PDA

Voir la version complète : Procès skikdaien


Blackmore
21/01/2004, 23h08
Une conclusion bête et vraie: si le complexe de Skikda a fini, lui aussi, par exploser, c’est parce que dans ce pays il y a trop de redresseurs, trop de leurs adversaires, trop d’associations, trop de déclarations, trop de partis, trop de réformes, trop de ministres, trop de candidats, trop de promesses, trop-plein de campagne, trop de dissidents et trop de congrès. Plus bêtement, l’on peut surtout dire que lorsqu’il y a trop de vacarme, personne ne peut distinguer le bruit malveillant d’une fuite de gaz dans la maison. Après les morts, l’on peut toujours enquêter, mais les solutions ne sont jamais rétroactives dans cet univers. C’est aussi parce que lorsqu’on fait trop de politique, l’on ne fait pas grand-chose en parallèle. On laisse faire le vieux bâti de l’industrie stratégique du pays, héritée de l’URSS. Tout le monde aura compris que la chamaillerie autour du projet de loi sur les hydrocarbures est largement plus préoccupante que la rouille d’une conduite de gaz. Mais écrire tout cela est aussi une maladresse de facilité: l’on a tous des avis après un drame. L’on a tous une explication et une remontrance toute prête. Du coup, l’on a tous quelque-chose à dire, puis tous un parti pour le faire, des associations pour suivre, des syndicats pour remonter à la surface de la scène et, en fin de compte, l’on se met tous à refaire de la politique autour du cratère.

L’explosion a arraché des vies, Bouteflika promet d’arracher la peau pour les clients de l’Algérie mais personne ne va espérer arracher, du coup, la bonne mauvaise herbe des alentours. Le procès est skikdaien. Il sera celui, très public, d’un seul tuyau ou d’un joint anonyme. Il a été celui d’un pilier de béton à Boumerdès. Celui des égouts à Bab El-Oued. Celui d’une poubelle manquante lors de la peste de Kehaïlia. Celui des constructions illicites lors du crash du cargo militaire, il y a quelque temps. Il a même été celui de personne de vivant ou de créée par Dieu dans l’affaire Khalifa. Alors il ne faut pas trop espérer. Juste payer encore une fois.

Kamel Daoud - Le Quotidien d'Oran - 22/01/2004

sheyla
22/01/2004, 07h51
Azul blackmore j'aimerais bien avoir une biographie du journaliste
Kamel Daoud stp et je crois tu es mieux placer que moi pour m'en parler j'aimes bcp ce qu'il ecrit ayant lu quelques papiers de lui mais je voudrais bien savoir qui il est ce qu'il a ecris et bref savoir... si tu veux :wink:
merci sheyla 8)

Blackmore
22/01/2004, 12h50
Bonjour Sheyla

Je ne connais pas très bien son parcours , mais je sais qu'il a 34 ans et qu'il est redacteur en chef aussi au Quotidien d'Oran .
Voila ce que j'ai récolté sur lui sur un forum de discussion :

Kamel Daoud

Il écrit au vitriol

Si le rire est la politesse du désespoir, l'humour grinçant de Kamel Daoud est une porte ouverte sur la désolation. A lire les chroniques de ce jeune éditorialiste du Quotidien d'Oran, sous le titre de « Raïna Raïkoum » (« Notre avis est le vôtre »), on comprend mieux l'horizon quotidien des Algériens. Bienvenue « au pays de l'hymne et du massacre » ! A 33 ans, Kamel Daoud, qui est aussi rédacteur en chef, promène un regard froid et implacable sur l'Algérie des années 2000. Que reste-t-il des idéaux de l'indépendance ? « Des vétérans à engraisser », répond Daoud. Sa plume trempée dans le vitriol et une bonne dose de talent traduisent la vitalité d'une presse qui est loin d'être aux ordres. La philosophie douce-amère de Kamel Daoud, écrivain prometteur, est un univers de nostalgie - « c'est si humiliant de vivre dans un pays qui s'écroule » - et de tension vers un monde de cocagne. C'est aussi le cri d'une génération perdue, née dans le triomphalisme des manuels scolaires, éduquée dans l'« arnaque » pratiquée par le pouvoir et déchirée entre égorgés et égorgeurs. Les Algériens en rient et en pleurent O. W.

source : http://www.algeriensdumonde.org/forum/display_topic_threads.asp?lg=1&ForumID=3&TopicID=128&PagePosition=1

p.s : des que j'aurais de plus amples renseignements je t'en ferais part . :wink:

sheyla
23/01/2004, 10h18
bonjour blackmore un grand merci je le découvre et j'aimes bien sa philo au vitriol loll :wink:
(dsl si j'ai un peu dérogée de ton message)

OQBA
23/01/2004, 17h09
C'est vria que 2 journaux algériens à mon avis representent très bien la vraie algérie, et le génie même qui trans-croise les réalités socio-existentielles de ce qui l'algérie: Le Quotidien d'Oran et le Jeune Indépendant. Mais Le QO regroupe le plus grand nombre de talents. KD, A C, MA, K I,...

Je ne suis régionaliste, mais j'ai beaucoup de respect pour nos concitoyens Oranais pour le sens qu'il ont pour l'algérie qui différe deceux des autres parties de l'Algérie.

Les Algérois ( est je fais parti d'eux) sont plus imbibés et baubinés par l'intox et un zèle démesuré, quoique la balance d'esprit est plus ancrée.
Mais les kabyles, quoique transmettent et retransmettent les sens du Nif , mais leur immigration et mouvements d'un lux migratoire permanent en algeie et surtout en france les a empêché d'etre plus créatifs, mais ils contibuent par la force ouvrière qui les a caractérie depuis la fin du 19 eme siècle à donner plus d'esprit pragramtique.

de toute façon les 2 journaux sus-cités à mon avis sont les meilleurs.

Nour-USA
23/01/2004, 19h35
Salam,
Est-ce qu'il y a une version on-line du Quotidien d'Oran, ou au moins une adresse e-mail? Merci.

Blackmore
23/01/2004, 19h49
http://www.lequotidien-oran.com/

l'édition de demain Samedi (notre début de semaine) sera disponible on line à partir de 23h locales c'est à dire dans 4 heures ! :wink:

Bonne lecture , et n'oublies pas la rubrique Raina Raikoum ! :wink:

sheyla
23/01/2004, 21h00
Une facture de 800 millions de dollars


Le Quotidien d'Oran, 22 janvier 2004

La reconstruction des trois unités du complexe de gaz naturel liquéfié (GNL) de Skikda, détruites lundi dernier par un sinistre, coûtera à l’Etat 800 millions de dollars. C’est ce qu’a déclaré, hier, à la radio chaîne III, le PDG de Sonatrach, M. Mohamed Meziane.

Cependant, le plus urgent à faire aujourd’hui, c’est de mener à terme les opérations de déblayage, alors que l’espoir de retrouver des survivants est quasi nul. Dans un second temps, tel que l’a indiqué le PDG de Sonatrach, les efforts doivent être concentrés sur la remise en marche de la partie du complexe qui n’a pas été endommagée par l’explosion à l’origine de l’incendie.

La production, selon M. Meziane, devra en effet reprendre «après les vérifications d’usage». Aucun délai n’a été donné à ce propos. Mais, il est certain que le plus tôt sera le mieux, même si la production du complexe GNL de Skikda ne représente que 23% de l’ensemble du gaz naturel algérien. C’est plutôt Arzew qui demeure le poumon de la production et des exportations nationales en la matière, avec 77%. Toutefois, il faut signaler que ce complexe, qui emploie 12.000 travailleurs, exporte annuellement pour 15 millions de tonnes entre GNL, pétroles et produits raffinés.

En attendant la remise en marche du complexe, Sonatrach devra, pour que les exportations ne subissent pas un coup de frein, augmenter les capacités de production du complexe d’Arzew. Chose qu’a confirmée le PDG de Sonatrach. En fait, selon M. Mohamed Meziane, les installations restantes du complexe de Skikda, une fois remises en marche, peuvent produire 50% de leur production d’avant l’explosion.


De son côté, le chef de l’Etat qui s’est déplacé sur les lieux, au lendemain de la catastrophe, a déclaré que l’usine sera reconstruite, les familles indemnisées et «l’Algérie honorera ses engagements avec ses partenaires étrangers même s’il faut arracher des morceaux de notre chair pour cela». Par ailleurs, il a fait savoir qu’une enquête sera ouverte pour identifier les véritables raisons du sinistre.


http://www.algeria-watch.org/fr/article/eco/hydroc/reconstruction_skikda.htm

moundac
23/01/2004, 21h44
:o Pauvre algérie. apres un drame pareil au lieu d'accompagner les familles touchées dans leur douleur, la seule chose que l'on sait faire c'est critiquer, remettre en cause ce qui ne le devrait pas être. Reparler de politique... Avec des si, on changerait le monde. Vous croyez vraiment que les autoritées n'ont rien fait pour éviter ce drame(25% de l'économie algérienne qui part en fumée).Est ce que c'est dans l'intérêt de notre ministre de l'énergie qui est américain et qui est payé en dollars? En 2001 quand l'usine de Toulouse a explosé, les français se sont soudés et ont tout fait jusqu'a aujourd'hui pour ne plus revivre ça.Nous on ressort ce qui fait notre réputation dans le monde :Se plaindre sans avançer. Pauvre Algérie.

Blackmore
23/01/2004, 22h01
Bonsoir moundac

Il ne manquerait plus qu'il y ait préméditation !
Ce qui est dénoncé c'est le laisser aller et l'irresponsabilité dont ont fait preuve les responsables de ce secteur .
Cessez d'utiliser le malheur comme un frein contre la vérité , car la vérité c'est que , du ministre de l'énergie au responsable du bloc incriminé , tous sont comptables devant la loi sur ce qui s'est passé .
On aimerait bien savoir par quelle idiotie une compagnie qui brasse des milliards de dollars , puisse fonctionner avec des vannes serrées au fil d'attache et des chaudières prètes à exploser , alors que ses cadres vivent comme des pachas aux frais de la princesse !
Concernant les morts , en islam le vrai , on s'empresse de les mettre sous terre avec une prière sobre et ....... la vie continue .
Et c'est justement à ce propos que je parlait sur un autre poste d'us et coutumes qui nous renvoient inévitablement vers la misère et l'obscurantisme .

Ton intervention en est la parfaite illustration .

nassim
24/01/2004, 03h01
Mais les kabyles, quoique transmettent et retransmettent les sens du Nif , mais leur immigration et mouvements d'un lux migratoire permanent en algeie et surtout en france les a empêché d'etre plus créatifs, mais ils contibuent par la force ouvrière qui les a caractérie depuis la fin du 19 eme siècle à donner plus d'esprit pragramtique.

Le cireur de pompe officiel d'Abassi, à savoir OQBA, prétend que les kabyles ne sont pas créatifs! Tu dois être misérablement inculte pour balancer une telle connerie!
Les plumes de Said Mekbel et Tahar Djaout, pour ne citer qu'elles, sont peut être yemenites?
En parlant de journaux, sais-tu que Le Matin et Liberté sont les journaux les plus lu en Algérie? Sais-tu que dans ces journaux, il y a une forte propotion de kabyles? Ou peut être prends-tu les lecteurs de ces deux journaux pour des imbéciles?
L'islamiste OQBA réduit les kabyles à l'état de simples ouvriers! On aura tout vu avec les islamistes!

nassim
24/01/2004, 03h11
apres un drame pareil au lieu d'accompagner les familles touchées dans leur douleur, la seule chose que l'on sait faire c'est critiquer, remettre en cause ce qui ne le devrait pas être. Reparler de politique...
Ils sont partout les apprentis donneurs de leçons. Les familles des victimes n'ont pas besoin de démagogie. Elles ont besoin de savoir pourquoi leurs proches sont morts. Elles ont besoins de savoir qui est le(les) responsable(s) de cette catastrophe. Elles auront besoin d'être indemnisées.

En 2001 quand l'usine de Toulouse a explosé, les français se sont soudés et ont tout fait jusqu'a aujourd'hui pour ne plus revivre ça
Qu'est-ce qu'ils ont fait? Ils ont été occuper les églises le temps que le bon dieu les rassure? Non.
Suite à cette catastrophe, l'enquête a vite fait de désigner le groupe privé Total comme étant le responsable et à ce titre, il a été invité à sortir son chéquier.
Dans notre cas, Sonatrach est une entreprise étatique, donc l'état est responsable dans cette tragédie et il devrait répondre de cette catastrophe et expliquer aux algériens comment un tel accident ait pu se produire.
Le cirage de pompes n'est pas la spécialité de la maison!

sheyla
02/04/2004, 09h53
Le Quotidien d'Oran, 30 mars 2004

Plusieurs grandes firmes américaines ont déjà commencé à faire des appels du pied dans le but de décrocher le contrat de construction de la nouvelle usine de liquéfaction de Skikda.

Certaines d’entre elles connues pour avoir des accès directs à la Maison-Blanche et au Pentagone comme Kellog Brown & Root Inc, dont Halliburton détient des parts, seraient bien placées pour rafler un contrat estimé à plus de 800 millions de dollars.

Des sources proches des milieux énergétiques internationaux indiquent que la compagnie américaine Kellog Brown & Root Inc aurait entamé une opération d’approche en vue de persuader la partie algérienne de lui céder cet important marché. Estimé à 800 millions de dollars, le projet consiste notamment à remplacer les trois trains de l’usine qui avaient explosé le 19 janvier dernier à la suite d’un incendie.

Engagée dans de nombreux projets de partenariat avec la société algérienne Condor Engineering, une filiale commune à Sonatrach et Naftec, Kellog Brown & Root Inc aurait, selon les mêmes sources, de grandes chances de décrocher le marché. Les autorités algériennes - non encore remises du traumatisme causé par la catastrophe de Skikda - seraient actuellement à la recherche d’un partenaire fiable et surtout qu’elles connaissent pour prendre en charge le marché. Un argument, dit-on, qui plaide en faveur de la firme américaine puisque celle-ci a déjà eu à prouver le haut degré de fiabilité et de technicité de ses installations.

La raffinerie de Skikda a été, rappelle-t-on, en partie détruite, le 19 janvier dernier, par un important incendie ayant causé le décès de 29 personnes. Les trois lignes touchées par le sinistre produisaient près de 5 millions de m3 de GNL/an. Le volume de la production du complexe pétrochimique de Skikda est évalué à 11,5 millions de m3 de GNL. Après avoir opéré plusieurs vérifications techniques, les responsables du complexe de gaz naturel liquéfié (GNL) ont décidé de remettre en service le site industriel le 2 février dernier. Si le complexe de Skikda produit 23% du GNL, Arzew demeure le poumon de l’industrie pétrochimique algérienne. Les installations d’Arzew produisent 77% du GNL vendu par l’Algérie.

Soucieuse de diversifier ses activités en Algérie, Brown Root & Condor ne compte pas, par ailleurs, limiter ses ambitions au seul secteur de l’énergie. Déjà très active dans la construction de pipeline, elle s’engagera dans les prochains mois dans la réalisation des nouveaux hôpitaux militaires d’Oran et de Constantine et d’un centre de criminologie pour la DGSN à Alger.

En outre, parallèlement à l’offensive menée par Kellog Brown & Root Inc, il est à noter que d’autres grandes firmes américaines, spécialisées notamment dans l’industrie pharmaceutique, comptent également s’installer prochainement en Algérie. Certaines d’entre elles, à l’image des laboratoires Pfizzer, viennent de conclure un accord de partenariat avec la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) pour monter en Algérie des unités de fabrication de médicaments.

Zine Cherfaoui

http://www.algeria-watch.org/fr/article/pol/us/firmes_americaines.htm

ps)heu blackmore tes ouu la??? :roll:

Samourai
03/04/2004, 13h27
SAlut tout le monde
Le Quotidien d'Oran, 30 mars 2004
"engagée dans de nombreux projets de partenariat avec la société algérienne Condor Engineering, une filiale commune à Sonatrach et Naftec, Kellog Brown & Root Inc aurait, selon les mêmes sources, de grandes chances de décrocher le marché"
Condor Engineering serait une boite algerienne ? je crois qu'il y a une erreur.

Anakin a ecris:
"En parlant de journaux, sais-tu que Le Matin et Liberté sont les journaux les plus lus en Algérie? Sais-tu que dans ces journaux, il y a une forte propotion de kabyles? Ou peut être prends-tu les lecteurs de ces deux journaux pour des imbéciles?"

Mc Donalds est surement la societe qui vend le plus dans son domaine mais ca ne fait surement pas d'elle la societe qui vend les meilleurs produits. Et ceux qui y mangent ne participent pas a avoir une meilleure hygiene de vie. Ce n'est pas pour autant que ceux qui y travaillent sont incompetents.
Morale: etre le plus vendu ne fait pas de toi le meilleur!

bladerunner
03/04/2004, 15h10
Les plumes de Said Mekbel et Tahar Djaout, pour ne citer qu'elles,
sont peut être yemenites?

Hé, Jedi, ne tombe pas dans le piège

Take it easy :green:

Stanislas
12/09/2004, 12h20
Christopher Dickey du Newsweek Entreprise revient cette semaine sur les enseignements a tiré de l'accident du complexe de skikda

the lesson of Skikda

Voici quelques extraits :


The scene was the Algerian port of Skikda, where processing plants take natural gas pumped from the Sahara and cool it under enormous pressure to 162 degrees below zero Celsius. At that temperature the gas turns into a liquid that can be shipped all over the world in a new breed of refrigerated supertankers. When it arrives at its destination, liquefied natural gas, commonly called LNG, is then warmed very carefully until it becomes, again, the clean-burning stuff with the fine blue flame that sizzles hamburgers in countless kitchens, warms offices and bedrooms, and generates an increasingly large share of the electricity in the United States.


But at 6:40 p.m. on Jan. 19, according to a subsequent report on the Skikda incident by the Algerian state energy company, Sonatrach, "a first explosion was heard, followed immediately by a second more massive explosion and a huge fireball." The va—por cloud, said the report, "was unfortunately at the right explosion ratio." Flames quickly engulfed Train 40, and 30 and 20. When the fire was contained eight hours later, 27 people were dead and 56 wounded. The political and financial shock waves reached the United States, stalling or stopping plans to build receiving terminals in California, Maine and Alabama. Never mind that new plants bear little resemblance to the Algerian plants, which date to the 1970s. "People have the fear of LNG that it's going to go boom," says another oil-company executive. "If people believe it's an issue, then it's an issue."

http://msnbc.msn.com/id/5963505/site/newsweek/

Cookies