PDA

Voir la version complète : La violence dans les stades en débat en Algérie


morjane
16/05/2008, 13h26
Les participants à une journée d'étude consacrée à la violence dans les stades ont réaffirmé, jeudi à Mostaganem, la nécessité d'impliquer l'ensemble de la société et des institutions concernées dans la lutte contre ce fléau. Organisée par le bureau de wilaya de l'Académie de la société civile (ASCA), cette rencontre, placée sous le slogan "le sport un espace de citoyenneté et de paix", a permis à l'assistance, dont des sportifs, des éducateurs, des représentants d'associations sportives, de comités de supporters et des journalistes, de débattre des différents moyens et voies à mettre en oeuvre pour combattre ce phénomène qui prend de l'ampleur dans les terrains de football en Algérie.
Les participants ont mis l'accent, dans ce contexte, sur la nécessité de multiplier les actions de sensibilisation en milieu de jeunesse en général et auprès des supporters en particulier, "pour faire de la pratique sportive un facteur de paix et de fraternité et une compétition saine".

L'implication de l'ensemble des composantes de la société, à l'instar de l'école, les éducateurs, les dirigeants d'associations, les comités de supporters, les arbitres "est souhaitée", ont souligné les participants, qui prônent la mise en oeuvre d'un travail éducatif de base au niveau des établissements d'enseignement et des écoles de football.

L'Académie de la société civile, a indiqué son secrétaire général, Ahmed Chenna, dans un message lu à l'assistance par le comédien Hakim Dekkar, "a initié la mise en place de chantiers de travail dans le cadre d'une campagne nationale de lutte contre la violence dans les stades, qui cible dans sa première phase, du 14 au 20 mai, sept wilayas dont Mostaganem, avant sa généralisation à l'ensemble du territoire national à l'orée de la saison sportive 2008-2009".

Cette campagne nationale prévoit l'organisation de journées d'étude en collaboration avec l'ensemble des institutions et des concernés, à l'instar du mouvement associatif et de la société civile pour ouvrir un large débat permettant de sortir le football national de la spirale de la violence.

Elle vise également à transmettre des recommandations aux responsables, à organiser des sorties de sensibilisation dans les milieux de la jeunesse et des sports, la distribution de dépliants et la remise de distinctions aux personnalités sportives connues pour leur fair-play.

Le représentant de la sûreté nationale, l'officier Bensahila Ismaïl, a indiqué que les causes de la violence dans les stades algériens sont multiples parmi lesquelles "l'absence de conscience et de culture sportive chez le public, le déficit enregistré en matière d'organisation et d'équipements dans les stades, ce qui ne permet pas leur sécurisation optimale et l'absence de coordination entre les clubs en compétition pour fixer les conditions de tenues des rencontres".

M. Bensahila a mis l'accent sur la responsabilité des éducateurs dans ce cadre, "à travers un comportement sportif, l'acceptation des décisions des arbitres qui sont appelés à faire preuve d'un sens de discernement et de responsabilité pour éviter des erreurs au cours de la gestion d'un match, susceptibles de provoquer une réaction négative du public". Il a précisé, à ce propos la nécessaire organisation de stages de formation et de recyclage des arbitres.

Le directeur général de l'Agence Algérie Presse Service, Nacer Mehal, a appelé à combattre, dans une première phase, la violence verbale qui constitue "un élément déclencheur de ce phénomène". "Certains supporters et titres de la presse recourent à un langage violent qui peut être assimilé à un appel à la violence", a-t-il indiqué, ajoutant dans ce contexte que "l'Etat a le droit d'user des lois en vigueur pour combattre ces comportements".

Pour sa part, le psychologue Hachi Mustapha de la wilaya de Mostaganem, a mis l'accent sur la nécessité de définir les facteurs déclencheurs de ce phénomène avant d'envisager des remèdes. "Les conditions sociales, familiales, éducatives et autres poussent les jeunes à recourir à la violence". C'est pourquoi, a-t-il ajouté, il est nécessaire de "juguler cette violence, en premier lieu, dans les milieux familial, social et scolaire.

Cette journée d'études à été clôturée par la remise de distinctions à des sportifs locaux en reconnaissance à leur esprit sportif et leur fair-play. Ainsi, la distinction "citoyenneté et paix", instituée par l'Académie de la société civile, a été décernée aux footballeurs Meghtat Bendehiba et Benameur Bachir, ainsi qu'à l'arbitre Ali Feghoul et l'entraîneur des jeunes catégories, Boumaaza Charef.

Les comités de supporters du Widad et de l'Espérance de Mostaganem, ainsi que le journal "Le Courrier d'Algérie" et l'association des journalistes de Mostaganem ont été également honorés.

Par APS

Cookies