, l’expansion internationale russe est à mettre massivement au crédit des industries «rentières». Quelque 53 % des actifs russes à l’étranger appartiennent à quatre sociétés d’hydrocarbures et 25 % à neuf sociétés sidérurgiques et minières. Norilsk Nickel a ainsi réalisé la plus importante acquisition en rachetant le canadien LionOre Mining, pour 6,2 milliards de dollars. Evraz et Lukoil s’adjugent le second rang avec deux acquisitions qui portent sur 2 milliards chacune.

source : le figaro

Cookies