PDA

Voir la version complète : George Bush, président le plus impopulaire de l'histoire des Etats-Unis


mendz
03/05/2008, 00h40
Ce n'est pas parce qu'on ne le voit plus autant sur les écrans que sa popularité ne continue pas de baisser. A neuf mois de la fin de son mandat, le président George Bush n'a jamais été aussi impopulaire. Selon un sondage publié jeudi 1er mai par CNN, 71 % des Américains désapprouvent sa conduite des affaires. Il est désormais "le président le plus impopulaire de l'histoire moderne" des Etats-Unis. Ni le président Richard Nixon ni le président Harry Truman n'avaient franchi le seuil de 70 % de mécontents.

Cinq ans exactement après la proclamation victorieuse de M. Bush sous la bannière "Mission accomplie" du porte-avions Abraham-Lincoln, la Maison Blanche a reconnu une erreur de communication dont elle continuait à "payer le prix".

Jeudi, les médias n'ont pas manqué de souligner que 49 militaires américains sont morts en Irak en avril, ce qui en fait le mois le plus meurtrier depuis sept mois. Le même jour, deux kamikazes ont fait exploser leur bombe à quelques minutes d'intervalle au passage d'un mariage, au nord de Bagdad, faisant 35 morts.

Au-delà de l'Irak, qui n'est plus le souci premier des Américains, M. Bush paie la chute de la confiance dans l'économie. 71 % d'entre eux désapprouvent sa gestion. En octobre 2007, 36 % des Américains pensaient que le pays était en récession. Ils sont maintenant 76 %, selon un sondage Gallup/USA Today.

Dans sa conférence de presse, mardi, M. Bush a blâmé le Congrès. Comme les présidents en fin d'exercice (ou "canards boiteux"), il en est réduit à ronger son frein. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a repoussé à plus tard l'examen de l'accord de libre-échange avec la Colombie, que le président juge stratégique. Les démocrates ont aussi réussi à bloquer un autre dossier prioritaire aux yeux de la Maison Blanche : le renouvellement de la loi qui autorise les écoutes électroniques.

La fin de la présidence Bush n'est pas non plus marquée par une offensive diplomatique comparable à celle qui avait accompagné la dernière année du mandat de Ronald Reagan ou de Bill Clinton. M. Bush compte se rendre du 13 au 18 mai au Proche-Orient, et notamment en Israël, pour un dernier effort de règlement de paix, mais sans illusion. En cette année difficile, même sa famille semble lui résister. A l'image de sa fille, Jenna, qui a indiqué "ne pas savoir" si elle voterait pour le candidat républicain en novembre.

Corine Lesnes (Le Monde)

zaki123
03/05/2008, 11h41
lorsque Napolean revient on attend tous l'ouverture des bagages. lorsqu'il est genereuc les sondages disent c'est l'empereur du siecle, plus il est radin plus son niveau dans les sondages baisses. s'il aura compris ls sondeurs il laissera s'ouvrir un petit peu sa main et les sondages vont de nouveau grimper.
Chez nous les sondeurs disent indiretement ""aya etlague idak""
""vite dessère ta main""
la majorité des americains ne savent pas ou se trouve le maroc l'algerie et l'irak:lol:

Cookies