PDA

Voir la version complète : D2 : Les harrachis une fois de plus a huit clos


KAMEL
04/03/2008, 10h59
NARBR 1 - USMH 1
Un nul sur le terrain, des nuls dans les gradins



Lounici
«On ne s’attendait pas à un tel accueil»
«Nous avons assisté à un match très serré. Les joueurs de Réghaïa m’ont paru supermotivés. Cela confirme les informations qui nous ont été communiquées la veille du match. Nous sommes au courant de tout ce qui s’est passé. Mais bon, je ne peux pas en dire plus. Je préfère parler de mon équipe. En fait, nous avons mis du temps à rentrer dans le match. Mes joueurs ont été quelque peu choqués par l’accueil qui leur a été réservé dès leur arrivée au stade. On ne s’y attendait vraiment pas. Pour revenir au match, nous sommes passés à côté en première mi-temps, mais en seconde période, nous sommes bien revenus. Nous avons pu inscrire un second but par Kab que je trouve valable. Il n’y avait aucune faute sur le gardien. Mais le juge de touche est le seul à l’avoir vue.»

Il a été agressé
Au moment où il était en train de donner ses impressions sur le match, le coach harrachi Khaled Lounici a été agressé devant la porte des vestiaires de l’USMH par un proche du NARBR qui a pris aussitôt la fuite. Poursuivi par les agents de l’ordre, l’agresseur a réussi à quitter le stade après avoir escaladé le mur de l’enceinte.


NARBR-USMH
Les fumigènes de la haine

Il régnait à Réghaïa en ce jeudi printanier une ambiance des plus festives. Les Harrachis, tout comme les Réghaouis, ont marqué de leurs empreintes cette confrontation qui était haute en couleurs. Tout y était : chants à la gloire des deux équipes, tambours et trompettes donnant à cette ambiance un air de fête malgré les quelques petites escarmouches verbales entre les fans des deux équipes. Dès que le NARBR a ouvert le score par Rahmouni à la 35’, un des supporters de l’équipe locale enverra un fumigène en direction des gradins occupés par les visiteurs. Ce geste a mis le feu aux poudres, puisque les Kawassir sortirent leur arsenal pour bombarder la tribune réservée aux locaux. Une bataille rangée s’en suivit devant un service d’ordre impuissant, car non préparé à ce genre de situation. C’était le sauve- qui-peut dans la tribune officielle, car prise en sandwich par les projectiles qui venaient de part et d’autre. La bataille dura plus de vingt minutes et on déplore plusieurs blessés dont certains ont été évacués vers l’hôpital de Rouiba. D’autres, par contre, ont reçu les premiers soins sur place, avant de rejoindre les gradins.

Deux voitures et un car saccagés
Alors que les deux galeries s’affrontaient à distance, certains énergumènes n’ont pas trouvé mieux que de s’acharner sur deux voitures et le car de l’USMH qui étaient stationnés devant l’entrée des vestiaires. Certains disent que ce sont des actes commis par des supporters réghaouis, d’autres en revanche pointent un doigt accusateur à l’endroit des Kawassir qui pensaient que les véhicules appartenaient aux dirigeants de l’équipe adverse et que le bus était celui des joueurs du NARBR. Personne en tout cas ne peut infirmer ni confirmer les dires des uns et des autres. Toujours est-il que nous avons vraiment pensé au pire tant la bataille entre supporters faisait rage.

Dispositif de sécurité impressionnant
Un dispositif de sécurité impressionnait a été mis en place pour ce match NARBR-USMH, considéré comme une rencontre à haut risque. En plus des policiers antiémeutes dépêchés sur les lieux, il y avait aussi un grand nombre de stadiers qui étaient d’une utilité sans limite, puisqu’ils ont eu comme tâche de diriger les fans des deux clubs vers les espaces qui leur étaient réservés et de veiller à ce que les supporters ne pénètrent pas sur le terrain.

Les Kawassir envahissent Réghaïa
Comme prévu, les Kawassir n’ont pas dérogé à la règle en se déplaçant en grand nombre pour donner de la voix à leurs protégés. La singularité fait qu’ils étaient à Réghaïa à 7h45 scandant des slogans à l’honneur de leurs favoris. Ils tenteront d’ailleurs de pénétrer dans le stade en dépit de la fermeture des trois portails donnant accès à l’enceinte. Ils tenteront donc d’escalader les murs, mais se trouveront en face d’un cordon de sécurité impressionnant qui les obligera à mettre un terme à leur tentative.

La tribune officielle prise en sandwich
Lors des échauffourées qui se sont déroulées à l’intérieur du stade, la tribune officielle a été prise en sandwich entre les supporters des deux camps. Pendant plusieurs minutes, les présents dans cette dite tribune ainsi que les journalistes ont vécu un véritable cauchemar tant leur vie était en danger.

Une demi-heure à attendre à l’extérieur du stade
Dès leur arrivée près du stade, les joueurs de l’USMH ont eu droit à un traitement spécial de la part des gens de Réghaïa. Cloîtrés à l’intérieur du bus, les joueurs ont reçu toutes sortes de menace et entendu des vertes et des pas mûres. Les responsables du stade, qui ont refusé durant un bout de temps d’ouvrir le grand portail, ont fini par s’exécuter après l’intervention d’un officier de police.
N. R.

El Harrach a vécu l’enfer à Réghaïa
La délégation harrachie ainsi que tous les supporters de l’USMH qui ont fait le déplacement à Réghaïa ne sont pas prêts d’oublier le cauchemar qu’ils ont vécu dans cette ville jeudi après-midi. Les échauffourées ont commencé tôt le matin, dès l’arrivée des premiers supporters harrachis. Des scènes de violence ont eu lieu entre supporters et les agents de l’ordre ont eu du mal à y mettre fin. Bilan : plusieurs dizaines de supporters blessés. Les combats ont repris à l’intérieur du stade juste après le but de Réghaïa. Les supporters du NARBR pour manifester leur joie ont commencé à lancer des fumigènes en direction des fans de l’USMH. Ces derniers ont répondu à la provocation et s’en suivit alors une véritable bataille rangée qui a duré près d’une demi-heure. Scènes de violence rarement vu dans nos stades.


Kab : «Je n’ai pas compris pourquoi l’arbitre a refusé mon but»
Incorporé en début de la seconde mi-temps, Amine Kab a donné beaucoup de tonus au compartiment offensif. Grâce à sa technique, le transfuge de l’USMA aura été un véritable poison pour la défense de Réghaïa. Kab a même réussi un second but des plus limpides que l’arbitre a, dans un premier temps, accordé avant de revenir sur sa décision après avoir consulté son juge de touche. Interrogé, l’attaquant harrachi nous dira : «Je n’ai pas compris la décision de l’arbitre de refuser le but que j’ai inscrit de la tête. Je n’ai commis aucune faute sur le gardien. C’est dommage, cela aurait mon premier but sous les couleurs de l’USMH et qui nous aurait permis d’assurer une victoire.»


Benchikha : «C’est moi qui ai provoqué le but»
Quant à l’attaquant Riad Benchikha dont c’était la première apparition cette saison sous les couleurs de l’USMH, sa rentrée en seconde mi-temps a donné un plus à la ligne d’attaque. Par sa rapidité d’exécution, Benchikha a fait des misères à son ange gardien, Khelfaoui. Il est d’ailleurs à l’origine du but égalisateur pour son équipe. «Sur le centre de Guessoum, j’ai suivi la trajectoire du ballon qui a atterri entre moi et le défenseur de Réghaïa. J’étais sur la ligne des buts pour pousser la balle. En même temps, le défenseur de Réghaïa a voulu sauvé sa cage, mais comme j’étais trop prêt de lui, je l’ai gêné, la balle l’a touché», nous dira-t-il.

Lebuteur

DAHMANINOU
07/03/2008, 14h15
ils ne veulent pas que lequipe accede mais je te dit une chose tal3in tal3in zkarra fihoum.;)

Bachi
07/03/2008, 14h16
hahaha les harrachis ne changent pas !

Cookies