PDA

Voir la version complète : Sonatrach va s'appuyer sur deux compagnies américaines pour relancer le projet Gassi


kaiser sosi
21/12/2007, 23h18
XCLUSIF : Sonatrach va s'appuyer sur deux compagnies américaines pour relancer le projet Gassi Touil en janvier 2008
Par sonia lyes le 21/12/2007 à 11:42

L'immobilisation de quatre appareils de forage sur le chantier Gassi Touil coûte une moyenne de 400.000 dollars par jour à Sonatrach. Sans reprise rapide des travaux, le projet risque de se transformer en un véritable gouffre financier.

La reprise des travaux sur les chantiers du projet de Gassi Touil va intervenir dès janvier 2008, a appris "********************" auprès de sources proches de la société nationale des hydrocarbures Sonatrach. La société algérienne reste le seul opérateur après la résiliation du contrat avec les espagnols Repsol et Gas Natural. L'ensemble des contrats ont été transférés par les groupes espagnols à Sonatrach.

Selon nos sources, Sonatach, pour réaliser le projet, va s'appuyer notamment sur le savoir-faire de deux sociétés de services pétroliers américaines : KBR Halliburton et Wheather Ford. Cette dernière est une compagnie liée à la Maison Blanche. Arrivée il y a quelques années en Algérie, elle a pris rapidement de l'ampleur et hérite désormais de grands chantiers dans le pétrole. "Les deux compagnies américaines n'ont pas vocation à remplacer Repsol et Gas Natural. Sonatrach reste le seul propriétaire du projet. Elles s'occuperont de la partie services pétroliers", explique un expert interrogé par "********************".

Initialement, les travaux de réalisation de Gassi Touil devaient reprendre en octobre dernier. Mais les dirigeants de Sonatrach auraient préféré attendre les premières audiences dans le cadre de la procédure d'arbitrage et surtout l'issue des discussions entre les gouvernements algérien et espagnol qui avaient pour objectif d'aboutir à une solution amiable. Mais devant l'échec des négociations entre Alger et Madrid, Sonatrach a dû accélérer le rythme de reprise des travaux. Désormais, un retour en arrière semble définitivement écarté.

Pour la Sonatrach, la situation devient urgente. A l'arrêt depuis l'été dernier, le projet Gassi Touil risque de se transformer rapidement en gouffre financier pour la société nationale des hydrocarbures. En effet, sur le chantier, quatre appareils de forage sont immobilisés. Avec un coût moyen estimé à 100.000 dollars par jour et par appareil, Sonatrach dépense un moyenne de 400.000 dollars par jour uniquement sur cette partie. Sur six mois, le maintien des quatre appareils inactifs sur le chantier a déjà coûté près de 100 millions dollars à la société nationale des hydrocarbures. A cette perte liée à l'immobilisation des moyens, s'ajoutent les retards importants dans la livraison du projet.

Cookies