PDA

Voir la version complète : Tripoli lève les restrictions imposées aux Algeriens


myra21
18/05/2008, 16h51
Depuis des semaines, la Jamahiriya arabe libyenne n’est pas évoquée en termes positifs par la rue algérienne. Le cas des algériens détenus dans les prisons de Maâmar El Gueddafi et les restrictions imposées aux algériens désireux de se rendre dans ce pays – puisque tout visiteur devait s’acquitter préalablement de 1000 euros pour pouvoir fouler le sol libyen, ont soulevé une vive indignation notamment auprès des familles de ces personnes qui n’ont eu de cesse d’interpeller les autorités algériennes appelées à saisir officiellement Tripoli pour éclaircir cette situation. La visite d’une journée à Alger de El Baghadadi Ali El Mahmoudi, secrétaire du comité populaire général (premier ministre) de la Jamahiriya arabe libyenne, qui a été reçu par le Président Abdelaziz Bouteflika après sa réunion avec le chef du gouvernement a permis, si l’on se fie aux déclarations des deux parties, de clarifier les choses. Et assurément, Alger n’a pas manqué de manifester sa désapprobation quant aux agissements des frères libyens à l’encontre des Algériens installés en Libye ou de passage. Tripoli semble avoir saisi la chose. Pour preuve, El Baghadadi Ali El Mahmoudi a affirmé hier que «toutes les restrictions liées à la circulation des personnes et aux échanges commerciaux entre l’Algérie et la Libye ont été levées en application des directives des dirigeants des deux pays». Dans une déclaration à la presse au terme de l’audience que lui a accordée le président de la République Abdelaziz Bouteflika, le responsable libyen a précisé que cette décision est intervenue suite à la réunion d’hier (avec le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem). Il a également souligné, dans le même contexte, «la simplification des procédures, en application des directives des dirigeants des deux pays (le Président Bouteflika et le colonel Maâmar El Gueddafi) afin de faciliter la circulation des Algériens et des Libyens, sans restriction aucune». M. El Mahmoudi a en outre indiqué avoir transmis un message du leader de la révolution libyenne au Président Abdelaziz Bouteflika portant sur «la coopération bilatérale et la volonté des dirigeants des deux pays d’instaurer une coopération étroite entre l’Algérie et la Libye», affirmant que «les prochains jours verront, si Dieu le veut, une coopération dans les domaines économique, commercial et des investissements». Pour sa part et à l’ouverture des travaux d’une réunion commune qu’il a coprésidée avec le secrétaire du comité populaire général de la Jamahiriya arabe libyenne El Baghdadi Ali El Mahmoudi, le Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, a affirmé «la volonté commune» des deux pays à «réaliser les objectifs escomptés» de cette rencontre au mieux des intérêts communs des deux pays et des aspirations des deux peuples.
M. Belkhadem a ajouté que les deux parties sont à nouveau appelées à faire une évaluation globale des relations de coopération pour cerner les difficultés et les entraves afin de les surmonter pour la mise en œuvre de projets et décisions, notamment pour ce qui a trait au volet humain et économique. Dans le même sillage, le Chef du gouvernement a rappelé que les deux pays ont «œuvré avec beaucoup de sérieux pour définir un cadre juridique et adopter nombre de résolutions, à la faveur de la grande commission mixte». Cependant, a-t-il ajouté, le volume de leurs échanges commerciaux reste faible et nombre de projets d’investissements annoncés depuis des années déjà sont encore au stade d’étude. M. Belkhadem a indiqué que la coopération économique entre les deux pays reposera à l’avenir «sur l’impératif renouvellement des méthodes de travail pour s’adapter aux mutations en cours et aux réformes socioéconomiques engagées, notamment pour ce qui est de la modernisation de la justice, de l’administration et du système éducatif». Le chef du gouvernement a appelé les experts des deux pays à élaborer un projet de plan d’action qui soit le reflet de l’intérêt des deux parties et qui réponde à leurs ambitions et objectifs d’un «partenariat efficient» dans les secteurs où les deux pays recèlent des capacités et un savoir-faire avéré, tels les hydrocarbures, l’infrastructure et les ressources en eau. «La rencontre offre une précieuse opportunité de tenir des consultations politiques sur les questions intéressant les deux pays dans les espaces maghrébin et arabo-africain», a ajouté
M. Belkhadem. Lequel a rappelé que l’Algérie et la Libye constituent «un trait d’union entre les espaces arabe et méditerranéen», a indiqué que «les concertations et les contacts en cours sur la création de l’union pour la méditerranée exigent de nous de multiplier les échanges de vues pour préserver nos intérêts». Sur le plan maghrébin, M. Belkhadem a affirmé que «nous sommes appelés à redoubler d’efforts en ce qui concerne le projet d’édification maghrébine qui doit être mis à l’abri des contingences et des différends marginaux car, a-t-il expliqué, il constitue un cadre global et stratégique pour l’action inter-maghrébine».
Par Amine B.

Cookies