PDA

Voir la version complète : Paris met la pression sur Alger


myra21
11/05/2008, 15h30
Le Quai d’Orsay prévoit de dépêcher à Alger plusieurs responsables politiques pour tenter de convaincre Alger à adhérer au projet initié par le président Nicolas Sarkozy.
Forcing politique ou concertation diplomatique? La France intensifie ses efforts pour «vendre» son projet d’Union pour la Méditerranée. Le Quai d’Orsay prévoit de dépêcher à Alger plusieurs hauts responsables politiques dont, notamment, des ministres.
Après la ministre de l’Intérieur, Mme Alliot-Marie, la semaine passée, le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, demain, le Premier ministre, François Fillon en juin prochain, d’autres ministres vont suivre encore avant le Sommet de l’Union pour la Méditerranée prévu le 13 juillet à Paris.
Ainsi, le prochain premier émissaire de l’Elysée est le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. Porteur d’un message à «conviction» de son président Nicolas Sarkozy, M.Kouchner est attendu demain à Alger. «Le principal objectif de ce déplacement est d’aborder avec nos partenaires algériens le dossier de l’Union pour la Méditerranée, dont l’Algérie doit être un acteur majeur», a déclaré la porte-parole du ministère, Pascale Andréani.
Paris tente toujours d’arracher le O.K. d’Alger. En l’espace d’une semaine, l’Hexagone a dépêché, en Algérie, deux représentants du gouvernement pour aborder les relations franco-algériennes. Deux ministres-clés. La semaine dernière, c’était Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités locales. La ministre française a tenté de convaincre les responsables algériens que la France veut faire de l’Algérie un partenaire stratégique. Selon Mme la ministre, la France veut bâtir une relation d’exception avec l’Algérie.
Depuis l’élection de Nicolas Sarkozy à la tête de la République, l’Elysée ne cesse de promettre des relations politiques très particulières à l’Algérie. Pour la France, l’Algérie est un partenaire stratégique. Ainsi, la France passe à une vitesse supérieure. Elle mène un forcing politique tendant à pousser l’Algérie à adhérer au projet du président Sarkozy.
Sur le plan diplomatique, l’Hexagone affirme et réaffirme que l’Algérie est l’acteur-clé de ce projet, parmi les pays de la rive Sud et ceux du Maghreb.
A l’heure actuelle, l’Algérie opte pour le wait and see. A la veille de la visite du président français à Alger au mois de décembre dernier, le porte-parole du gouvernement, Abderrachid Boukerzaza avait affirmé que «l’Algérie n’est ni pour, ni contre le projet du président français. L’Algérie n’a pas pris de position officielle et définitive». Le porte-parole du gouvernement poursuit: «Nous ignorons encore le contenu du projet de l’Union pour la Méditerranée. On doit le débattre d’abord, pour se prononcer sur la position d’Alger ensuite», a-t-il dit.
S’exprimant sur ce sujet, lors de sa visite en France, le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci, a affirmé, lors du point de presse animé avec son homologue français Bernard Kouchner, qu’«il y a encore beaucoup à convaincre au niveau européen et au niveau de la rive Sud de la Méditerranée».
Selon les observateurs, l’adhésion de l’Algérie à l’UPM se complique, à la lumière de quelques informations -non confirmées- qui circulaient ces derniers temps, selon lesquelles l’Algérie n’aurait pas de rôle à jouer dans l’organigramme de l’UPM. Ces informations attestent que le siège de l’UPM serait installé à Tunis, son secrétariat reviendrait au Maroc et l’Union serait présidée par l’Egypte pour la rive Sud. Les mêmes observateurs supposent que l’Algérie n’acceptera pas d’y participer les «mains nues» et rien que pour remplir la feuille de route de ce projet. A en croire les mêmes observateurs, une autre donne peut peser dans la balance. Il s’agit de la relance du Processus de Barcelone. A partir d’Alger, le président du Parlement européen, Hans-Gert Poeottering, a relancé le débat. «Il faut intensifier les efforts pour relancer le Processus de Barcelone», a-t-il déclaré. Le parlementaire européen appelle «les pays concernés» à ouvrir un dialogue politique profond et intensifier la coopération et les relations entre les pays des deux rives de la Méditerranée.
Par ailleurs, M.Kouchner «sera porteur d’un message du président» Nicolas Sarkozy et «la relation bilatérale franco-algérienne sera également à l’ordre du jour six mois après la visite d’Etat du président» français, selon la porte-parole. «Cette visite sera enfin l’occasion d’aborder l’ensemble des questions régionales et internationales», a souligné la porte-parole du Quai d’Orsay.
Tahar FATTANI

loula74
11/05/2008, 16h31
l'algerie ne creve pas de faim,quand il fallait etre là,il n'y avait personne,et maintenant que la donne à changer,on deroule le tapis rouge,depuis que la france a besoin des ressources tant humaines qu'energetiques en algerie,les propos ont changés mais je doute que cela ne ce fasse sans de tres longues negociations.

absente
11/05/2008, 17h50
Purée... Il ose demander à Alger de participer en offrant aucun direction à l'Algérie dans se projet...

Popeye
11/05/2008, 17h52
J'espère que le pouvoir algérien enverra ***** ce chien de Sarkozy et sa clique sioniste.
Ou bien il faudra repentence et verser 10 millions d'Euros par Algérien massacré par la France raciste.
Je vous laisse le soin de faire le calcul.

bledna
11/05/2008, 19h43
sarkosy un nain dans ce petit monde; at-il les moyens de peser lourd pour forcer l'Algérie vers quoi que ce soit?

okba30
11/05/2008, 19h59
de bledna :
sarkosy un nain dans ce petit monde; at-il les moyens de peser lourd pour forcer l'Algérie vers quoi que ce soit?Oh que oui, il a tous les dossiers de nos chers gouvernants, les malversations, corruptions, et le patrimoine de chacun d'eux surtout en France.
Omar Bango y a gouté quand il a voulu joué l'orgueilleux. Pour la fierté et le nif, on repassera.
La seule façon d'y échapper de la pression des maitres chanteurs est de rester clean et net. On y gagne ici et dans l'au delà.

superfifi
11/05/2008, 20h05
bonne analyse okba; en fait,le nif algérien, c'est critiquer la france, et en même temps faire la queue pour vouloir y rentrer.Comment être pris au sérieux comme ça?

Cookies