PDA

Voir la version complète : L'argent de la diaspora algérienne.


Stanislas
12/06/2005, 18h17
Au milieu des années 70, les Algériens envoyaient plus de 100 milliards de francs au pays. La communauté algérienne installée à l’étranger n’envoie pas d’argent au pays. En conséquence, le manque à gagner se chiffre à des milliards de dollars pour le Trésor public. Le fait a été soulevé hier, lors de la première rencontre internationale sur la communauté algérienne à l’étranger organisée au Sénat. Les experts se pencheront sur la problématique de l’immigration pendant deux jours pour faire ensuite des recommandations à même d’éclairer les décideurs politiques sur cette situation dramatique pour l’Algérie. Car en plus de la fuite des cerveaux «ce sont des milliards qui échappent au Trésor public», a regretté un participant à cette rencontre avant d’interpeller les plus hautes instances du pays à réagir «pour mettre en place des moyens incitatifs au rapatriement de cette manne financière dont le pays a tant besoin». «Alors qu’elle a été évaluée au milieu des années 70 à quelque 100 milliards de francs». L’apport d’argent de la communauté algérienne globalement estimée à 2,5 millions de personnes, reste insignifiant devant celle des voisin tunisiens. Avec un nombre ne dépassant pas les 350.000 personnes, les Tunisiens résidant à l’étranger envoient chaque année une somme de1 à 2 milliards de dollars à leur pays. La réalité des chiffres est encore plus frappante à voir le nombre d’hommes d’affaires algériens installés à l’étranger. Pour ne prendre que l’exemple de la France où résident environ 1,3 million de personnes, 100.000 à 300.000 d’entre eux sont des hommes d’affaires patrons de petites et moyennes entreprises. Cela si on fait l’impasse sur les avoirs des Algériens à l’étranger. Selon des statistiques établies par la Banque mondiale les dépôts des Algériens à l’étranger ont été évalués entre 80 et 100 milliards de dollars. Le fait interpelle les plus hautes instances du pays à la recherche de devises étrangères. La majorité des experts réunis hier, au Sénat, ont expliqué «le refus» des Algériens d’envoyer l’argent au pays, à travers des réseaux légaux par un manque de dynamisme de cette même communauté. «Il n’existe pas de réseaux d’action, d’associations et suffisamment d’activité communautaire pour permettre à cette communauté algérienne de mener des actions d’envergure», a relevé un autre expert intervenant lors de la rencontre d’hier. Les services consulaires algériens ont recensé pas moins de 360 associations algériennes mais dont l’impact et l’apport demeurent insuffisants. L’association des médecins maghrébins qui compte plus de 7500 praticiens et dont la plupart sont des Algériens est complètement «phagocytée» par des Marocains. Lesquels Marocains installés en France et au Canada sont en passe de constituer un véritable lobbying pour leur pays.

Source lexpression.dz

1- Que représente la manne financiére de notre diaspora ?
2- Est elle asujjetis à l'impot ?
3- Quel mesures sont prisent pour attirer leurs capitaux ?

Stanislas

tizi oualou
12/06/2005, 18h36
trés interessant sujet que tu viens de lancer stan ! perso je ne pourrais répondre à tes questions precises mais l'impression générale qu'ont les émigrés algeriens, c'est que nos autorités ne se sont jamais interessés à ce fric la et ne s'interessent toujours pas !
remarquez, je vais etre trés juste envers nos autorités, comme ils ne s'interessent que trés peu à notre diaspora, ils sont au moins logiques et "honnetes" de ne pas s'interesser a leur fric non plus !
le hic c'est qu'on aurait bien voulu qu'il s'y interesse et pas seulement pour exiber les chaines ( les queues ) aux consulats à l'occasion de diverses elections pour ne pas dire plebicites et tenter de crédibiler nos institutions non encore totalement démocratiques et encore moins transparentes !
une simple annexe de la banque d'algerie à l'etranger rendrait service à enormement d'algeriens, mais ce détail fait partie d'une politique générale, les émigrés et toute leur richesse ne pese pas lourd face à une rente pétroliere nerf de la guerre de nos autorites ou on fait tourner les choses sans rendre des comptes à personne !

algérino.jersey
12/06/2005, 18h49
bonsoir Stanislas,
Malheureusement notre gros problème aujourd'hui reste notre système bancaire étatique bancal!
de plus l'affaire Khalifa nous a enlevé pour longtemps le goût de placer notre argent dans des banques privées algérienne, et je dirais même que c'est fait exprès...pourquoi?
No comment !

Stanislas
12/06/2005, 19h20
@ Tizi

effectivement, avant de s'occuper des 100 milliards de l$ a disporasa. Il fallait se préoccuper de leurs sort.

@ algerino jersey

Effectivement en l'abscence de tout systeme bancaire fiable...., inutile d'attendre des emmigrés qu'il envoient lle fruit de leurs labeurs...

Al-Fares
12/06/2005, 19h57
Je pense qu'il y a tout de meme du fric qui entre au pays par les immigrés, mais écoulé dans le marché parallele. Le systeme banquaire aussi est l'un des plus desuete au monde, quand on voit des transactions à valeur de milliards de dinars se faisant en cash, quelle economie s'attend-t-on?
Il y a trop de cash en circulation.
Un jour quand le dinard serait convertible partout dans le monde, peut etre "les devises" couleront à flot dans le pays

morad2bba
13/06/2005, 16h18
100 milliards de francs ? Soit 20 milliards de dollars ?
Je crois que tu te trompes. A l'époque, les recettes de l'Algérie ne dépassaient pas les 12 milliards de dollars, hydrocarbures compris

dzist
13/06/2005, 18h42
Je pense que la réponse est assez simple a mon avis. Chaque problème demande une solution. Il n y a pas de problèmes pour le system algérien concernant El Medkhoul tant que le pétrole et le gaz coule à flot. Donc parler de ces « petits détails » de reformes bancaires, agraires, tourisme et bla bla, ne sert à rein. Par contre nos voisins ne possèdent pas une grande vache à l’instar de SONATRACH et ils sont contraints de chercher d’autres sources de revenues.
Amicalement

djeba45
14/06/2005, 19h22
Selem Aleykoum

Stanislas arrete de raconte du charabia sur les Emmigré qui se sont battu pour le pays dans la misere et la souffrance durant cette charnelle guerre dont EL HAMDULILAH on est libre

"INTANSOURO ALLAH YA NASOUREKOUM" verset coranique noublie pas la foi

Aujourdhui en Algerie malheureusement ya bocou de gens qui ont vendu leur peau,les algeriens savent retourner à chaque fois leur veste soit fiere unpeu Ahchem

Heuresement que les devises rentrent depuis 35 ANS et que missionaires comme tous les papa Algeriens qui ont vecu en france ont fait nourir leur famille de 30 gosse au bled et lalgerie est ds mon COEUR et pour toujours

Au lieu de critiquer dit EL HAMDULILAH on est nous les algeriens encore croyant et pas parti en live comme le reste des autres pays

On vi diginement mem ds la misere de toute maniere tous ce paie un jour ou l'autre

EL DJAJZAIR IYA NEJAMA AMARA DAM YA RADAHRA ISLAMA

Ca veut dire l'algerie est une comme une etoile rouge sang ds le vert de lISLAM

les Algeriens sont avant tout des guerriers des tribus arabes ils faut que du sang coulent pour vaincre ce ce kis passe en algerie on a des traditions gardons les ///argent on s'en fou ce ca qui nous perd tous!!!!!

Cerbere
14/06/2005, 20h40
Avucic a écrit :
Je ne crois pas qu'il faut mettre en cause le système banquaire, MAIS la non convetibilité de notre devise algérienne LE DINAR en devises étrangères.
Et à partir de là, la dépréciation du DINAR s'est accentué graduellement... aidée par le fait que les algérien de France préfèrent échanger avec des gens qui veulent leur argent en SÉCURITÉ en France.

Je suis persuadé que si l'Algérien peut convertir son DINAR en devises étrangères, le DINAR rerprendra de sa valeur à court terme car... il courtera moins cher pour importer... et l'émigré sera plus encouragé à passer par les voies officielles pour transferrer de l'ARGENT vers l'Algérie..

Pas tout à fait d'accord : la valeur d'une monnaie est bien sur le reflet des réserves de change du pays, mais aussi et surtout le reflet de la puissance de son économie. Par puissance il faut entendre capacité à générer des soldes comerciaux positifs à l'export. Imagine la valeur du DA si demain, pour une raison ou une autre, il n'y a plus d'hydrocarbures !


En ce qui concerne la convertibilité, je ne pense pas que le DA reprenne des couleurs si on décrétait la libre circulation des devises en DZ, on assisterait plutot à un transfert massif hors du pays.

J'ai été un peu surpris des propos du journaliste qui parle de " manque à gagner pour le pays " et ce gars là n'a pas encore compris que nous ne sommes plus dans les années 50 : l'émigré s'est maintenant installé ailleurs et n'a quasiment plus aucune raison de " rapatrier " son argent puisque c'est ailleurs qu'il en a besoin.

Petroman
15/06/2005, 01h43
Je te seconde Cerbere...J'ajouterai qu'il est révolu le temps de l'émigré, chef de famille, qui travaillait ailleurs et envoyait son argent pour faire vivre sa famille, demeurée en Algérie.
La majorité d'entre nous, ont fondé leur foyer là ou il se sont installés et investissent plutôt là ou ils évoluent...c'est une tendance lourde confirmée par la vague d'émmigrés des 15 derniéres années...personne aujourd'hui autour de moi, ne parle de construire une maison, dans l'espoir de retourner un jour chez nous et y demeurer...une minorité va toujours s'essayer, mais ça ne sera que l'exception qui confirme la régle, celle de la tendance lourde...c'est dommage, mais c'est ainsi, tant et aussi longtemps que nos gouverneurs portent des lunettes griffés "Tiers-Monde"

Cookies