PDA

Voir la version complète : Apple accusé de monopole dans la musique


nassim
06/01/2008, 00h24
C’est un curieux message de vœux qui a été adressé à Steve Jobs le 31 janvier. Une plainte a en effet été déposée le dernier jour de l’année aux Etats-Unis accusant Apple d’imposer une domination illégale sur le marché de la musique numérique. La plaignante, Stacie Sommers, et ses avocats, espèrent bien convaincre suffisamment d’autres personnes pour transformer l’affaire en class action. Mais les arguments utilisés en font sourire plus d'un outre-Atlantique. Car selon les documents remis à la justice, la source du monopole résiderait dans l’incompatibilité de l’iPod et de l’iTunes Music Store avec le format de fichier musical WMA de Microsoft.

Plus exactement, Apple est accusé d’avoir bridé la puce des iPod de façon à l’empêcher de décoder les fichiers WMA alors que ce microprocesseur, acheté à un tiers, dispose à l’origine de cette capacité. La source de cette restriction étant le système d’exploitation de l’appareil, qualifié de « crippleware ». L’objectif serait d’éviter d’avoir à payer une licence d’utilisation du format WMA à Microsoft – ce qui ne coûterait que 3 cents par iPod vendu, selon la plainte qui poursuit : « Apple a délibérément conçu le logiciel de l’iPod de façon à ce qu’il ne puisse lire qu’une seule sorte de fichier protégé contre la copie » à savoir le format AAC modifié par le système antipiratage « maison » Fairplay. Un format effectivement propriétaire qui oblige à acheter de la musique sur l’iTunes Music Store. L’autre solution, non évoquée dans la plainte, étant d’utiliser des fichiers MP3… lesquels ne sont protégés.

Au final, selon la plaignante, « Apple s’est engagé dans un comportement monopolistique en plaçant des restrictions technologiques injustifiables et non-nécessaires dans ses produits les plus populaires pour réduire le choix du consommateur, et limiter le peu qu’il reste de concurrence dans le marché de la musique numérique ». Apple contrôle en effet 75% des ventes de vidéo en ligne, 83% de la musique en ligne, 90% des baladeurs à disque durs et 70% des lecteurs à mémoire flash, affirme la plainte. Laquelle se réfère pour finir aux enquêtes en cours en Europe sur les liens éventuellement illégaux établis par Apple entre l’iPod et iTunes Music Store.

Reste que si l’écosystème fermé bâti par la firme à la pomme dans la musique pose effectivement questions, certains observateurs américains s’amusent que la plainte fasse de Microsoft la principale victime de la domination d’Apple. Et ce d’autant plus que le n°1 mondial du logiciel a justement été condamné pour avoir fait prospérer son navigateur Internet Explorer en le liant à son système d’exploitation, dont le quasi-monopole n'est plus à démontré. L’Europe lui reproche d'ailleurs de faire de même pour imposer son lecteur Windows Media Player... et donc le format WMA qui va avec.

D’autres comme The Register, s’étonnent que l’on veuille à tout prix rendre l’iPod compatible avec les DRM de Microsoft. Et ce au moment où la diffusion de musique sans DRM est acceptée, y compris chez certaines majors, et qu’elle a même été pronée par Steve Jobs himself.

source : l'expansion

Cookies