PDA

Voir la version complète : Faut il avoir recours à plus d'emplois publics en Algerie


Sioux foughali
11/05/2008, 17h48
grace à Penthésilée, j'ai appris que 2, 2 millions de personnes occupaient un emploi public
en Algerie pour un total de pres de 8 millions de salaries


Le secteur public ne doit compter en effet guère plus que 2,2 millions de travailleurs au maximum (3 ),contre 5,8 dans le secteur privé.
En déduisant environ 1,6 millions de travailleurs dans l’agriculture(4), il resterait
4,2 millions de travailleurs dans le secteur privé non agricole.
Sur ces 4,2 millions un maximum de 1,6 millions serait assuré, statuts de salarié et
d’employeur ou d’indépendant confondus(5).

On aurait ainsi environ 2,6 millions de travailleurs hors agriculture non assurés.
Ce chiffre correspond à ce qu’on définit habituellement comme l’emploi informel.
Comparativement à 1996, où l’emploi informel pouvait être évalué à 1,8 millions de
personnes, il y a donc une augmentation relativement importante (800.000).

Mais simultanément, le secteur informel au sens cette fois ci d’entreprises non enregistrées n’aurait pas beaucoup augmenté. Il faut tenir compte en effet du fait que le secteur
privé formel sous déclare le nombre de ses employés.
Les différentes enquêtes menées à ce sujet, y compris celles de l’inspection du travail,
donnent un taux moyen de sous déclaration de 50% environ.


3 1,6 millions dans l’administration et 0,6 million dans les entreprises publiques.
4 Estimation de l’ONS pour 2004, généralement non couverts par la sécurité sociale
5 En supposant que les 2,2 millions de personnes travaillant dans le secteur public
sont assurées.

source : http://64.233.167.104/search?q=cache:vDWme-9xQ9wJ:www.ecotechnics-int.com/nouveautes/Activite_et_emploi_en_2004.pdf+emploi+publique+alg %C3

__________________________________________________ ___________________

2,2 su 8 millions ....c'est encore correct et vu les rentrées financieres grace à l'envolée
du gaz et du petrole , y a de la marge pour peut être faire un plan emploi public special limitation - prevention du phenomene Harraga

Ya une marge pour augmenter encore l'emploi public par le biais de contrats courts
4 ou 5 ans dans des secteurs ( securité, securité routiere, propreté urbaine)incluant
formation qualifiante pas forcement en rapport ( electricité batiments, controleur hygiene restauration hotel , maçon tres qualifié, specialiste traitements des eaux , aide soignante, infirmiere , adductions d'eaux..etc etc ). Les années 90 , années noires ont entrainé aussi
une forte descolarisation. Beaucoup de jeunes ne se sont formés à rien.( je l'ai vu )....et 10 ans sont passés.


les paies distribuées seront en grande partie recyclées dans l'economie de toutes façons


A titre d'exemple, le Danemark a un niveau d'emploi public et para public bien superieur à
l'Algerie .

Mon avis est peut être biaisé mais vu les problemes...... est ce que finalement l'Algerie ne
doit pas augmenter l'emploi public en attendant que plus de jeunes adultes soient formés
et que l'entreprise privé offre plus d'emplois
de tous les types ( commerciaux, comptables etc etc)??

( par exemple on dit qu'il y une inemployabilité de jeunes dans le gros BTP car ils sont pas formés..on devient pas electricien en bâtiment , plombier chauffagiste ou bon maçon en claquant des doigts )

Et vous qu'en pensez vous ?

http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=80086

absent
11/05/2008, 17h59
Je pensais que c'était plutôt 1,55 millions dans le publique ! les journaux ont toujours annoncés ces chiffres ces derniers mois lorsqu'ils parlaient d'augmentation des salaires.

y a de la marge pour peut être faire un plan emploi public special limitation - prevention du phenomene Harraga
Oui y a de la marge et je ne comprend pas pourquoi le gouvernement est si radin dans la création de postes d'emplois !!!

Sioux foughali
11/05/2008, 17h59
ALGÉRIE
PLAN NATIONAL D’ACTION 2007
1. Contexte socio-économique
La population algérienne est estimée à 32,6 millions d’habitants et connaît un taux de croissance démographique de 1,5 %. Elle présente la caractéristique d’être jeune : 33,5 % pour la tranche 0-14 ans et 62,4 % pour les 15-64 ans. L’espérance de vie est de 75,3 ans (2005).

La population active est de 9,5 millions de personnes avec un taux d’activité de 42,1 % pour la même année (39,8 % en 2003). La population active occupée est de 7,8 millions de personnes (2004) et se répartit comme suit : Agriculture (20,7 %), Industrie (13,6 %), BTP (12,4 %), Commerces, Services, Administration (53,2 %) dont, globalement, 18, 68 % de femmes (juin 2005).

Le marché du travail est en évolution : l’emploi est en majorité urbain (58,3 %) ; la présence des femmes est plus importante (8 % dans le secteur public et 8,2 % dans le secteur privé).

Malgré une croissance économique forte (6,4 % en 2003 et plus de 5 % en 2004 et 2005), le marché du travail algérien n’est pas encore en mesure d’absorber le stock de chômeurs et la demande
additionnelle annuelle d’emploi. Le taux de chômage connaît certes une décrue qui se confirme chaque année mais son taux reste élevé. Il est successivement passé de 32,7 % en 1996 à 23,7 % en
2003, à 17,7 % en 2004 et enfin à 15,3 % en 2005. Cette évaluation prend en considération l’emploi existant dans le secteur informel. Le chômage concerne surtout les jeunes de moins de moins 30 ans où la tendance est à la hausse (72 % en 2003 et 73 % en 2004) et touche un nombre important de diplômés de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle.

Ce qui se traduit par une dévalorisation sociale des diplômes et par une tendance à l’émigration vers l’étranger des diplômés ou à une ‘insertion’ dans le secteur informel. Selon le Ministère en charge de l’emploi, 716.000 emplois ont été créés en 2004 dont 548.000 dans le cadre des dispositifs publics de promotion de l’emploi (micro-entreprises et auto-emploi).

Le revenu nominal par habitant est évalué à 3144 $ par an en 2005. La population vivant en dessous du seuil de pauvreté est passé de 8 % en 2003 à 6,8 % en 2004. Le Ministère de l’emploi et de la solidarité nationale a créé en 2005 un Observatoire de l’emploi et de lutte contre la pauvreté qui
commence à être opérationnel. Il a également établi une carte nationale des poches de pauvreté et met en oeuvre une politique de lutte contre la précarité.



Pour la période 2005-2009, grâce aux revenus pétroliers, le Gouvernement a élaboré et mis en oeuvreun ‘Plan de consolidation de la croissance économique’ de 60 milliards US $ - porté à 100 milliards $ en octobre 2006 - qui concerne tous les secteurs d’activité. Il accompagne les processus de réformes engagés dans tous les secteurs et au plan institutionnel pour la mise à niveau de l’économie et la promotion du secteur privé ; il vise également la modernisation des services publics, le renforcement des infrastructures de base. Ce plan prévoit la création d’au moins 2 millions d’emplois dont la moitié par les agents économiques et l’emploi public, et le reste par les programmes de haute intensité de main-d’oeuvre.

L’Algérie dispose aujourd’hui de moyens financiers exceptionnels qui lui permettent non seulement de relancer l’activité économique mais aussi de réduire très nettement son endettement extérieur (4,7
milliards $ en novembre 2006). Sa balance des paiements présente un solde positif depuis l’année 2000, l’inflation est maîtrisée (1,6 % en 2005) mais l’économie reste totalement dépendante des revenus pétroliers (98 %).

ballZ
11/05/2008, 18h16
Non, l'Etat es très mauvais gestionnaire avec tous les detournements et gaspillage qu'on connait
La fonction publique doit se concentrer sur l'éducation/formation, santé, sureté et sur l'eau/l'énergie, les autres domaines doivent etre laissés aux investisseurs privés! faut plus refaire la meme bêtise des années 70's où un emploi était occupé par 4 travailleurs !

Sioux foughali
11/05/2008, 18h28
@ Ballz et Mouloudy

oui mais bon comment faire pour les jeunes adultes sans formation ? Je pense notamment à ceux dans les petites villes ..( on a vu l'exemple du jeune ex harraga de Tiaret à la télé).

Sachant qu'il s'agit que d'emplois publics utiles ( propreté, surveillance , accueil en direction des personnes agées illetrées, aide police, fourriere, aide pompiers etc etc) pour une periode temporaire le temps d'acquerir une formation par exemple contrat de 4 ou 5 ans avec 30 heures de travail par semaine et 10 heures de formation à un metier .

quand j'ai vu ce que representait la part de l'emploi public en Algerie et qu'elle etait tres inferieure à celle d'un pays comme le Danemark ( 31 % d'emplois publics et assimilés) , pays dont on vante la stabilité , le niveau de vie moyen, la bonne santé economique et sociale ....je me suis dit franchement y a de la marge pour plus d'emplois publics en Algerie vu la situation de nombreux jeunes adultes. ( c'est pas de leur faute 10 années de terreur et regression..la descolarisation etait aussi ineluctable pour beaucoup)

Bachi
11/05/2008, 19h03
Cela dépend dans quels secteurs...
A l'enseignement et à la santé, oui certainement...
Mais dans les secteurs où l'état n'a pas besoin d'être ou pour ajouter de la bureaucratie, vaut mieux y couper des postes...

absent
11/05/2008, 19h12
Tout d'abord, je n'ai pas le droit de voter à ce sondage!!!!!!
Mais, j'aimerai plutôt demander d'expliquer la question du sondage, parceque "recours à l'emploi public", je ne vois pas ce que ça veut dire; Dans tous les pays il y a de l'emploi public, même en Algérie, enfin en algérie il n'y a pas d'emploi, mais théoriquement il y a des 2, du public et du privé.

Sioux foughali
11/05/2008, 20h07
Recours à PLUS d'emplois publics

emploi public c'est quoi ?

en quelques mots

un emploi public est un emploi remunéré par les deniers publics ( deniers de l'Etat ou des regions federees dans le federalisme).

Occupent des emplois publis ..les fonctionnaires en titre et à titre permanent qui peuvent être des agents de l'Etat mais aussi des Communes et autres demenbrements ou collectivités mais aussi des personnes sous contrat ( cela se voit dans de nombreux pays) .

Sioux foughali
11/05/2008, 20h28
De Moha le penseur

Tout d'abord, je n'ai pas le droit de voter à ce sondage!!!!!!


C'est quoi encore ça ?

les experts economiques, les journaux, le FMI, des gens de tous les pays ..emmettent des avis sur des options economiques de par le monde et toi Moha le Penseur originaire d'Algerie t'aurait pas le droit de participer à un sondage sur un option economique en Algerie .

Qu'est ce qu'il faut pas lire

Dans le secteur bancaire ..à Dubaî comme à Londres ..y a des gens salariés de toutes origines qui font de l'analyse economique pour leur groupe sur toutes les zones du monde..et toi sur FA tu peux pas utiliser le clavier des que le sujet est un sondage sur l'Algerie..... DECOIFFANT!!

tizi oualou
11/05/2008, 21h44
ce sujet est trés important, meme LE plus important aprés celui de l'agriculture qui doit nourire les bouches des .......salariés et non salariés !
en fait, l'Algerie fait comme la France, elle temporise pour moderniser son administration et ses services publics et aprés ca devient ingerable !

la solution à moi est toute banale, aprés restructuration complete des services publics ( c'est pas fait encore ) le mieux c'est de faire en sorte d'embaucher avec des contrats determinés, c'est pas sympa pour le salarié, mais ca permet à l'etat de gerer ses besoins comme un privé, de toute facon, on a pas le choix, c'est ca ou le chomage ou crouler sous le poids du sureffectif

il y'a aussi la sous traitance, la mairie peut tres bien sous traiter certains travaux etc, la sous traitance permet une eclosion des petites entreprises, qui donnera des idées aux plus entreprenants !

Sioux foughali
12/05/2008, 08h35
on est bien d'accord que ce n'est pas à l'Etat de produire du blé dans des fermes d'Etat

On est bien d'accord que ce n'est pas à l'Etat de gerer des usines de siderurgie mettalurgie..machine outils..

D'ailleurs l'Etat algerien ne le fait plus depuis un moment ça.

l'imprevisible
12/05/2008, 09h08
Le problème se pose à la base: l'instruction et l'éducation.



Une restructuration générale.

Pangeen
12/05/2008, 09h39
Le problème se pose à la base: l'instruction et l'éducation.

Et oui. La soif de vengeance et de pouvoir de la part de mister Ben-Bella et son clan en 1962 a ruiné l'espoir d'indépendance. Au lieu d'aller vers la lumière, on nous a précipité dans l'abime des ténèbres au point que notre peuple d'aujourd'hui ne fait plus la différence entre l'état et la nation pour comprendre que l'état doit être au service de la nation et non l'inverse comme on essaye de nous l'imposer dans notre pays.

Sioux foughali
12/05/2008, 09h40
Une restructuration générale.

Certainement

Et le fait que seuls 2,2 millions de personnes soient dans le public et assimilé ( entreprises publiques) ..doit nous conduire à conclure que l'Algerie n'est plus vraiment une economie administrée . Toutes les etudes constatent un developpement timide mais certain de l'emploi privé .

Une privatisation dans la mesure du possible d'une partie des entreprises publiques restantes feraient passer le nombre de salariés du secteur public sous la barre des 2 millions .
On pourrait plus du tout parler d'une fonction publique ou d'un secteur public envahissant, omnipresent , plethorique .
( attention danger, tout ne doit pas être privatisé )

Finalement Je vois pas le spectre de l'etatisation ou du sovkoze .

Sioux foughali
12/05/2008, 09h53
Je pensais que c'était plutôt 1,55 millions dans le publique ! les journaux ont toujours annoncés ces chiffres ces derniers mois lorsqu'ils parlaient d'augmentation des salaires.


Citation:
y a de la marge pour peut être faire un plan emploi public special limitation - prevention du phenomene Harraga

Oui y a de la marge et je ne comprend pas pourquoi le gouvernement est si radin dans la création de postes d'emplois !!!

En fait le chiffre de 1, 55 est bon si l'on prend en compte l'emploi public stricto sensu et on le retouve dans l'etude trouvée par Penthésilée


1,6 millions dans l’administration et 0,6 million dans les entreprises publiques ce qui donne le total de 2,2 milllions.

Sauf qu'il ya une petite confusion .

L'emploi public c'est l'emploi remunéré par les deniers publics et donc cela correspond aux 1, 6 millions

L'emploi dans le secteur public c'est autre chose, . Il inclut en plus des emplois rémunérés par l'Etat , les emplois dans les entreprises publiques dans lesquelles la remuneration provient des resultats de l'entreprise même si celle ci peut avoir une participation de l'Etat , un subventionnement. Certaines ne benificient pas de la participation etatique parce que largement excedentaires mais sont sous son contrôle en raison du domaine strategique d'intervention ( compagnie aerienne dans certains pays, Mines, petrole, gaz, nucleaire , Ports..)..donc les salariés y sont considérés comme salariés du secteur public ( parfois statut particulier ..je ne sais pas pour la compagnie des trains en Algerie par exemple)..Emplois dans entreprise publiques = 0, 6 millions


Donc si l'on tient compte de l'emploi public au sens de l'emploi remuneré par les seuls deniers de L'Etat.....Y a pas beaucoup de fonctionnaires en Algerie ..1, 6 millions.= moins d'un quart des remunerés tous secteurs confondus

absente
12/05/2008, 10h43
Sioux foughali bonjour,

Effectivement dans le secteur public on peut trouver par exemple Sonatrach et ses filiales...

Quand j'ai voter pour l'option "Oui, plus d'emplois publics c'est est une bonne solution" j'ai pensé à l'investissement de l'Etat dans le secteur public en créant des entreprises, des usines, au lieu de courir dans tous les coins pour solliciter des investisseurs etrangers à venir en Algérie.

L'argent est disponible, pourquoi ne pas investir dans d'autres secteurs que l'energie?? des entreprises publiques mais concurrentielles.

Sioux foughali
10/06/2008, 21h13
Mon sondage sur le recours à l'emploi public a recueilli des votes negatifs au motif que faire de l'emploi public ce serait soi disant retourner à l'economie administrée.

Pourtant je le repete, Le Danemark .qui est une economie de marché et un pays dont on vante le niveau de vie.,qui n'est pas la Pologne ou l'Albanie d'il y a 15 - 20 ans ..compte un pourcentage d'emplois publics ( remunerés par deniers publics) tres tres tres superieur à l'Algerie

En plus des initiatives dans le secteur privé, des grands investissments qui vont generer des activités connexes privées, en plus des plans d'insertion incluant la formation à un metier pour les sans qualification.....l'Algerie doit se resoudre à embaucher dans l'administration pour des periodes de 4 à 5 ans des jeunes potentielement harragas . ( Police, pompier, administration locale, entretien routes , adductions d'eau, eboueurs, espaces verts , musées, aide soignant, , garde forestier, gardien de grand parking., assistant de professeur d'université.etc etc ..) ..enfin bref l'Etat ne fait pas la charité , il gonfle juste un peu les effectifs du public pour faire face à ce trop important chômage en attendant que l'offre d'emploi du secteur privé augmente

Faut pas être trop dogmatique , l'Algerie est tellement loin du pourcentage d' emplois publics de certains pays d'economie de marché qu'il y a de la marge avant de parler d'economie etatisée et les caisses sont bien garnies. Plus de 80 milliards de dollars de recettes prevues pour cette année 2008.

Mais qui donc est derriere ce dogmatisme suicidaire ?

A situation d'urgence, adaptation et politique d'urgence

Parenthèse :
Il ya quelques mois c'est l'intervention des finances publiques qui a empêché l'effet'' boule de neige'' de la crise subprimes sur les autres banques dans un pays ; La Grande Bretagne qui applique souvent une politique de limitation des depenses publiques , politique de l'offre soi disant , et claironne sur l'initiative privée , la limitation de la sphere et de l'interventionisme publics

chicha51
10/06/2008, 21h37
Partout dans le monde on dégraisse le Mammouth.

Il faut encourager l'initiative privée même pour des secteurs comme la Santé et l'enseignement par exemple.

Il est anormal que l'état continue à assurer l'enseignement et les soins à des personnes fortunées.

naw08
11/06/2008, 23h18
---------------------------------------------------------------------------

naw08
11/06/2008, 23h19
je suis pour le oui, j'ai cliqé mais ça marche pas !!

je pense que l'Etat doit investir encore plus dans la création d'emplois, faire revivre le secteur public, sans que cela soit un retour aux années 80 et l'esprit d'assistanat!!

la création de quelques dispositifs (NSEJ-CNAC-ANJEM) d'aide a la création d'emplois indépendant, na pas donner grand chose, a cause d'un system bancaire bureaucrate et dépassé.

avec le reserve de change actuel, une bouffé d'oxygène pour l'emploi est nécessaire,et sera trés bénéfique sur le plan social.

Cookies