PDA

Voir la version complète : Koweït: démission collective des ministres


Thirga.ounevdhou
17/03/2008, 21h17
Les ministres koweïtiens ont présenté lundi leur démission collective au premier ministre, a rapporté l'agence officielle Kuna, marquant la dernière d'une série de crises politiques dans l'émirat pétrolier.


«Le Premier vice-premier ministre et ministre de la Défense et les autres ministres ont présenté leur démission au premier ministre, cheikh Nasser Mohammad Al-Ahmad Al-Sabah», a déclaré le ministre d'État pour les Affaires du Cabinet, Fayçal Al-Hajji.

Des députés ont indiqué que le premier ministre devrait soumettre la démission de ses ministres au prince héritier, cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah, qui assure l'intérim de l'émir, actuellement en visite privée à l'étranger.

Cette démission intervient après que des ministres se sont plaints du «manque de coopération» de la part du Parlement, qui devrait voter mardi une loi sur une majoration des salaires des Koweïtiens de 50 dinars (188 dollars), selon des sources parlementaires.

Le gouvernement, qui avait déjà augmenté en février les salaires des Koweïtiens de 120 dinars (450 USD), s'oppose fortement à cette loi.

En vertu de la Constitution, l'émir pourrait accepter la démission du gouvernement et former un nouveau cabinet, ou dissoudre le Parlement et convoquer des élections anticipées.

Le dernier scrutin législatif a eu lieu en mai 2006 à la suite d'une impasse dans les rapports entre le Parlement et le gouvernement.

L'émir, cheikh Sabah Al-Ahmad Al-Sabah, a récemment été appelé à dissoudre le gouvernement, nommer un nouveau premier ministre et convoquer des élections parlementaires anticipées dans l'émirat, qui a connu une série de crises politiques au cours des dernières années.

L'infulent député libéral, Ahmad Al-Mulaifi, a indiqué la semaine dernière que le cabinet devrait être dissous, et appelé à une réforme au sein de la famille régnante des Al-Sabah. Il a estimé que le premier ministre, un neveu de l'émir, avait échoué à faire des réformes et résoudre les crises dans l'émirat.

Cheikh Nasser avait été nommé à la tête du gouvernement pour la première fois il y a deux ans, à l'intronisaion de l'actuel émir au terme d'une lutte au pouvoir.

Depuis, le koweït a connu plusieurs crises politiques ayant conduit à la démission de trois gouvernements, la dissolution du Parlement et à l'organisation d'élections anticipées en juin 2006, alors que plusieurs ministres ont été aussi auditionnés au Parlement.

- AFP

Cookies