PDA

Voir la version complète : Le MacBook Air séduisant mais à part ça?


morjane
05/02/2008, 15h51
À peine l'avais-je vu que le dernier-né des portables de la marque à la pomme déclenchait déjà une lutte sans merci entre mon coeur et ma raison. C'est certain, le MacBook Air est le plus beau et le plus séduisant des ordinateurs jamais conçus. Mais on lui demande avant tout d'être un outil de travail, pas un objet d'art. Or le design minimaliste de cet ultraportable a contraint son fabricant à négliger trop de fonctionnalités.

Evoquons d'abord ses qualités. Le boîtier incroyablement fin du MacBook Air renferme un portable plus performant qu'il ne semble possible. Ses concepteurs ont évité les compromis que les utilisateurs d'ultraportables ont dû accepter dans le passé. Il est doté d'un écran de 13,3 pouces, d'un clavier de taille normale, d'un processeur d'une puissance raisonnable, et mesure moins de deux centimètres d'épaisseur à l'arrière, pour seulement 0,6 cm à l'avant. Avec un premier prix très concurrentiel de 1 799 dollars US (1 212 euros) aux États-Unis et de 1 699 dollars en Europe, il semble taillé pour l'aventure.

Un port bien solitaire

Ce portable a cependant des points faibles. Tout d'abord, la plupart de ceux qui souhaiteront utiliser un Mac au sein de leur entreprise seront confrontés à une forte opposition de leur service technique. Ce n'est pas la faute d'Apple, me direz-vous. On ne peut pas en dire autant de certains choix de design. Le boîtier si chic du MacBook Air est fait d'une seule feuille d'aluminium et doté d'une petite trappe qui cache une prise casque, une prise de raccordement pour projecteur ou moniteur externe et un unique port USB.

Voilà un port qui sera bien sollicité. Comme la plupart des portables ultralégers, le MacBook Air n'a pas de lecteur de CD/DVD intégré, mais Apple vend, pour 99 dollars (66 euros mais prix européen : 89 euros), un lecteur de disque externe qui se raccorde au port USB. Pour connecter un câble Ethernet, il faut un adaptateur USB. Pour utiliser le service haut débit de Verizon Wireless, de Sprint ou de AT&T, il vous faudra un autre adaptateur USB. Et si vous voulez faire fonctionner d'autres accessoires en même temps, il vous faudra un hub... USB, bien sûr, que vous devrez peut-être brancher sur une prise électrique. Même avec un seul appareil, un câble USB pourrait se révéler nécessaire, tant le port est difficile d'accès. Et si vous êtes comme moi, vous n'aurez évidemment pas la clé électronique ou l'adaptateur qu'il vous faut au moment crucial.

Une batterie et une connectivité limitées

Apple a fait deux choix de design critiquables qui pourraient limiter l'attrait de cet appareil à un tout petit groupe d'utilisateurs pour lequel seule la mobilité prime. Le fait d'avoir scellé la batterie dans le boîtier permet de gagner en espace et en poids, mais interdit l'usage d'une seconde batterie. Le fabricant certifie que l'autonomie à pleine charge est de 5 heures. J'ai pu l'utiliser quatre heures en usage intensif. Ce n'est pas mal du tout, mais cela peut se révéler insuffisant. Le deuxième point faible est qu'on ne peut se connecter qu'en WiFi, alors que cette technologie est loin d'être généralisée. Elle est souvent indisponible dans les chambres d'hôtel, par exemple. Il est vrai que l'Internet haut-débit sans fil est de plus en plus attractif, à mesure que la couverture augmente. Mais franchement, le modem USB externe n'est vraiment pas pratique comparativement aux connectiques intégrées que l'on trouve sur de nombreux portables sous Windows, ou même aux modems ExpressCard compatibles avec les modèles MacBook Pro.

L'appel de la raison

En revanche, le pavé tactile est visiblement inspiré de l'écran de l'iPhone, avec lequel il partage certaines caractéristiques agréables. On peut par exemple agrandir ou réduire une image d'un simple geste du pouce et de l'index, une fonctionnalité dont disposeront bientôt tous les Mac portables. Par contre, ce serait bien qu'Apple cesse de vouloir à tout prix nous imposer un seul bouton de souris, comme c'est le cas sur les ordinateurs de bureau.

Au bout du compte, le choix est très difficile pour le consommateur qui envisage l'achat d'un MacBook Air. C'est un objet qu'on aime contempler et qu'il est très agréable de tenir entre les mains. L'écran est peut-être le meilleur que j'aie vu, et le clavier surpasse celui du MacBook Pro. Même après une utilisation prolongée, le boîtier chauffe très peu. Mais d'un autre côté, il faudra soupeser les désagréments causés par tout ce qu'Apple a choisi de ne pas inclure. Si la société avait intégré ces éléments, le MacBook Air n'aurait sans doute pas été aussi parfait esthétiquement, mais il aurait été plus attirant, tant d'un point de vue rationnel qu'émotionnel.

Par BusinessWeek
http://images.apple.com/euro/macbookair/images/overview_bigair_one20080115.png

Cookies