PDA

Voir la version complète : La sardine à 300 DA le kg en Algérie


mohoo
11/05/2008, 08h34
Bonjour



Alors que la wilaya d’Oran accueille le salon euro-méditerranéen de la pêche, le prix du poisson favori des Oranais, lui, continue à frôler les 300 et 400 dinars.

En effet, la sardine se vendait hier, à 250 dinars au marché des Aurès (ex-Bastille) tandis que son prix était de 300 dinars à Gdyel. Pourtant cette commune est proche du port de pêche de Kristel.

Il y a quelques semaines, son prix a atteint les 400 dinars. Ainsi, manger du poisson, et surtout de la sardine, est devenu un luxe pour l’Oranais qui opte souvent pour la sardine comme alternative à la viande rouge dont le prix ne se discute plus chez les modestes bourses qui, d’ailleurs, cherchent un autre goût que celui du surgelé. La rareté du poisson explique la flambée de son prix et les vendeurs expliquent cette rareté par plusieurs causes.

Ils sont unanimes à dire que l’utilisation des explosifs pour la pêche est la raison principale qui a fait que le poisson disparaisse de notre littoral. En effet, le terme «disparition» est celui qu’utilisent les vendeurs qui sont confortés dans leur opinion par les pêcheurs.

Ces derniers parlent de crime contre la nature en plus du non-respect de la saison de pêche. L’utilisation des explosifs a généralement lieu pendant les saisons où le poisson ne monte pas souvent. Les filets n’atteignent pas les profondeurs (un filet de 100 par exemple n’arrange pas les pêcheurs en avril). Mais aussi, «El Mina» permet d’aller plus vite car le poisson mort, remonte à la surface et il suffit de le ramasser. Les pêcheurs affirment que ceux qui recourent à cette pratique ne sont pas «des enfants de la mer» et que ce sont des opportunistes.

«S’ils étaient des gens du métiers, ils feraient plus attention car tout le monde sait que de cette manière, l’espèce risque de disparaître», nous explique un pêcheur. D’autres affirment qu’il faut que cette faune d’intrus et les pêcheurs de métier cessent de pêcher la sardine pendant au moins trois mois, histoire de permettre à l’espèce de se reproduire dans un environnement sain.

En tout état de cause, il est plus qu’évident qu’un maillon de la chaîne présente une faiblesse quoiqu’il reste très difficile de contrôler la pêche.

La mise, à présent, est sur le salon en cours en espérant que l’apport de nouvelles techniques et l’échange d’expérience influencera positivement sur le comportement des pêcheurs et changera de mode d’exploitation des ressources halieutiques avec, notamment, une touche pro-écologique qui permette de préserver notre patrimoine marin et privilégier la continuité d’une espèce.

Le salon se tiendra jusqu’au 21 mai à Aïn El Turck et compte plus de 40 exposants locaux et internationaux. Pour le citoyen, rien ne prédit une baisse dans le prix du poisson et si cela se produit, la baisse ne peut être que suspecte et il s’agirait d’un poisson «assassiné», nous diront les pêcheurs.

Pour impliquer le citoyen, appelé à boycotter le poisson dynamité et bouder la sardine suspecte, nous remarquerons qu’un poisson pêché de manière criminelle est reconnaissable à l’éclatement de ses vertèbres et globes visuels.

L'Echo d'Oran

ballZ
11/05/2008, 21h19
D'où viennent les explosifes ? :rolleyes:

Space
11/05/2008, 21h57
Ils sont unanimes à dire que l’utilisation des explosifs pour la pêche est la raison principale qui a fait que le poisson disparaisse de notre littoral

ils pensent pécher quoi on utilisant des explosifs ?

el anka
11/05/2008, 22h10
ils pensent pécher quoi on utilisant des explosifs ?
c'est du terrorisme aquatique :lol:
c'est vrai il utilise des explosifs,d'ailleurs on reconnais facilement le poisson quand il est miné ...euh pardon,peché avec .

Space
11/05/2008, 22h20
ben oui

qu'ils viennent pas se plaindre après qu'il y'a plus de poisson a péché ...ils les ont tous exterminé avec des explosifs :rolleyes:

Cookies